Soutenir ses fournisseurs en réduisant ses délais de paiement : comment faire ?
En cours de chargement

En cours de chargement

Soutenir ses fournisseurs en réduisant ses délais de paiement : comment faire ?

Lecture 2 min

Face à la crise générée par le Covid-19 et afin de venir en aide à leurs fournisseurs et sous-traitants, certaines grandes entreprises ont ouvert la voie en diminuant leurs délais de paiement. Cette forme de solidarité n’est pas réservée qu’aux grands comptes. Les PME et ETI peuvent le faire et sans puiser dans leur trésorerie, grâce à l’affacturage inversé.

Elles se nomment Iliad, Jouve , L’Oréal,  Bouygues Telecom, Danone, EDF, Enedis, Orange ou bien encore Sodexo. Ces entreprises ont décidé dès le début du confinement de faire œuvre de solidarité envers leurs petits fournisseurs en anticipant le paiement de leurs factures. Ainsi Iliad, la maison mère de Free, a fait savoir dès le 20 mars que le groupe s’engageait à payer immédiatement les factures en cours sans attendre le délai de 45 jours fin de mois. Le tout pour plus de 5000 factures, plus de 700 fournisseurs et un montant total d’environ 50 millions d’euros (communiqué de presse Iliad, 20 mars 2020).

La raison première d’une telle démarche est le soutien à l'écosystème des fournisseurs. En plus de relever d’une vraie solidarité envers eux, démarche qui reste valable même avec le déconfinement amorcé à compter du 11 mai, cette solidarité s’inscrit aussi plus largement dans le soutien à l’économie nationale et la redécouverte du rôle social des entreprises. Plus prosaïquement, soulager la trésorerie de ces plus petits fournisseurs reste une démarche pleine de bon sens : si l’on veut pouvoir profiter du déconfinement pour relancer son activité, il faut être bien approvisionné. Et donc pouvoir compter sur ses fournisseurs. D’autres bénéfices sont possibles comme un impact positif sur l’image de l’entreprise : les pouvoirs publics ont ainsi salué l’action de ces grands groupes et les médias s’en sont fait l’écho.

 

Soutenir ses fournisseurs : oui, mais comment ?

Certes, vous pouvez solliciter votre propre trésorerie si le confinement n’a pas obéré celle-ci ou envisager de recourir à l’affacturage inversé. Dans ce cas le contrat est conclu à l’initiative du client, votre entreprise donc, avec un factor, et vos fournisseurs et sous-traitants bénéficient d’un paiement au comptant garanti. Cela leur permet de disposer rapidement de liquidités et d’optimiser leur trésorerie, sans solliciter la vôtre. 

Car en cette période si particulière c’est bien la sécurisation de votre chaîne fournisseurs qui justifie le recours à l’affacturage inversé (ou reverse factoring). En faisant bénéficier vos fournisseurs d’un paiement anticipé de leurs factures avant la date d’échéance contractuelle - entre 24 et 48 heures après validation par votre entreprise de la facture selon l’offre de La Banque Postale  - vous renforcez leur solidité financière, vous les fidélisez et vous créez un partenariat privilégié.

Notez aussi que l’affacturage inversé emporte aussi des bénéfices directs pour votre entreprise : cette solution réduit votre besoin en fonds de roulement et optimise votre trésorerie disponible.

Bien souvent l’affacturage inversé est une solution que l’on pense réservée aux très grands comptes. En réalité, il existe deux critères essentiels. Le premier est le volume des achats du souscripteur. Ainsi, au sein de La Banque Postale, sont éligibles les entreprises dont le volume d’achat annuel TTC est supérieur ou égal à 30 millions d’euros. Le second critère est logiquement la capacité de votre entreprise à valider rapidement les factures de vos fournisseurs. En conséquence, bon nombre de PME et ETI sont éligibles à l’affacturage inversé, alors franchisez le pas et créez votre écosystème fournisseurs !