La Banque Postale prend pied à la Réunion pour mieux servir l’Outre-Mer - Collectivités locales - La Banque Postale
En cours de chargement

En cours de chargement

La Banque Postale prend pied à La Réunion pour mieux servir l’Outre-Mer

Lecture 3 min

La création d’une direction commerciale Outre-Mer et d’un centre d’affaires à La Réunion est un signal fort que La Banque Postale adresse aux acteurs institutionnels ultra-marins. Vincent Corduan, patron de la nouvelle entité commerciale, partage sa vision et ses ambitions.

Vous avez été nommé directeur régional Outre-Mer à Saint Denis de La Réunion en novembre 2020. Comment l’activité de La Banque Postale en Outre-Mer était jusqu’ici organisée ?

À La Réunion, la petite équipe dédiée au secteur public local (SPL) dépendait de la branche « Particuliers » où les chargés d’affaires pouvaient ouvrir des comptes, mais n’avaient pas accès à la gamme des financements, ce qui limitait les possibilités d’accompagnement.

Depuis le 1er janvier 2021, l’équipe SPL est passée en mode pleinement opérationnel, avec un accès aux financements et aux analyses de risque qui leur sont associés.

La Banque Postale est par ailleurs présente sur le marché du secteur public local dans le secteur Antilles-Guyane avec quelques interlocuteurs, mais cela va évoluer dans les prochains mois.

 

De quoi la création d’une direction de l’Outre-Mer à La Banque Postale est-elle le signe ?

La création d’une direction régionale Outre-Mer et son installation à La Réunion constituent un signal fort en direction des personnes morales de ces départements. Ce choix signe une volonté de La Banque Postale d’être proches géographiquement de ses clients. Il nous distingue des banques à succursales, qui ne disposent pas d’entités juridiques distinctes localement, et dont les directions Outre-Mer sont en fait basées… en métropole.

La Banque Postale est le premier financeur bancaire des collectivités territoriales et du secteur hospitalier public. Nous nous devions de mieux accompagner l’Outre-Mer, c’est ce que nous souhaitons faire aujourd’hui.

 

En quoi le centre d’affaires installé à Saint Denis est-il adapté aux spécificités du contexte réunionnais ?

L’orientation stratégique du centre d’affaires en direction du secteur public local est particulièrement pertinente dans le contexte réunionnais. Les institutions publiques et collectivités territoriales sont, ici, des acteurs économiques de tout premier plan et les principaux employeurs sur l’île. Ceci dans un contexte caractérisé par un taux de chômage plus de 2 fois plus élevé qu’en métropole, avec près de 40% de la population vivant sous le seuil de pauvreté monétaire. Créer et soutenir des emplois stables représente donc un enjeu crucial, plus aigu encore dans le cadre de la pandémie. La Banque Postale souhaite donc se faire connaitre et reconnaître des acteurs publics réunionnais et prendre sa part dans l’effort de soutien aux acteurs économiques locaux.

 

Quelles sont les ambitions du centre d’affaires à La Réunion ?

Elles sont simples : il s’agit de répondre aux besoins de financement de projets portés par les personnes morales réunionnaises et mahoraises. Que celles-ci soient des acteurs du secteur public local, ou des entreprises dynamiques et des professionnels etc.

Nous souhaitons assumer notre rôle auprès des collectivités et de leurs satellites. Cela avec une attention particulière aux porteurs de projets contribuant à la transition écologique, qui peuvent bénéficier de notre offre de prêts verts, qui vaut à La Banque Postale de très bons classements par les agences de notation extra-financière.

Le secteur public local constitue le cœur du réacteur pour servir nos ambitions de développement. Auprès des collectivités, dans les secteurs du logement social, de la santé et du médico-social, de l’énergie et de l’environnement, La Banque Postale souhaite prendre des parts de marché, avec une relative sélectivité par rapport au risque.

Enfin, l’implantation d’un centre d’affaires est une première étape avant de nouvelles organisations commerciales dans la zone des Antilles d’ici à fin 2022.

 

Quels sont les premiers succès commerciaux obtenus ?

Dans le domaine de la santé, nous avons été sélectionnés par l’association Saint François d’Assise, deuxième plus gros acteur du médico-social de La Réunion, pour gérer les flux bancaires de ses 2 EHPAD réunionnaises.

Le Conseil départemental a par ailleurs retenu La Banque Postale pour 30 millions d’euros de ligne de financement à court terme, en soutien à sa politique d’aide et d’accompagnement à la reprise économique. Nous sommes ainsi très fiers de contribuer à diverses dépenses structurantes et emblématiques sur l’île, comme le chantier relatif au basculement des eaux ou le soutien à la filière de la canne sucrière. Ces lignes de financement « court terme » ont donc vocation à déboucher sur des investissements, donc des financements durables.

Troisième succès récent : La Banque Postale Leasing & Factoring est lauréate d’un marché ouvert par le Grand port maritime de La Réunion. Un financement de 16 millions d’euros a été attribué pour le renouvellement de deux portiques de chargement/déchargement de containers.

Dernier exemple : la solution de ligne de crédit à 12 mois de La Banque Postale a été retenue par SHLMR, deuxième bailleur social de l’île, désireux de préfinancer à hauteur de 30 millions d’euros le foncier nécessaire à ses projets de construction de nouveaux logements.

 

Que va-t-il se passer en 2021 et 2022, à La Réunion et dans la zone Guadeloupe-Martinique-Guyane ?

La Banque Postale entend jouer un rôle actif dans la relance économique, via l’octroi aux entreprises de PGE, les plans garantis par l’État.

Grâce à notre équipe secteur public implantée à La Réunion, nous serons également au rendez-vous des besoins de financement publics en lien avec la reprise économique, que les demandes émanent soit des collectivités, des bailleurs sociaux ou d’opérateurs du champ sanitaire et médico-social.

En Martinique, Guadeloupe et Guyane, la deuxième étape du déploiement de la direction Outre-Mer, reportée du fait du COVID-19, sera activée dans les 18 mois à venir. Ceci nous amènera à dupliquer l’organisation commerciale réunionnaise, avec la création d’un ou deux centres d’affaire en zone Antilles.