Article

Épargner solidaire, mode d’emploi

L’appétence des Français pour la finance solidaire va croissant. Nos préconisations pour viser les placements adéquats.

  • #isr
  • #assurance vie
Lecture 2 min

Commençons par définir le cadre. Épargner solidaire, c’est opter pour des placements finançant de l’économie sociale ou dont une partie des intérêts est redistribuée dans ce cadre. Le but est de faire fructifier son épargne en finançant des acteurs économiques impliqués dans l’économie sociale et solidaire.

Cap sur le LDDS

Cet acronyme désigne le Livret Développement Durable Solidaire. C’est la façon immédiate d’épargner « solidaire », puisqu’une partie des capitaux collectés est destinée au financement des PME françaises et de l’économie sociale et solidaire, ainsi qu’aux travaux d’économie d’énergie dans les logements anciens.

Avec un LDDS, le capital et les intérêts sont garantis. Le taux de rémunération actuel au 20/06/2024 est de 3 % par an et s’applique par quinzaine. Pas de frais, pas d’impôt sur les intérêts, et liberté de versement/retrait immédiate : c’est d’une simplicité maximale pour démarrer en épargne solidaire. Seul bémol : ce livret est plafonné à 12 000 euros, hors intérêts générés.

Une autre piste sera d’opter pour un livret bancaire de partage, qui fonctionne comme un livret classique, mais son titulaire accepte de donner chaque année de 25 à 100 % de ses intérêts pour une cause (protection des écosystèmes, agroécologie, lutte contre le handicap, recherche médicale, etc.). Notez que les associations ont en général été pré-choisies par la banque proposant le livret.

Le label Finansol

Vous voulez aller plus loin ? Votre repère en matière d’épargne solidaire sera d’opter pour des solutions financières portant le label Finansol. Géré par l’association Fair (Financer, accompagner, impacter, rassembler), il vous garantit que votre investissement sera orienté vers des activités ayant une utilité sociale ou environnementale. Exemple : l’accès au logement, le soutien à l’agriculture bio, etc.

  • Ce label est attribué par un organe indépendant selon des critères stricts et revus annuellement.

  • Plus de 180 produits d’épargne portent aujourd’hui ce label. Comme des produits ou livrets d’épargne de partage (par exemple : le Service d’Intérêts Solidaires), ou encore deux types de fonds solidaires, avec les fonds de partage ou bien les Fonds 90/10, dont l’encours est investi entre 5 et 10 % en direct dans des structures de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS).

  • Également, l’achat de titres solidaires en direct, dans des foncières solidaires par exemple. Vous trouverez la liste complète sur www.finance-fair.org.

De l’assurance-vie au PER 

Placement financier préféré des Français au vu des encours épargnés (1 961 milliards d’euros à fin avril 2024), l’assurance vie permet également d’investir « solidaire ». Tout contrat doit légalement inclure au moins une unité de compte labellisée ISR (Investissement socialement responsable), une autre Greenfin, (le label garantit la qualité verte des fonds d’investissement) et une troisième du sigle Finansol. Rappelons que les unités de compte sont des supports financiers comprenant des actions ou obligations essentiellement, sans garantie en capital.

Conseil

La valeur des fonds pouvant varier à la hausse comme à la baisse, mieux vaut privilégier des versements réguliers pour éviter d’investir au mauvais moment et ainsi lisser le risque.

Recourir à l’épargne responsable et solidaire dans le cadre de la préparation de sa retraite est également pertinent. Et pour cause, le Plan Epargne Retraite (PER) permet d’épargner durant sa vie active, donc pendant de nombreuses années, pour obtenir à la retraite un capital financier. Dans tout PER, l’assureur gestionnaire a l’obligation d’inclure un fonds labellisé ISR, un autre Greenfin et un dernier Finansol. En pratique, l’offre y est riche, à l’instar de l’assurance vie. A vous de faire vos choix…

Il faut toutefois rappeler que l’épargne placée dans le PER ne peut être débloquée avant la retraite qu’en cas de coup dur ou d’achat de sa résidence principale. Côté épargne retraite, ajoutons qu’il est désormais fait obligation aux employeurs de proposer au moins un fonds solidaire dans les plans d’épargne d’entreprise (PEE) ou plans d’épargne retraite collectifs.

Les solutions de La Banque Postale

Articles associés