Interview

La Fondation OVE oeuvre pour chaque jour changer le regard sur les plus fragiles

Que ce soit à travers la création d’un food truck, le recyclage de savons ou la médiation animale, Christian Berthuy et les accompagnateurs de la Fondation OVE mettent chaque jour en place des initiatives innovantes pour, favoriser l’inclusion des personnes en situation de handicap et rendre notre société plus accueillante. 

  • #innovation
  • #rse
Lecture 2 min
Portrait de Christian Berthuy

Au-delà de la seule prestation bancaire, elle a aussi une vraie expertise sur le secteur médico-social, qui est intéressante pour nous.

Christian Berthuy — Directeur général de la Fondation OVE, à Vaulx-en-Velin

A la sortie de Seconde guerre mondiale, le journaliste et résistant Yves Farge réquisitionna des belles demeures à Megève pour y accueillir des orphelins de la guerre. Près de 80 ans plus tard, son association Oeuvre des Villages d’Enfants, rebaptisée en 2013 Fondation OVE, est devenue un acteur majeur de l’accueil des personnes vulnérables : enfants et adultes handicapés, personnes âgées… « Nous comptons aujourd’hui près de 110 établissements et services [IME, ESAT, EHPAD…] dans cinq régions de France, pour 2500 salariés et 5000 à 6000 personnes accueillies », détaille Christian Berthuy, le directeur général depuis 1998 de la fondation basée à Vaulx-en-Velin. Mais pour aller plus loin dans l’accompagnement, favoriser l’inclusion et « rester digne de notre origine », cet ancien instituteur spécialisé n’entend pas se limiter à la gestion d’établissements.

 « Ces dernières années, nous avons développé de nouvelles activités qui permettent d'apporter un accompagnement différent et à d’autres publics, explique Christian Berthuy. Par exemple, nous avons créé en 2016 avec la Croix-Rouge française l’association de services à domicile Amicial, pour personnes âgées et handicapées. Nous avons aussi noué un partenariat fort avec la radio Vivre FM, dont 50% de l’équipe est en situation de handicap. » D’autres projets visent à restaurer la confiance en eux et la capacité d’action de certaines personnes suivies, comme ces « foodtruck inclusifs » à Lyon et Chambéry, où des adolescents éloignés du système scolaire cuisinent et servent les clients, guidés par des professionnels. « Une des valeurs fortes de notre fondation est d’oeuvrer à changer le regard sur les personnes différentes, résume le directeur général. Car notre société souffre de certaines perceptions, du fait que les gens ne se croisent pas, des discriminations dont sont victimes les plus vulnérables, comme à l’école ou dans l’accès au logement et aux soins… »

La crise sanitaire, avec ses règles de distanciation, ses limitations de sorties et d’activités, n’a pas forcément facilité la tâche aux professionnels de la Fondation, qui ont parfois vu s’étioler le lien patiemment noué avec les personnes accompagnées. Mais elle ne l’a pas empêchée de poursuivre sa mission, seuls certains établissements sans hébergement ayant fermé temporairement lors du premier confinement - une partie de leurs employés, dans un beau geste de solidarité, se sont alors portés volontaires pour aider leurs collègues restés en activité. Dans sa démarche, la Fondation OVE est appuyée depuis quelques années par La Banque Postale. « Elle est devenue l’un de nos principaux partenaires, et nous nous en félicitons, note Christian Berthuy. Au-delà de la seule prestation bancaire, elle a aussi une vraie expertise sur le secteur médico-social, qui est intéressante pour nous. »

Episode 4 - Une fondation qui cultive la différence

Découvrez les épisodes de la série documentaire Territoires Eco

À lire également