Article

Assurance auto : quels sont les dommages les plus courants ?

Collision, bris de vitre, vandalisme… Que vous soyez ou non conducteur occasionnel, certains sinistres peuvent rapidement générer des coûts de réparation très importants. Dans votre contrat d’assurance auto, vous avez la possibilité de vous couvrir contre un certain nombre de dommages dans le cadre de formules plus ou moins étendues. Tour d’horizon des sinistres les plus courants auxquels votre véhicule est exposé et qui peuvent être pris en charge par votre assurance !

  • #véhicule
Lecture 3 min

Vous êtes déjà client ?

Comment déclarer un sinistre à La Banque Postale ?

Les sinistres hors accident

Pas besoin d’être en train de conduire pour subir un sinistre automobile : même stationné, votre véhicule est exposé à des risques divers. Chacun des sinistres suivants fait l’objet d’une garantie spécifique chez les assureurs, dont il convient d’étudier attentivement l’étendue et les modalités dans votre contrat.

Vol

C’est le sinistre le plus redouté, notamment en ville – et particulièrement pour les deux-roues. Le vol d’un véhicule se matérialise par sa disparition, que la personne qui en est le coupable soit identifié ou non.

Les conditions qui entourent la garantie contre le vol sont complexes et diffèrent selon les assureurs – pensez à lire bien attentivement votre contrat pour en connaître l’étendue. Les sommes engagées étant importantes, les assurances exigent souvent des prérequis stricts.

Divers motifs peuvent ainsi annuler cette garantie, notamment si vous n’avez pas pris de mesures nécessaires pour éviter le vol (à commencer par la bonne fermeture des vitres et de la voiture). Certains assureurs exigent notamment l’installation d’une alarme anti-effraction, d’un dispositif anti-démarrage, d’un verrou supplémentaire sur le volant ou les roues, voire du gravage des vitres… et ceci par des prestataires agréés et homologués.

Pour faire jouer la garantie vol, l’assuré doit déposer plainte et prévenir dans un délai maximal de 2 jours son assureur, sans quoi il pourra ne pas être indemnisé.

Par ailleurs :

  • Si le véhicule n’est pas retrouvé, vous serez indemnisé et devrez rendre à l’assurance les éléments restants du véhicule (carte grise, clés…) ;
  • Si celui-ci est retrouvé, vous êtes tenus de le récupérer s’il est en état de marche, et l’assurance indemnisera d’éventuels dommages ;
  • S’il est retrouvé après 30 jours et que l’indemnisation a déjà été versée, vous pourrez choisir entre restituer l’indemnisation à l’assureur, ou bien lui céder le véhicule pour qu’il le revende.

Vandalisme

Tout comme le vol, le vandalisme constitue un cauchemar pour tout propriétaire de voiture ou de deux-roues… L’étendue des dégâts peut évidemment varier considérablement d’une situation à l’autre.

Dans certains cas, vous pouvez être pénalisé d’une indemnisation moins importante ou d’une franchise additionnelle, par exemple si votre voiture était mal garée ou si elle était conduite par un conducteur non déclaré.

Incendie ou explosion

Pour des raisons diverses, votre véhicule peut subir un incendie voire une explosion, le rendant partiellement ou totalement inutilisable. L’origine du sinistre peut être de deux natures :

  • Accidentelle : court-circuit électrique, dysfonctionnement (de la climatisation notamment), ou encore incendie extérieur, foudre… 
  • Malveillante : vandalisme, attentat…

Une garantie spécifique vous couvre contre ces risques. Elle n’entre pas en jeu si l’assuré est volontairement à l’origine de l’incendie, ou si celui-ci résulte d’une négligence, notamment d’un défaut d’entretien du véhicule. En cas d’origine malveillante, un dépôt de plainte auprès de la police vous sera demandé.

Vous serez indemnisé à la valeur du véhicule au jour du sinistre, ou à une valeur fixe prévue dans le contrat.

Catastrophes

Plus rarement, votre véhicule peut être endommagé dans le cadre d’une catastrophe ou d’un événement de grande ampleur qui affecte de nombreux autres sinistrés.

Votre véhicule peut d’abord être touché par une catastrophe naturelle. L’appellation englobe les événements suivants : orages, tempêtes, séismes, inondations, tornades, tremblements de terre, cyclones, tsunamis, avalanches, grêles, ouragans…

L’indemnisation est conditionnée à la publication d’un arrêté interministériel au Journal Officiel confirmant l’état de catastrophe naturelle dans la zone où se situait votre véhicule. La déclaration de sinistre doit avoir lieu dans les 10 jours suivant la publication de cet arrêté.

Les frais couverts peuvent inclure les réparations et le contrôle technique, ou encore des frais de déblayage et de démolition. Si le véhicule est hors d’état, vous serez là aussi indemnisé à la valeur du véhicule au jour du sinistre, ou bien à une valeur fixe prévue dans le contrat.

Pour ce genre d’événements, il existe une franchise légale fixée par arrêté ministériel. Elle s’élève à 380 € pour un particulier.

Autre type de sinistre, les catastrophes technologiques correspondent à des accidents se produisant dans des structures, notamment industrielles (usines, chantiers, mines…) ou de transport (train, camion, avion, bateau…), classées comme dangereuses pour l’environnement – hors nucléaire. Là aussi, vous avez 10 jours pour déclarer le sinistre auprès de votre assureur.

Enfin, votre véhicule peut être endommagé lors d’attentats ou d'actes terroristes. Dans ce cas, la garantie correspondante couvre également les émeutes, mouvements populaires ou actes de sabotage. Un fonds de garantie des victimes d’actes de terrorisme et d’autres infractions (FGTI), alimenté par une taxe prélevée sur les souscriptions de garanties dommages, permet quant à lui d’indemniser les victimes en cas de dommages corporels.

Pannes

Que votre véhicule soit récent ou ancien, les pannes mécaniques peuvent vous valoir de sérieuses complications et vous coûter cher chez le garagiste.

De très nombreuses pièces dans votre véhicule peuvent être concernées, soit à cause de leur usure naturelle, soit à cause d’un défaut constructeur : moteur, injection, transmission, installation électrique, électronique, climatisation…

Il existe une garantie panne mécanique qui vous permet de prendre en charge les réparations (pièces + main d’œuvre) sur votre voiture en cas de panne. 

Attention

Elle n’est valable qu’en cas de panne imprévisible (généralement due à un défaut constructeur) et ne peut par exemple pas couvrir l’usure naturelle du véhicule, qui relève davantage de son entretien. 

Les assureurs appliquent généralement certaines limites de couverture, liées notamment à l’âge du véhicule et à son nombre de kilomètres, ainsi que des plafonds d’indemnisation.

L'Assurance Auto de La Banque Postale

Pour les trajets du quotidien comme pour la route des vacances, votre véhicule bénéficie d’une protection personnalisée avec La Banque Postale.

Les accidents de circulation

Que vous soyez en ville ou à la campagne, le risque zéro d’accident n’existe pas. Même mineur et sans gravité pour vous et vos passagers, les dégâts matériels causés à votre véhicule peuvent être importants. Plusieurs situations distinctes sont prises en compte par les assurances.

Bris de glace

Les vitres étant la partie la plus vulnérable d’une voiture, le bris de glace est l’un des dommages les plus fréquemment rencontrés, et fait l’objet d’une garantie spécifique chez les assureurs.

Celle-ci ne couvre généralement que certaines parties de la voiture : pare-brise avant, vitres, lunette arrière toit ouvrant, feux avant.

Les feux arrières et les rétroviseurs sont rarement inclus, mais peuvent faire l’objet de garanties complémentaires.

À noter

Cette garantie est valable également si le sinistre a lieu hors conduite, par exemple si le véhicule était stationné.

À titre d’exemple, le coût d’un changement de pare-brise s’élève en moyenne à 600 €. Veillez à bien vérifier le montant de la franchise restant à votre charge en cas de sinistre, qui peut varier considérablement d’une offre à l’autre. 

Collisions

Il est ici question d’accidents de la route à proprement parler. L’étendue des dommages peut varier considérablement selon la gravité de l’accident, mais deux cas de figure sont distingués par les assureurs :

  • Collision avec un tiers identifié

Votre véhicule subit ici une collision avec un tiers clairement identifié : par exemple un piéton, un autre véhicule (qui n’aurait donc pas pris la fuite), ou un animal dont le propriétaire est identifié.

Vous pouvez alors être couvert par la garantie dommages collisions de votre assurance auto. Celle-ci ne fonctionne pas si la collision a eu lieu avec un obstacle fixe, ou si l’autre conducteur impliqué a pris la fuite sans être identifié.

  • Collision avec un tiers non identifié ou un obstacle

L’accident peut être ici causé par un animal sauvage, un obstacle sur la route (arbre, panneau, muret, barrière de sécurité…), ou tout simplement si vous perdez le contrôle du véhicule en cherchant par exemple à éviter une collision avec une autre voiture.

Pour être indemnisé, vous devrez alors avoir souscrit une garantie tous accidents (voir plus bas), qui vous octroie une protection complète contre les dommages matériels subis par votre véhicule quel que soit le type d’accident, et ce même si vous en êtes responsable. 

Quelle garantie dommages souscrire ?

Rappel : l’assurance au tiers ne couvre pas les dommages causés à votre véhicule !

L’assurance au tiers couvre votre responsabilité civile en cas de dommages causés à un tiers, qu’ils soient matériels ou corporels. C’est l’assurance de base pour un véhicule, et elle est obligatoire.

Néanmoins, cette assurance ne couvre pas les dommages matériels subis par votre véhicule en cas de sinistre. Pour cela, vous allez devoir souscrire une garantie dommages en complément de votre assurance de base.

Assurance « intermédiaire » ou assurance « tous risques » ?

Les garanties dommages sont très souvent proposées par les assureurs dans le cadre de formules dites d’assurance au tiers « plus » ou « intermédiaire ». La garantie dommages de base inclut généralement une protection contre les sinistres suivants :

  • Bris de glace
  • Incendie et vol (parfois vandalisme)
  • Catastrophes naturelles ou technologiques, tempête, attentat
  • Collision (avec un tiers identifié)

En plus de la garantie dommages, ces formules intermédiaires incluent souvent une garantie personnelle du conducteur (qui couvre les dommages corporels que vous pourriez subir) ou encore des services d’assistance (dépannage) ou de protection juridique (en cas de procédure judiciaire).

Si vous voulez étendre votre couverture à tous les types de dommages, les assurances proposent également des formules d’assurances tous risques qui incluent notamment une garantie tous accidents pour vous couvrir contre tous les types de collisions. Peuvent également être proposées :

Une garantie contenu du véhicule, si vous voulez également couvrir les objets personnels (GPS, téléphone, ordinateur…) présents dans le véhicule au moment du sinistre

Articles associés

Découvrez les solutions de La Banque Postale