Article

Les mille et un métiers des jeux vidéos

« Jamais sans mon joystick » est votre devise ? Vous rêvez d’un métier en lien avec votre passion ? Bonne nouvelle : le secteur du jeu vidéo a le vent en poupe et les débouchés sont nombreux. La Banque Postale vous livre quelques tuyaux pour passer du niveau « hardcore gamer* » au niveau « pro ».

  • #emploi
Lecture 2 min

Découvrez la Game Cup


Fondée par KissKissBankBank et la Banque Postale et grâce à l’appui de ses partenaires Jeux Vidéo Magazine, le Pôle Image Magelis, la Région Nouvelle-Aquitaine, le Cnam-Enjmin et Eurekatech, La Game Cup a pour objectif de révéler et d’accompagner les talents émergents du jeu vidéo.

Le concours revient en 2022 et sera ouvert à tous les créateurs indépendants, établis ou non au sein d'un studio, basés en France ! Ce concours original a pour objectif de révéler et d’accompagner les talents émergents du jeu vidéo. 

A la recherche de talents

Un chiffre d’affaires boosté à 5,6 milliards d'euros en 2021 avec une croissance de 13,5% pendant les années 2020 et 2021. L’industrie du jeu vidéo est en pleine effervescence. Aujourd’hui, jusqu’à 100 personnes peuvent travailler à la production d’un seul jeu. Autant dire que la filière a besoin de talents ! Et pas seulement en France, à l’étranger, les diplômés français ont la cote. Un conseil : soignez votre anglais !

Tous profils bienvenus

Mordu(e) de codage ? Passionné(e) de graphisme ? Doté(e) d’une imagination sans limites ? Bienvenue ! La filière du jeu vidéo accueille les profils scientifiques et artistiques, mais aussi littéraires et commerciaux. Pour se former, on compte une poignée de cursus universitaires et une seule école publique, le Cnam-Enjmin. Du côté des écoles privées, Supinfogame-Rubika, Isart Digital, l’ICAN ou les Gobelins ont également la faveur des recruteurs. Les écoles d’ingénieurs ou d’informatique, telles que l’Ensimag ou Epitech, forment de leur côté les futurs programmeurs.

Des métiers à foison

Difficile de citer tous les métiers du jeu vidéo tant la liste est longue ! On peut les classer en trois grandes catégories :

  • Les métiers techniques : développeur (maître du code), game designer (concepteur du gameplay), level designer (concepteur de niveaux de jeu), chef de projet multimédia, bêta testeur…
  • Les métiers créatifs :  designer graphiste, infographiste / animateur 2D/3D, game artist (créateur des univers du jeu), narrative designer (responsable du scénario), sound designer (en charge de l’univers sonore)…
  • Les métiers de la communication et du marketing : chef de produit, business developer, community manager, localisateur (pour l’adaptation française des jeux étrangers), data analyst (pour l’analyse du comportement des joueurs)…

Passion, projets et efforts exigés

Le secteur recherche des profils talentueux, passionnés et rigoureux ! La réalisation de projets personnels, menés en solo ou à plusieurs, constituera un réel atout sur votre CV. Pour vous y aider, pensez au financement participatif ! Le site KissKissBankBank vous donnera un aperçu des projets financés.

Le coût des études est élevé (entre 6 000 et 9000 € par an selon les écoles) et nécessite souvent d’avoir recours à un prêt étudiant. La Banque Postale propose pour cela des solutions souples et adaptées pour étudier en toute sérénité. Votre investissement et vos efforts seront récompensés : le salaire annuel brut d’un animateur débutant s’élève en moyenne à 21 000 € et peut atteindre 35 000 € après quelques années, et jusqu’à 42 000 € pour un programmeur expérimenté(1).

Les solutions de La Banque Postale

Articles associés