Article

Assurance jeune conducteur : quelle assurance pour une voiture puissante ?

Pour trouver une assurance auto, être jeune conducteur et posséder une voiture de sport peut constituer une sorte de double peine : l’un et l’autre sont considérés comme des facteurs de risque et font donc généralement l’objet d’une majoration dans les modèles de tarification des assureurs. Si vous êtes dans cette situation, sachez néanmoins qu’il existe certains moyens de réduire la facture… mais qui impliquent de faire certaines concessions !

  • #véhicule
Lecture 3 min
Jeune femme en train de conduire

Une assurance souvent très coûteuse

Une surprime pour les jeunes conducteurs

Un « jeune conducteur » est un conducteur titulaire du permis depuis moins de 3 ans.

Ils sont considérés comme des conducteurs « à risque » par les assureurs du fait de leur relative inexpérience ou de leur jeunesse. Statistiquement, cette population est plus fréquemment impliquée que la moyenne dans des accidents, du fait notamment de certains comportements comme la vitesse ou la conduite en état d’ivresse.

Les assureurs appliquent ainsi une surprime pouvant aller jusqu’à 100 % de la prime initiale, soit un doublement du montant de vos cotisations. Parfois, les assureurs peuvent aller jusqu’à un refus d’assurance pour les profils jugés les plus risqués.

Par ailleurs, en dessous de 28 ans, l’âge est un critère généralement pris en compte par les assureurs pour fixer leur tarif : plus l’on est jeune, plus le coefficient appliqué sera élevé !

Voitures puissantes : des garanties plus chères

La puissance se calcule en chevaux fiscaux. La puissance fiscale est ainsi calculée selon la puissance maximale du moteur (exprimée en kilowatts) et selon ses émissions de dioxyde de carbone (exprimée en grammes par kilomètre).

Vous pouvez consulter la puissance fiscale de votre véhicule sur sa carte grise, à la rubrique P6.

Le principe est simple : plus le moteur est puissant, plus la prime est élevée. Les assureurs considèrent en effet qu’un moteur plus puissant entraîne une sinistralité et des coûts potentiellement plus importants :

  • L'entretien des pièces est souvent plus coûteux sur des moteurs puissants ou haut de gamme ;
  • La probabilité de vol est accrue du fait de la valeur de la voiture ;
  • La probabilité d'un accident est également plus importante, du fait de la vitesse supérieure du véhicule.

Par ailleurs, si la voiture est d’une valeur importante, vous souhaiterez certainement l’assurer dans une formule tous risques, pour vous éviter toute mauvaise surprise… ce qui vous reviendra donc encore plus cher !

Quelles garanties privilégier ?

Sur des voitures de sport haut de gamme, certaines garanties vont se révéler particulièrement pertinentes, du fait notamment de la valeur importante de la voiture. 

Les garanties dommages

La garantie dommages couvre des dommages que pourrait subir votre véhicule suite à un sinistre. Il en existe plusieurs niveaux :

  • La garantie dommages de base : elle couvre notamment l’incendie et le vol, les catastrophes naturelles ou les attentats, éventuellement le bris de glace…
  • La garantie dommages collisions : elle couvre – que vous soyez ou non responsable de l’accident – les dommages causés lors d’un accrochage avec un tiers clairement identifié, par exemple un piéton, un autre véhicule (qui n’aurait donc pas pris la fuite), ou un animal dont le propriétaire est identifié ;
  • La garantie dommages tous accidents : elle permet une protection complète contre les dommages matériels subis par votre véhicule quel que soit le type d’accident, et ce même si vous en êtes responsable.

Vous serez ainsi couvert même si l’accident est causé par un animal sauvage, un obstacle sur la route (arbre, panneau, muret, barrière de sécurité…), ou tout simplement si vous perdez le contrôle du véhicule.

Pour une voiture haut de gamme, il peut être rassurant de se couvrir contre tous les scénarios d’accident, au vu du prix des réparations potentielles !

La garantie vandalisme

La garantie vandalisme est généralement incluse dans les contrats d’assurance tous risques, mais peut également être proposée en option dans des formules intermédiaires. Il s’agit d’une garantie complexe : pensez à bien en vérifier toutes les conditions dans le contrat !

Elle couvre des dommages qui auraient été causés intentionnellement à votre voiture. Dans le cas d’une voiture de sport assez « visible », cela peut se révéler utile. Concrètement, l’assurance prendra en charge tous les frais de réparation occasionnés.

Cela inclut les rayures, mais également les pneus crevés, les rétroviseurs arrachés, les phares ou vitres cassées, les tags…

Toutefois, si le coupable finit par être retrouvé par la police, ce sera son assurance responsabilité civile (ou d’éventuels dommages et intérêts prononcés contre lui) qui prendra en charge les réparations. 

À savoir

Si votre voiture stationnait dans un parking privé ou surveillé, il ne peut y avoir de transfert de responsabilité, c’est-à-dire que l’établissement en charge ne pourra être tenu responsable du sinistre.

La garantie personnelle du conducteur

Elle vous permet de couvrir les dommages corporels que vous pourriez subir en cas d’accident, et ce même si vous en êtes le responsable. Elle se déclenche à partir d’un seuil d’invalidité médicalement constaté. Pour rappel, l’assurance au tiers ne couvre que les dommages subis par un tiers, et non par vous-même.

Concrètement, l’assurance prendra en charge les frais médicaux (hospitalisation, chirurgie, médicaments, prothèses…), qui peuvent rapidement atteindre des montants très importants en cas de blessure grave. 

Panne mécanique

La garantie panne électrique permet la prise en charge par votre assurance de la remise en état de votre véhicule suite à une panne. Elle couvre à la fois les pièces et la main d’œuvre.

Une fois le remorquage du véhicule effectué, un devis de réparation sera réalisé avec votre assureur. Votre voiture sera ensuite bien souvent réparée dans un garage agréé et partenaire, mais vous gardez le choix de sélectionner le réparateur que vous souhaitez. Selon votre assureur, vous pouvez avoir ou non à avancer les frais.

Pour une voiture neuve, a fortiori une voiture de valeur, la garantie panne mécanique peut servir de relais de la garantie constructeur (et de l’extension de garantie si vous en avez souscrit une), une fois celle-ci expirée. Or, les pannes de véhicule neuf surviennent très souvent au-delà de cette période de garantie ! 

Rappel

La garantie constructeur est une obligation légale pour le constructeur, qui le contraint à prendre à sa charge toute réparation liée à une pièce défectueuse, qu’elle soit mécanique, électrique ou électronique. Elle est gratuite pour le client et valable entre 1 et 2 ans (ou parfois jusqu’à un certain kilométrage).

Rappel : l’assurance est obligatoire !

Dans le cadre d’une assurance auto, la couverture de la responsabilité civile s’appelle « assurance au tiers », ou parfois « garantie responsabilité civile ».

C’est l’assurance minimale de base pour un véhicule, et elle est obligatoire pour tous les véhicules terrestres à moteur.

Elle vous couvre contre tous les dommages matériels et corporels causés à des tiers par votre véhicule, si votre responsabilité dans l’accident est reconnue. Concrètement, l’assurance prendra en charge tous les frais engagés pour réparer ces dommages.

Le fait de conduire un véhicule non assuré constitue un délit aux yeux de la loi, et est puni d’une amende de 3 750 €. Selon les circonstances du délit, certaines peines supplémentaires peuvent être appliquées :

  • Travaux d’intérêt général
  • Suspension de permis (jusqu’à 3 ans)
  • Annulation du permis et interdiction de le repasser pendant une certaine période (jusqu’à 3 ans)
  • Obligation d’accomplir à ses frais des stages de sensibilisation à la sécurité routière
  • Immobilisation et/ou confiscation du véhicule

L'Assurance Auto de La Banque Postale

La Banque Postale vous propose une Assurance Auto qui s'adapte à la perfection à vos besoins et à votre budget.

Quelles solutions pour réduire la facture ?

Pour un jeune conducteur souhaitant assurer une voiture de sport, la facture peut ainsi se révéler salée. Il existe néanmoins divers moyens de diminuer le montant de la prime d’assurance que vous allez devoir débourser :

Conduite accompagnée

Accessible dès l’âge de 15 ans, la conduite accompagnée permet de réduire jusqu’à la moitié le montant de la surprime que vous devez payer en tant que jeune conducteur.

Les statistiques montrent en effet qu’un conducteur ayant suivi cette formation subit significativement moins d’accidents - un argument auquel les assureurs sont sensibles !

Préférer une voiture de seconde main

Dans les modèles de tarification des assureurs, plus une voiture est ancienne, moins elle est chère à assurer. Les assureurs prennent en effet souvent en compte la cote à l’Argus de la voiture pour déterminer sa valeur.

Un modèle d’occasion est donc généralement moins cher à assurer ! 

Stationnement dans un lieu clos et sécurisé

Le mode de stationnement est également un autre facteur pris en compte par les assureurs pour déterminer le montant de la prime d’assurance. En effet, votre voiture sera mieux protégée si elle est garée dans un parking privé ou un garage que dans la rue.

Pour l’assureur, cela permet de réduire un certain nombre de risques liés notamment au vandalisme ou au vol : votre prime s’en retrouvera légèrement diminuée !

Conducteur secondaire sur l’assurance des parents

En attendant de ne plus être considéré comme jeune conducteur, vous pouvez vous faire enregistrer comme conducteur secondaire d’un membre de votre famille, qui devra alors être déclaré comme conducteur principal du véhicule. Votre nom figurera explicitement sur le contrat, et vous bénéficierez de la même couverture.

Néanmoins, les règles sont strictes : vous êtes tenu de ne conduire le véhicule qu’occasionnellement, et moins fréquemment que le conducteur principal… sous peine d’être coupable de fraude à l’assurance ou de délit d’escroquerie ! En cas de fraude, vous vous exposez notamment à :

  • Une résiliation unilatérale du contrat ;
  • Une amende comprise en 375 000 € et 1 875 000 € et jusqu’à 5 ans d’emprisonnement pour les cas les plus graves.

Sachez qu’en cas de soupçons, les assureurs peuvent être amenés à mener une enquête de voisinage pour vérifier l’identité du conducteur principal.

À savoir

Un conducteur « occasionnel » peut être amené à conduire le véhicule de façon exceptionnelle, et sur une courte période. Il n’a pour cela pas besoin d’être enregistré nominativement sur le contrat.

Assurance au kilomètre

L’assurance au kilomètre, souvent appelée pay-as-you-drive (« Payez ce que vous conduisez »), vous propose de calculer la prime d’assurance en fonction du nombre de kilomètres réellement parcourus.

Cette formule peut se révéler très intéressante si vous utilisez peu votre véhicule, uniquement sur des trajets courts, notamment en ville.

Les kilomètres parcourus sont communiqués périodiquement à l’assureur via un boitier électronique installé dans le véhicule, qui ajuste alors la facture. Une formule au forfait peut également être proposée : vous vous engagez alors à ne pas dépasser un certain kilométrage par année en échange d’une baisse de votre prime. Néanmoins, si vous dépassez votre forfait, la franchise peut être significativement augmentée et l’indemnisation diminuée en cas de sinistre.

Le Bureau Central de Tarification (BCT)

Le Bureau central de tarification est un organisme d’État qui intervient auprès des assureurs si une personne se retrouve dans l’impossibilité de trouver une assurance.

Il peut ainsi forcer un assureur à proposer a minima une formule d’assurance au tiers pour 12 mois, et ce quel que soit votre niveau de risque. La prime est alors fixée par le Bureau, à un tarif qui reste élevé et qui se basera sur le tarif initial.

Le BCT peut être saisi par n’importe quel citoyen après 2 refus de la part d’une compagnie d’assurance. La saisie doit avoir lieu dans un délai de 15 jours suivant la deuxième notification de refus. Il s’agit d’une procédure assez longue.

À noter

Le BCT n’a pas vocation à chercher un assureur pour vous, et ne peut en choisir un d’autorité. C’est à vous de choisir d’abord l’assureur chez qui vous voulez souscrire un contrat.

Articles associés

Solutions associées