Article

5 questions sur le congé parental d’éducation

Quand la famille s’agrandit, de nombreux parents choisissent de prendre un congé parental afin de s’occuper de leur bébé. Mais en pratique, cela se passe comment ? Conditions, durée, aides… le point en 5 questions.

  • #vie quotidienne
Lecture 2 min

Qui a droit au congé parental ?

A ne pas confondre avec les congés maternité et paternité, le congé parental d’éducation est un droit accordé à tout salarié, homme ou femme, qu’il soit le parent naturel ou adoptif de l’enfant. C’est un droit que votre employeur ne peut vous refuser. Seule condition préalable requise : justifier d’un an d’ancienneté dans l’entreprise à la date de la naissance de l’enfant ou à celle de l’arrivée de votre enfant adoptif (de moins de 16 ans) dans votre foyer. 

Quelles sont ses modalités ?

Le congé parental est décliné en deux formules au choix : le congé parental total (avec suspension de votre contrat de travail) ou le congé partiel, qui permet de garder une activité professionnelle au minimum pendant 16 h par semaine. 

Pour quelle durée ?

La durée du congé parental est d’un an maximum et peut être reconduit deux fois, jusqu’aux 3 ans de votre enfant. Si vous êtes des parents adoptifs, votre congé parental peut durer 3 ans maximum si l’enfant est âgé de moins de 3 ans à son arrivée chez vous, et ne peut pas excéder un an dans les autres cas.

Quelles sont les démarches pour en bénéficier ?

Si vous prenez votre congé parental à la suite de votre congé maternité, paternité ou d’adoption, il suffit d’informer votre employeur par lettre recommandée avec AR un mois avant la fin de votre congé. Si vous avez repris le travail après votre congé maternité, votre demande devra être formulée deux mois avant la date de début souhaitée de votre congé parental d’éducation. 

Quelles sont les aides ?

Le congé parental d’éducation n’est pas rémunéré. En revanche, les droits que vous avez acquis sur votre Compte épargne Temps sont utilisables pour indemniser votre congé. Vous pouvez également prétendre, sous certaines conditions, à la prestation partagée d’éducation de l’enfant versée par la CAF. 

Découvrez les solutions de La Banque Postale

Articles associés