Article

Comprendre le label ISR

Quand on parle d’investissement responsable, il est parfois difficile de s’y retrouver avec les critères et les labels. Découvrez dans cet article la méthodologie d’analyse expliquée par nos experts.

  • #isr
Lecture 2 min

Le Label d’Etat ISR, garant de placements durables et responsables

Créé en 2016 par le Ministère de l’Economie et des Finances, le Label d’Etat ISR est attribué à des fonds actions, obligations ou mixtes dans lesquels les particuliers peuvent investir (dans le cadre d’un contrat d’assurance-vie, d’un plan d’épargne en actions ou d’un simple compte titres), à l’issue d’un audit réalisé par un tiers indépendant. 

Particulièrement exigeant, le Label d’Etat ISR permet aux épargnants de distinguer les fonds d’investissement mettant véritablement en œuvre une méthodologie robuste d’Investissement Socialement Responsable (ISR), aboutissant à des résultats concrets et mesurables en matière de d’Environnement, de Social et de Gouvernance* (ESG). Les sociétés de gestion doivent notamment être en mesure de prouver la rigueur de leur méthode d’analyse ESG, d’évaluer le bénéfice environnemental de leurs investissements et de se doter d’une politique de vote aux assemblées générales selon des principes adaptés.

*manière de diriger une entreprise pour organiser notamment la conciliation des intérêts potentiellement divergents des actionnaires et des dirigeants

LBP AM, investisseur et entreprise responsable

La méthodologie ISR de LBP AM et de sa filiale Tocqueville Finance repose sur 4 piliers :

EXCLUSION SELECTION ENGAGEMENT IMPACT
Ne pas investir dans le sociétés dont les pratiques ou les activités ne sont pas conformes à des grands traités ou standards internationaux, ou qui interviennent dans des secteurs à l'impact sociétal controversé tel que le charbon, le tabac et les jeux d'argent. Sélectionner des investissements en favorisant les entreprises faisant preuve de maturité dans leurs démarches de responsabilité sociale (RSE) et dont les produits contribuent à répondre aux enjeux du développement durable. Dialoguer avec le management des sociétés investies afin de les inciter à mettre en place les meilleures pratiques de prise en compte des enjeux du développement durable dans leur stratégie et leurs opérations. Gérer des fonds d'une manière qui contribue directement, volontairement et de manière qualifiable à des bénéfices environnementaux ou sociaux.

Méthodologie ISR : Focus sur le filtre Exclusion

L’exclusion fait partie intégrante de la plupart des stratégies d’investissement responsable. L’approche d’exclusion consiste à écarter de l’univers d’investissement certaines entreprises ou typologies d’entreprises en raison de leurs activités ou de certaines pratiques controversées.

La démarche ISR du groupe LBP AM s’articule autour de 4 thèmes :

Territoires & Emploi

Favoriser la cohésion sociale, la formation et l'emploi pour développer les territoires.

Climat

Développer une politique climat cohérente avec l'atteinte de la neutralité carbone.

Droits humains & Egalité

Assurer le respect des droits humains, la diversité et l'égalité des personnes.

Biodiversité

Protéger la biodiversité et restaurer la nature.

En cohérence avec ces 4 priorités, les gérants de portefeuille cherchent à exclure des fonds, ou a minima à limiter significativement, les titres des entreprises dont les activités nuisent à ces objectifs. LBP AM et Tocqueville Finance ont pour cela mis en place 4 types d’exclusions de valeurs : 

Réglementaire

  • Armes controversées dont l'impact sur les civils est disproportionné et aveugle, et se prolonge pendant des années après la fin d'un conflit comme les mines anti-personnel ou les armes à sous-munition.
  • Instruments spéculatifs sur matières premières agricoles*.
  • Exclusion de pays dans le cadre de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme*

Sectorielle

  • Charbon (Selon sortie pilotée/Accord de Paris)
  • Jeux d'argent
  • Tabac
  • Biodiversité/Déforestation

Spécifique

Identification de sérieux manquements sur l'un des 4 piliers de la philosophie propre à LBP AM et Tocqueville Finance

Normative

Exclusion des émetteurs soupçonnés de violation grave et/ou répétée des principes du Pacte Mondial des Nations Unies qui portent essentiellement sur :

  • les droits de l'homme, 
  • l'environnement
  • et la lutte contre la corruption**.

*Mise en oeuvre spécifique par LBP AM de la réglementation en vigueur.

**Selon l'analyse de LBP AM et Tocqueville Finance, GREaT : Gouvernance, Ressources naturelles et humaines, transition Energétique & économique, Territoires.

Ces politiques d’exclusions sont débattues et validées par un Comité dédié, rassemblant l’ensemble des fonctions de LBP AM. L’une de ses missions est ainsi d’évaluer la sévérité des controverses qui peuvent frapper certaines entreprises, par exemple en matière de droits de l’homme, et de s’assurer qu’elles ont mis en place des mesures correctives appropriées afin de permettre leur réintégration dans notre univers d’investissement.

Pour la plupart des fonds actions par exemple, les gérants s’interdisent d’investir dans les 20 % de valeurs les moins bien notées en tenant compte des exclusions applicables à tous les fonds

Focus : les entreprises du secteur énergétique 

Le groupe LBP AM cherche à gérer l’ensemble de ses fonds en prenant en compte l’enjeu climatique. Pour atteindre la trajectoire 2° définie par l’Accord de Paris sur le Climat, l’économie réelle doit engager rapidement une profonde transition énergétique, vers un système décarbonné, plus efficace et accessible à tous bien avant 2050. Une des priorités, définies notamment par les scientifiques du Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) ou les experts énergétiques de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), et soutenue par de nombreux Etats, est de mettre un terme à l’utilisation du charbon pour produire de l’électricité.  

Nous avons traduit cet objectif énergétique mondial par la mise en place d’une politique d’exclusion relative :

  • aux sociétés minières productrices de charbon,
  • aux sociétés productrices d’électricité à partir de charbon,
  • et aux sociétés qui leur apportent des services et matériaux.

Cette dernière repose sur un critère simple : l’exclusion de notre univers d’investissement des entreprises qui n’ont pas de stratégies de sortie de ces activités selon les horizons établis par la science. Cette politique d’exclusion vise à inciter ces entreprises à se désengager du charbon au profit d’autres sources énergétiques ou autres activités, accompagner les entreprises qui sont véritablement engagées dans cette transition énergétique, et enfin ne pas s’exposer à celles dont les activités, toujours charbonnées, rendent susceptibles d’être exposées à un risque de transition (dévalorisation brutale des actifs carbonés en cas d’action politique ou changement de comportement des consommateurs pour lutter contre le changement climatique).

En 2022, nous poursuivrons le développement de notre politique énergétique sur le pétrole et le gaz, afin que l’ensemble de notre exposition sectorielle s’inscrive dans une trajectoire de transition conforme à notre objectif, à savoir : contribuer au plafonnement du réchauffement climatique à 1.5° d’ici la fin du siècle. Notre politique d’exclusion contribuera aussi au pilotage carbone de nos portefeuilles. D’ores et déjà, pour les fonds bénéficiant de la dernière version du label ISR, LBP AM pilote et publie l’empreinte carbone de ses portefeuilles, c’est-à-dire la quantité de gaz à effet de serre émise par les sociétés investies qui doit être meilleure que celle de leur univers d’investissement. Nous allons renforcer encore cette démarche pour définir, d’ici la prochaine COP 27 fin 2022, une trajectoire vers la neutralité carbone pour ses portefeuilles. 

 « Il s’agit en effet d’inciter et accompagner ces entreprises industrielles dans leur transition énergétique. Cette nouvelle révolution devra permettre la substitution du charbon par des énergies décarbonées, mais aussi des mesures d’efficacité énergétique, dans tous les principaux usages que sont la mobilité, le bâtiment et l’industrie. Possible avec les technologies d’aujourd’hui et conciliable avec l’objectif d’accès énergétique pour tous. Cette démarche nécessite cependant une réorientation massive des investissements des entreprises productrices et consommatrices d’énergie dans la prochaine décennie. Plus elle est anticipée par ces acteurs et accompagnée par leur écosystème politique et financier, plus les conséquences sociales pour les employés et communautés seront maitrisées », précise Héléna Charrier, Responsable Solutions ISR. 

Méthodologie ISR : Focus sur le filtre Sélection

La sélection fait partie intégrante de la plupart des stratégies d’investissement responsable. L’approche consiste à favoriser dans l’univers d’investissement certaines entreprises faisant preuve de maturité dans leurs démarches de responsabilité sociale (RSE) et dont les produits contribuent à répondre aux enjeux du développement durable.

Le label ISR, définissant des règles de sélectivité, constitue un gage de qualité car l’analyse extra-financière est intégrée de manière significative et engageante aux décisions d’investissement.

Les analyses financières et extra-financières au cœur du processus de sélection

Les recherches financières et extra-financières sont réalisées par les analystes et les gérants de LBP AM et de sa filiale Tocqueville Finance, en amont de chaque décision d’investissement et durant l’investissement.  Les équipes de gestion s’appuient notamment pour cela sur des méthodologies développées par une dizaine d’experts ISR (biodiversité, climat, droits humains, analyse quantitative etc).

L’analyse fondamentale combine à la fois les dimensions financières et extra-financières afin d’obtenir une compréhension exhaustive du cas d’investissement. Au-delà des éléments financiers classiques, gérants, analystes et spécialistes ISR souhaitent identifier les risques matériels pouvant naître d’une mauvaise prise en compte des facteurs ISR (empreinte carbone, gouvernance déséquilibrée, litige environnemental etc.) et recherchent des entreprises dotées de politiques et pratiques robustes de développement durable.

Selon les dispositions du label ISR, la note entre directement en compte dans la construction de nos fonds.  Elle définit l’éligibilité de l’entreprise à chacun de nos fonds labellisés, et elle influe sur la mise sous surveillance d’une entreprise correspondant au gel des investissements, ou encore le désinvestissement en cas d’insuffisance persistante ou de controverse significative, jusqu’à la mise en place d’actions correctives satisfaisantes par l’entreprise concernée.

4 piliers, 13 critères et 60 indicateurs

En cohérence avec notre philosophie, la recherche porte sur nos quatre thèmes prioritaires (Territoires & emploi, Climat, Droits humains & égalité et Biodiversité) qui reposent à leur tour sur 13 critères pondérés par une soixantaine d’indicateurs définissant ainsi la notation ISR par émetteur.

Schéma représentant les thèmes, critères et indicateurs de la notion ISR

Une priorité : le dialogue avec les entreprises pour enrichir l’analyse

A tout moment et selon des processus bien encadrés, la notation ISR quantitative peut être revue grâce au travail qualitatif des équipes de gestion et d’analyse. Cet ajustement permet d’apporter plus de réactivité à notre système de notation, par exemple suite à des événements qui impactent le profil extra-financier d’une entreprise :

  • exemple positif : annonce d’une nouvelle stratégie RSE
  • exemple négatif : litige

La révision de cette notation peut aussi être motivée par la prise en compte d’informations obtenues grâce au dialogue régulier que nous entretenons avec les entreprises.

Pour une société bien notée en termes de critères extra financiers, un exemple type est Michelin avec une note globale tirée par sa gouvernance et sa gestion des ressources, bien qu’elle puisse encore progresser en transition énergétique et développement des territoires. A contrario, nous n’avons pas pu investir dans National Express, un groupe de transport britannique exploitant des lignes de bus, de bus scolaires, d’autocars, de navettes d’aéroports et de trains au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Canada, en Allemagne et en Espagne du fait de sa note ISR largement supérieure au maximum autorisé: sa gouvernance d’entreprise ne suffisait pas à rattraper sa gestion des ressources, ni sa transition énergétique.

Label ISR et performance

En s’appuyant sur la « Théorie Moderne du Portefeuille », certains peuvent s’interroger sur l’effet de cette réduction de l’univers d’investissement sur la performance des investissements. Cette hypothèse théorique est contrebalancée par d’autres théories financières, qui estiment au contraire qu’un bon niveau de RSE, la prise en compte des parties prenantes, et le fait de s’inscrire sur des horizons de long terme sont des facteurs de surperformance de l’ISR. Du point de vue empirique, les études académiques portant sur l’évaluation de la performance financière des émetteurs et celles des investissements financiers concluent, avec une majorité substantielle, à une surperformance des émetteurs et des portefeuilles de bonne qualité ESG(1).

LBP AM est ainsi convaincue que les pratiques d’investissement socialement responsable (ISR) sont un levier indispensable pour permettre aux marchés financiers de jouer un rôle plus vertueux dans l’économie. Notre appartenance au groupe La Banque Postale fait de nous les dépositaires d’une responsabilité citoyenne qui nous engage.

Les gestions de LBP AM et de Tocqueville Finance ont été récemment distinguées aux Corbeilles Mieux Vivre Votre Argent 2021 en obtenant la 3eme Corbeille long terme 2021 Banques à réseaux. C’est ici la performance de l’ensemble de cette offre, comportant des fonds actions, diversifiés et ISR qui se trouve ainsi récompensée « démontrant que, plus que jamais, gestion durable rime avec qualité de la performance financière » comme l’a rappelé à cette occasion Vincent Cornet, Directeur des Gestions de LBP AM et Directeur Général de Tocqueville Finance.

Méthodologie ISR : Focus sur le filtre Engagement

A La Banque Postale Asset Management (LBP AM), nous avons la conviction que les marchés financiers peuvent être un levier en faveur du développement durable :

  • D’une part, grâce à l’orientation des investissements vers les entreprises qui offrent des solutions aux enjeux de long terme et qui mettent en place des pratiques responsables à l’égard de ses salariés, de ses fournisseurs, de ses clients et de l’ensemble de ses parties prenantes. C’est la raison d’être de notre offre de fonds labellisés ISR ;
  • D’autre part, grâce au dialogue avec le management des entreprises et l’exercice de nos droits de vote en assemblée générale, pour inciter les sociétés financées à adopter des meilleures pratiques en matière de développement durable – c’est la notion d’engagement, une notion clé dans le suivi de nos investissements.

Par ce dialogue, nous souhaitons assumer le rôle d’investisseurs actifs, impliqués auprès des entreprises que nous décidons d’accompagner financièrement à travers nos décisions d’investissement. Pour cela, nous instaurons avec le management des entreprises investies des discussions tout au long de l’année pour mieux comprendre leurs pratiques d’une part et d’autre part, encourager des améliorations sur des dimensions précises, telles que les objectifs de gestions de gaz à effet de serre, la structure et le montant des rémunérations du management, ou la politique des droits de l’homme dans les chaînes de valeurs. Ces échanges sont complétés et renforcés par nos décisions de votes aux Assemblées Générales de ces sociétés. L’objectif : avoir un impact concret sur les orientations stratégiques et les pratiques spécifiques des sociétés financées, vers plus de durabilité.

Un dialogue via deux mécanismes

L’engagement ISR de LBP AM et de sa filiale Tocqueville Finance repose sur 2 piliers :

Engagement individuel

  • Un dialogue annuel au moment des AG engagement ponctuel
  • accompagnement des entreprises dans le cadre de controverses
  • engagement et principes qui se traduisent dans nos votes aux résolutions externes*
  • 4 sujets stratégiques : 
    • Biodiversité
    • Développement des Territoires
    • Droits humains
    • Changement climatique

Engagement collaboratif

Appartenance à des groupes de place français et internationaux sur les volets Environnemental & Social :

  • Membre fondateur du Club30
  • Membre de l'IAHR
  • Membre de Climate Action 100+
  • PRI : groupe de travail sur biodiversité
  • Ceres : groupe de travail sur la biodiversité

 

Actions dans le cadre des associations : 

  • Engagement dans le cadre de l'access to medecine foundation
  • Participation aux projets de Shareaction - ie : dépôt de résolution HSBC en 2020 sur l'AG 2021

Ces deux piliers ne sont pas mutuellement exclusifs, mais peuvent s’articuler. Voici deux exemples d’engagements individuels, conduits récemment :

  1. Suite aux révélations dans la presse d’un environnement de travail toxique avec des pratiques de discrimination sexuelle et d’allégations de harcèlement et agressions sexuelles au sein de la société Ubisoft, spécialisée dans le développement, l’édition et la distribution de jeux vidéo, LBP AM a écrit à la société et obtenu plusieurs rencontres avec le management. Afin de déterminer de quelle manière le sujet était saisi par le management. Nous avons, à cette occasion, souhaité connaître quelles mesures étaient mises en place par la société, et exprimé notre attente de mise en place d’un plan d’actions, la transparence sur les mesures prises et leurs résultats. Nous effectuons le suivi à intervalles réguliers auprès de la société afin de nous assurer de son bon déploiement. 
  2. LBP AM conduit un dialogue avec l'équipe dirigeante de Téléperformance, leader mondial des centres d’appel, depuis 2019 sur la liberté d'association et des conditions de travail des salariés. La crise sanitaire résultant du Covid ayant entraîné de nouvelles allégations relatives à la dangerosité des conditions de travail dans plus de 15 pays, nous avons désormais engagé un dialogue collaboratif avec 4 autres investisseurs pour obtenir la nomination d'un directeur du conseil d'administration ayant une expertise sur le pilier social, la mise en œuvre de normes minimales communes à l'ensemble du groupe en matière de droits de l'humain, de droit du travail et de liberté d'association et pour encourager Téléperformance à être plus transparent sur les questions sociales. Après plusieurs réunions, l’entreprise a accepté de participer à la Workforce Disclosure Initiative, accédant à notre demande de plus de transparence. Nous continuons à dialoguer à ce jour.

Concernant les engagements collectifs, LBP AP participe activement à plusieurs initiatives françaises et étrangères sur trois thèmes principaux :

Nos pratiques de vote

La politique de vote de LBP AM s’appuie sur sa philosophie ISR fondée sur 4 axes : la gouvernance responsable, la gestion durable des ressources, la transition économique et énergétique, et plus original, le développement des territoires. Elle vise à favoriser la mise en place des meilleures pratiques en termes de gouvernement d’entreprise et d’éthique des affaires et encourage la prise en compte des enjeux environnementaux et sociaux au sein de la stratégie des entreprises. Notre politique de vote promeut notamment une plus grande diversité au sein des conseils d’administration, un alignement entre la rémunération des dirigeants et les intérêts des parties prenantes, l’association des salariés à la gouvernance et au capital des entreprises, ou encore la prévention des conflits d’intérêts en matière de contrôle des comptes. Parmi les principes généraux de sa politique de vote, figurent en particulier l’exigence d’une communication transparente aux actionnaires, fondement d’un bon gouvernement d’entreprise. Aussi, pour encourager cette pratique, LBP AM vote contre toute résolution pour laquelle l’information fournie ne permet pas de se forger une idée juste et précise de la décision à prendre et de sa cohérence avec sa politique de vote. Lorsque la société ne permet pas aux actionnaires de se prononcer sur des éléments que LBPAM estiment clé, LBP AM peut soutenir le dépôt de résolution par des investisseurs afin de permettre aux actionnaires de voter en faveur d’une amélioration des pratiques.   

En 2021, LBP AM a exercé ses droits de vote (en son nom et au nom de sa filiale Tocqueville Finance) pour 750 assemblées générales organisées par 632 sociétés, soit 11 549 résolutions votées avec un taux de désaccord et d’abstention de plus de 28%. Les motivations de nos votes négatifs peuvent être communiquées aux sociétés, à notre initiative ou à leur demande, et donnent lieu à des échanges réguliers. En 2021, LBP AM s’est entretenue avec 24 sociétés sur les résolutions qu’elles présentaient en assemblées générales. 

L’engagement Climat de LBP AM

Pour les entreprises des secteurs à forts enjeux vis-à-vis de la transition énergétique, LBP AM et Tocqueville Finance mènent une démarche active d’engagement. Elle se traduit notamment par des principes de vote exigeants : par exemple, la présence nécessaire de critères environnementaux dans la rémunération des dirigeants ou notre soutien aux résolutions qui encouragent le renforcement de la transparence et des ambitions climatiques, voire la participation de LBP AM et Tocqueville Finance au dépôt de ces résolutions (exemple de l’AG de Total). Par ailleurs, étant parmi les premiers signataires de la Net Zero Asset Management Initiative, dont l’objectif est d’atteindre la neutralité en termes d’émission de gaz à effet de serre de nos portefeuilles d’ici 2050, nous engageons également un dialogue avec les sociétés afin de les inciter à elles-mêmes définir des objectifs de réduction de leurs émissions, selon une trajectoire en ligne avec les scénarios climatiques permettant de limiter la hausse de la température à 1,5 degré.

« L’engagement est aussi une composante à part entière de notre méthode climatique dans la mesure où elle peut nous permettre d’obtenir des compléments d’information sur la stratégie de décarbonation d’un émetteur et/ou d’influer sur celui-ci afin d’accentuer l’alignement de sa stratégie avec l’Accord de Paris. Cette action se reflète dans le travail que LBP AM réalise sur sa politique charbon » souligne Helena Charrier, Responsable Solutions ISR.

L’engagement vise ainsi à « accompagner » les entreprises de manière constructive dans leur trajectoire vers le développement durable. Nous sommes convaincus qu’aux côtés d’autres parties prenantes (les salariés eux-mêmes, les syndicats, la société civile, les ONG, etc.), les investisseurs responsables peuvent contribuer à faire évoluer les pratiques des entreprises en faveur d’une meilleure prise en compte des enjeux environnementaux, sociétaux et de gouvernance. Notre philosophie ISR permet d’orienter nos actions d’engagement vers les thèmes qui nous semblent les plus pertinents. Enfin, nous nous engageons à rendre compte chaque année à nos clients des activités d’engagement dans un rapport dédié. 

Méthodologie ISR : Focus sur le filtre Impact

Le nouveau cahier des charges du Label ISR prévoit que les fonds apportent des éléments de preuve sur la qualité durable de leurs investissements en démontrant qu’ils sont, à tout moment, meilleurs que leur indice de référence ou leur univers d’investissement sur au moins deux indicateurs ESG*. Chaque société de gestion doit aussi fournir à l’épargnant l’ensemble des informations nécessaires pour bien évaluer la performance des deux indicateurs retenus.

La Banque Postale Asset Management a retenu un premier indicateur commun à tous les fonds**, l’empreinte carbone, dans le but d’aligner notre gestion avec l’ambition climatique de LBP AM, un enjeu transversal à tous nos fonds. La sélection de cet indicateur a été motivée par une volonté de cohérence vis-à-vis de l’objectif de l’Accord de Paris d’aligner les flux financiers sur un objectif de développement à faible émissions de gaz à effet de serre, objectif dont LBP AM s’est emparé en adhérant en 2021 à la Net Zero Asset Management Initiative. Cette initiative financière internationale regroupe les gestionnaires d’actifs s’engageant à la neutralité carbone de leurs portefeuilles d’ici 2050. 

*Environnement, Social, Gouvernance 

**labellisés avec la version la plus récente du label

L’empreinte carbone, premier indicateur commun à l’ensemble des portefeuilles

Chez LBP AM, nous souhaitons avoir un impact positif sur les orientations stratégiques et les pratiques des sociétés financées, vers plus de durabilité. Il s’agit en priorité de contribuer à la baisse des émissions de carbone en ligne avec les objectifs des Accords de Paris***, et à l’Objectif de Développement Durable 13 des Nations Unies (mener des actions urgentes pour lutter contre le réchauffement climatique).

Au niveau de ses portefeuilles, LBP AM, a ainsi défini un premier indicateur clé de performance climatique : l’empreinte carbone. Cette dernière est basée sur les émissions de CO2 fournies par MSCI. Nos gérants cherchent à optimiser cette variable, par leur dialogue actionnarial et via leur sélection de titres.  

***Maintenir l'augmentation de la température mondiale à un niveau bien inférieur à 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels et poursuivre les efforts pour limiter encore davantage l'augmentation de la température à 1,5 degré Celsius.

Qu'est-ce que les ODD ?

Les objectifs de développement durable (ODD) sont les 17 priorités d’un développement économique et social, soucieux de respecter les populations et la planète. Ils ont été adoptés en septembre 2015 par l’ONU dans le cadre de l’Agenda 2030.

Un deuxième indicateur, fonction de la thématique du fonds

Pour les fonds ISR généralistes qui ne mettent pas en avant une thématique particulière, LBP AM a fait le choix d’un deuxième indicateur pour piloter sa performance extra-financière : la gouvernance du développement durable, une dimension commune à l’ensemble des sociétés et secteurs. En fonction des fonds, cet indicateur porte par exemple sur la notion de « Rémunération responsable », visant à aligner la rémunération des dirigeants de l’entreprise avec ses enjeux ESG. D’autres fonds ont retenu l’indicateur « Droits humains » qui indique si l’entreprise est Signataire du Pacte Mondial des Nations Unies. Cette initiative lancée en 2000 vise à inciter les entreprises à adopter une attitude socialement responsable en s'engageant à intégrer et à promouvoir plusieurs principes relatifs aux droits de l'Homme, aux normes internationales du travail, à l'environnement et à la lutte contre la corruption.

Au-delà du label ISR, de nouveaux indicateurs de résultats ISR viendront compléter ces premières mesures.

Frédéric Lowe, analyste ISR, souligne que « LBP AM a fait preuve d’une attitude proactive en adoptant, début 2021, l’indicateur Empreinte Carbone pour ses fonds labellisés. Avec l’entrée en vigueur de la directive SFDR, nous serons amenés à communiquer annuellement sur l’évolution de cette métrique, et donc la piloter proactivement. Cette intentionnalité nous rapprochera davantage de la philosophie d’une gestion à impact. Les synergies entre le label ISR et la finance à impact étant vouées à se renforcer, les choix historiques de LBP AM placent la maison en bonne position pour en bénéficier ». 

« LBP AM a fait preuve d’une attitude proactive en adoptant, début 2021, l’indicateur Empreinte Carbone pour ses fonds labellisés. Avec l’entrée en vigueur de la directive SFDR, nous serons amenés à communiquer annuellement sur l’évolution de cette métrique, et donc la piloter proactivement. Cette intentionnalité nous rapprochera davantage de la philosophie d’une gestion à impact. Les synergies entre le label ISR et la finance à impact étant vouées à se renforcer, les choix historiques de LBP AM placent la maison en bonne position pour en bénéficier. »

Frédéric Lowe — Analyste ISR

À lire également

Découvrez les solutions de La Banque Postale

Ce document a été réalisé sur des informations et opinions que LA BANQUE POSTALE ASSET MANAGEMENT considère comme fiables.  Les éléments d’information, opinions et données qui y figurent sont considérés par LA BANQUE POSTALE ASSET MANAGEMENT comme fondés ou justifiés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier, boursier et réglementaire du moment et reflètent l’analyse, au jour de la publication du présent document, de LA BANQUE POSTALE ASSET MANAGEMENT sur les marchés concernés et leur possible évolution.

Ce document n'est ni reproductible, ni transmissible, en totalité ou en partie, sans l’autorisation préalable écrite de LA BANQUE POSTALE ASSET MANAGEMENT, laquelle ne saurait être tenue pour responsable de l’utilisation qui pourrait être faite du document par un tiers. Il ne peut pas être utilisé dans un autre but que celui pour lequel il a été conçu.

La Banque Postale Asset Management est une société de gestion agréée par l’AMF sous le n° 20000031, SA au capital de 5 924 098,60 € -RCS : PARIS  879 553 857

Le placement en Bourse est risqué, vous pouvez subir des pertes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Elles ne sont pas constantes dans le temps. La souscription des parts de ces OPC n’est pas permise aux ressortissants des Etats-Unis d’Amérique ou “U.S. Persons” tels que définis dans le Prospectus. Les conditions tarifaires sont disponibles et à jour dans la documentation règlementaire disponible sur simple demande ou sur le site Internet labanquepostale.fr. Le Document d’Information Clé pour l’Investisseur (DICI) vous est remis avant toute souscription. Le prospectus est disponible gratuitement sur simple demande ou sur labanquepostale.fr. L’attention des investisseurs est attirée sur les liens capitalistiques existant entre les entités composant le Groupe La Banque Postale.

La Banque Postale ‒ SA à Directoire et Conseil de Surveillance. Capital social : 6 585 350 218 €. 115 rue de Sèvres 75275 Paris Cedex 06. RCS Paris n° 421 100 645. ORIAS n° 07 023 424.

(1) ESG AND FINANCIAL PERFORMANCE: Uncovering the Relationship by Aggregating Evidence from 1,000 Plus Studies Published between 2015 – 2020 https://www.stern.nyu.edu/sites/default/files/assets/documents/ESG%20Paper%20Aug%202021.pdf, ESG and financial performance : aggregated evidence from more than 2000 empirical studies. Journal of Sustainable Finance & Investment https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/20430795.2015.1118917