Article

Bilan de l'année 2020 et perspectives pour 2021

2020 : malgré la crise sanitaire, un bilan positif pour les principaux OPC actions et diversifiés commercialisés par La Banque Postale

  • #bourse
  • #investissements
Lecture 3 min

Après la soudaine et violente correction des marchés actions, liée à la pandémie COVID-19, au premier trimestre 2020, les espoirs suscités par le développement rapide de vaccins ont permis un fort rebond et un rattrapage de la quasi-totalité de la baisse enregistrée en début d’année.

Mieux, depuis la fin du printemps, les valeurs sont majoritairement en hausse, notamment dans le secteur de la Tech. 

Découvrez les performances* des principaux OPC actions thématiques & géographiques et OPC diversifiés qui sont le reflet de nos convictions et nos perspectives pour l’année 2021.

*Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.

Source : Bloomberg, au 31 décembre 2020. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures, et les produits présentés présentent un risque de perte en capital. La valeur de votre investissement peut fluctuer à la hausse comme à la baisse. Les performances affichées sont en EUR nettes de frais courants et hors commission de souscription ou frais sur versement.

Si l’on regarde le comportement des fonds tout au long de l’année 2020, on peut distinguer 3 périodes différentes. 

Une première période, de janvier à fin mars :

Cette période a été marquée par la propagation de la Covid-19 au niveau mondial et le confinement général des populations et des économies.
L’arrêt brutal de l’activité économique a eu des conséquences importantes sur de nombreux pays et secteurs, entraînant une crise économique majeure et une baisse généralisée de la performance de l’ensemble des principaux marchés mondiaux et par conséquence, celle des OPC actions et diversifiés commercialisés par La Banque Postale.
Toutefois, la crise sanitaire a mis, plus que jamais, en lumière l’importance des systèmes de santé et a accéléré la transition numérique des économies et des entreprises. 

Le fonds actions privilégiant la thématique du vieillissement de la population, Tocqueville Silver Age ISR, a particulièrement profité, sur la période, de la bonne performance des laboratoires pharmaceutiques (avec la course au vaccin) et des entreprises des domaines de diagnostics et d’imageries médicales.  

Le fonds Tocqueville Technology ISR a, également, tiré son épingle du jeu grâce à la bonne résistance des valeurs de l’innovation technologique face au marché, en particulier les valeurs qui étaient « positivement » impactées par la crise. On a, ainsi, assisté à une accélération de l’adoption de certains usages comme les outils informatiques favorisant le télétravail, l’accélération du e-commerce et la livraison à domicile pour des produits alimentaires.

Ces deux fonds ont ainsi fait preuve d’une nette résilience pendant cette phase de forte baisse.

Les deux fonds d’allocation dynamique multi-classes d’actifs LBPAM ISR Diversifié et LBPAM ISR Diversifié Plus ont joué leur rôle d’amortisseur en diminuant l’exposition actions sur la période. Ils ont également bien résisté à la baisse grâce aux couvertures mises en place sur les marchés d’actions et leur positionnement principalement sur des obligations de courtes durées et bien notées.

D’autre fonds, comme LBPAM ISR Actions Amérique et LBPAM ISR Actions France, avec une surexposition sur le secteur de la technologie ou bien le fonds Tocqueville Croissance Euro ISR, investi principalement sur des valeurs défensives moins impactées par la mauvaise conjoncture économique (comme le luxe et les produits de soins) ont également fait preuve d’une bonne résilience pendant la baisse des marchés actions du premier trimestre.

A contrario, le fonds Tocqueville Value Europe, a particulièrement été pénalisé par ses investissements sur des secteurs qui ont souffert pendant la crise sanitaire comme les banques, le pétrole et les valeurs cycliques.

Une deuxième période de fin mars à fin octobre :

Cette période a été marquée par la réouverture progressive des économies et un soutien marqué des autorités politiques et monétaires, ce qui a entraîné un rebond des marchés.

La plupart des principaux fonds actions (hormis les fonds Tocqueville Value Europe, LBPAM ISR Actions Euro, LBPAM ISR Actions France et Vivaccio ISR Actions) ont rattrapé en bonne partie la baisse enregistrée au premier trimestre voire ont affiché une performance nettement supérieure.

Et plus particulièrement, le fonds LBPAM ISR Actions Environnement dont l’objectif est de répondre aux enjeux du réchauffement climatique.

Il a notamment bénéficié de sa surexposition sur des secteurs haussiers comme :

  • les valeurs industrielles (fabricants d’éoliennes, de bornes de recharge électrique ou de transport ferroviaire), 
  • l’immobilier (bâtiments verts)
  • et les services aux collectivités.

Par ailleurs, son absence d’investissement dans des valeurs financières et pétrolières, ne répondant pas à la thématique de la transition énergétique et qui ont particulièrement souffert sur la période, a également contribué à une meilleure performance du fonds.

Le fonds Tocqueville Technology ISR  a également progressé fortement dès le mois d’avril.
Sur la période, le secteur de la technologie a rebondi deux fois plus que le marché dans son ensemble. Les investisseurs ont, en effet, pris rapidement conscience que les entreprises avaient besoin d’investir dans leur outil informatique pour faciliter le télétravail.
Le fonds a également bénéficié de la forte accélération du commerce électronique qui est devenu incontournable dans le contexte de la crise sanitaire que nous traversons.
Enfin, le fonds a sans doute également bénéficié, selon notre société de gestion, des flux financiers importants qui se sont dirigés vers les valeurs de croissance et de qualité dans un contexte de faible visibilité économique.
Notons enfin que grâce à sa gestion ISR prenant en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance dans sa sélection de valeurs a aussi bénéficié au fonds.

Le fonds Tocqueville Croissance Euro ISR a profité de la hausse du secteur technologique mais aussi de son exposition au secteur des énergies renouvelables qui a très bien performé entre avril et fin octobre.

Le fonds LBPAM ISR Actions Amérique a accompagné le rebond du marché américain qui a atteint des plus hauts historiques sur la période tiré, essentiellement, par les valeurs technologiques.
Toutefois, le fonds a pâti de son absence d’investissement dans les FAANG+ (Facebook, Apple, Amazon, Netflix, Google et Tesla), valeurs qui sont en grande partie responsables du rebond impressionnant de Wall Street.
En effet, ces titres ne pouvaient être sélectionnés ni sur la base de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance dans le cadre de la méthodologie ISR de notre société de gestion ni parce qu’ils faisaient l’objet de controverses : évasion fiscale, non-respect de la vie privée et pratiques anti-concurrentielles.

Sur cette même période, la Chine est parvenue au prix de mesures drastiques à limiter la propagation du Covid-19 et à rebondir fortement. Le fonds LBPAM ISR Multi Actions Emergents a bénéficié de sa surpondération sur les actions de l’Asie émergente.

Le fonds LBPAM ISR Actions Monde a tiré parti de son exposition aux valeurs américaines qui sont majoritaires en portefeuille et de son exposition aux valeurs émergentes qui représentent autour de 14% de l’exposition du fonds. Il en a été de même en Europe et ce malgré un rattrapage tardif de la zone.

Quant aux deux fonds LBPAM ISR Diversifié R et LBPAM ISR Diversifié Plus R, malgré leur performance positive, ils n’ont pas rattrapé la totalité de la baisse en raison de leur exposition qui est restée prudente sur les actions au début du 2ème trimestre.

La troisième période de fin octobre à fin décembre 2020 :

Cette dernière période a été marquée par des nouvelles positives concernant :

  • le vaccin contre la Covid-19 et son efficacité ;
  • l’élection du président des Etats-Unis, Joe Biden, démocrate et partisan d’un stimulus fiscal conséquent.

Cela a donné aux investisseurs plus de visibilité sur une possible sortie de crise dans les mois à venir et un potentiel « retour à la normale », entraînant une rotation forte et extrêmement rapide du marché.
Le marché est passé des valeurs « Covid friendly », c’est-à-dire, celles qui avaient jusqu’à présent bénéficié des mesures de confinement et de la situation sanitaire, à des valeurs fortement pénalisées par les mesures de confinement. 

Ainsi, cette rotation a profité à plusieurs secteurs comme celui des banques et du pétrole, plus représentées dans le fonds Tocqueville Value Europe, principalement investi sur des valeurs décotées, qui avaient particulièrement souffert, notamment au 1er trimestre de l’année 2020.

Notons que le fonds a largement surperformé l’indice MSCI Europe sur les actions européennes, entre le plus bas du marché le 18 mars 2020 et la fin d’année. Les fortes variations à la baisse des bourses ont été des opportunités d’investissement qui ont contribué au bon comportement du fonds pendant les phases de reprise économique, notamment lors du 2ème et du 4ème trimestre de l’année.

Cette période a été favorable aux actions et a ainsi bénéficié à l’ensemble des principaux fonds actions et diversifié commercialisés par La Banque Postale.

Le fonds LBPAM ISR Actions Environnement a particulièrement tiré son épingle du jeu. Le fonds a, d’une part, bénéficié de sa surexposition sur les valeurs industrielles et sur les valeurs liées aux services et aux collectivités, deux secteurs très haussiers sur la période. Et d’autre part, de l’absence d’investissement sur le secteur de la santé, ainsi que de sa sous-pondération dans des biens de consommation de base. Mais il a pâti de l’absence de valeurs financières (ces secteurs ne répondant pas à la thématique de la transition énergétique).
La sélection a également été très positive, notamment sur les valeurs industrielles (fabricants d’éoliennes, de bornes de recharge électrique ou de transports ferroviaires), sur l’immobilier (bâtiments verts) et dans les services aux collectivités grâce à la bonne performance de producteurs d’énergies renouvelables.

Le fonds LBPAM ISR Actions France s’est aussi bien comporté en raison de son évolution vers des valeurs cycliques et value (sous-évaluées) qui bénéficient davantage d’une reprise économique.

Cette rotation sectorielle a été particulièrement bénéfique pour le fonds LBPAM ISR Actions Euro en raison de sa sur-pondération sur la thématique des énergies renouvelables et de sa sous-pondération sur les secteurs de l’énergie, les valeurs financières et la consommation discrétionnaire (biens et services non essentiels), sur une période où ces valeurs ont signé les meilleures performances.

Perspectives 2021 : après la tempête, nous envisageons du beau temps !

2021 ne tournera pas la page de la pandémie. Mais après une année 2020, chaotique sur le plan économique et sanitaire, qui n'a toutefois pas empêché les marchés financiers de rattraper la baisse du premier trimestre voire comme les marchés américains d'atteindre des sommets, cette nouvelle année devrait selon l’analyse de notre société de gestion La Banque Postale Asset Management (LBPAM) amorcer une transition et offrir des perspectives plus positives. Même si à court terme les mesures de restriction de la mobilité et la nouvelle souche du virus en provenance du Royaume-Uni auront sûrement un impact sur la croissance dans les mois à venir.

La généralisation du processus de vaccination, le soutien monétaire et budgétaire ainsi qu’un contexte politique plus apaisé, devraient selon l’analyse de notre société de gestion permettre un redémarrage de la croissance à partir du printemps prochain, avec comme principaux moteurs les Etats-Unis et l’Europe.

La Chine, qui sort renforcée de cette crise par sa reprise économique plus rapide et un contexte sanitaire vraisemblablement maîtrisé continuera, selon l’avis de la société de gestion, à être moteur de l’Asie.

Cette crise sera clairement un accélérateur des tendances structurelles et les entreprises qui participent à ces développements continueront d’en tirer profit ou le feront à nouveau pleinement (besoins en matière d’innovation médicale, d’innovation digitale, de e-commerce ….), une fois la crise complètement passée.

Par ailleurs, les valeurs décotées, appelées « Value » présentent encore un retard de performance important, et devraient, selon notre société de gestion, tirer parti des programmes de relance généreux et des campagnes massives de vaccinations.

Les plus petites capitalisations devraient également, selon notre société de gestion,  bénéficier davantage d’un redémarrage durable des économies.

Enfin, cette double crise sanitaire et économique a renforcé la prise de conscience de la crise climatique qui s’affirme comme l’un des enjeux fondamentaux pour les années à venir.
Le développement durable de nos économies n’est plus une option mais une nécessité et se trouve désormais au centre des projets politiques mondiaux.
La mutation de nos sociétés, de nos entreprises et de nos modes de consommation va constituer des opportunités d’investissement liées par exemple à l’économie circulaire, à l’énergie propre, aux dépenses d’infrastructure, à la réduction des inégalités ou encore à la lutte contre le réchauffement climatique. Ces thématiques étant prise en considération dans les fonds appliquant une gestion responsable.

Selon notre société de gestion, l’approche ISR dans le processus de sélection des titres sera porteuse de valeur, non seulement cette année mais aussi dans les années à venir.

Articles associés