Article

Deux entreprises, leurs projets de transition énergétique et le prêt vert : témoignages

Deux entreprises, l’une familiale, l’autre détenue par un établissement public, deux projets différents et le recours à un financement commun : le prêt vert. Antoine Wassner, président de Sabarot Wassner, et Isabelle Burget, directrice générale de Batorama, expliquent ici comment le prêt vert a pris sa place dans leur démarche RSE.

Lecture 3 min

Les projets & leurs contextes

Sabarot Wassner, entreprise familiale dirigée par la 7ème génération, est engagée dans une démarche RSE de fond et de longue date, dont un projet d’industrie 4.0 qui repose sur un plan de robotisation de ses installations et une automatisation du stockage. L’objectif est double : « libérer de l’espace dans nos entrepôts afin d’accompagner notre développement et supprimer les activités répétitives pour nos salariés » éclaire Antoine Wassner, son président. Le projet, initié en 2020, prévoit la création d’un bâtiment de 23 mètres de haut et 100 mètres de long avec un impératif « être le plus neutre possible en termes d’émission de carbone ». D’où le choix de recourir à la pose de panneaux photovoltaïques pour faire fonctionner les robots et, plus largement, pour équiper tout nouveau bâtiment. Ce projet d’envergure est coordonné par le responsable RSE et porté par le directeur industriel et le directeur financier de l’entreprise.

Batorama, entreprise privée détenue à 100% par l’établissement public Groupe Ports de Strasbourg, propose du tourisme fluvial sur les canaux du centre-ville de Strasbourg. Elle est engagée depuis 2015 dans un projet de verdissement de sa flotte, pour un budget global de plus de 30 millions d’euros sur les sept prochaines années. En 2020, Batorama obtient des Voies Navigables de France une convention d’occupation temporaire pour quinze ans, qui encadre des engagements renforcés dans le renouvellement de la flotte et des équipements spécifiques pour accueillir les personnes à mobilité réduite. « Ces engagements font écho à notre propre plan de développement pleinement RSE : assurer la pérennité de l’entreprise et réaliser notre transition énergétique tout en proposant une expérience client améliorée, des conditions de travail facilitées et une montée en compétences des personnels » souligne Isabelle Burget, directrice générale Batorama. Première étape : un bateau promenade 100% électrique et zéro émission.

Pour intégrer l’ensemble des paramètres, l’équipe dédiée comprend la direction de maîtrise d’ouvrage du Port autonome de Strasbourg, un cabinet d’ingénierie et d’architecture navale et en interne la direction, la responsable de production et le responsable technique.

Le financement et la place du prêt vert

Portrait d'Antoine Wassner

La Banque Postale qui participe au financement de notre bâtiment vert nous a présenté le prêt vert, que nous n’avions pas identifié, comme outil de financement pour l’installation des panneaux photovoltaïques

Antoine Wassner — Président de Sabarot Wassner

6,5 millions d’euros sont nécessaires pour mener à bien le projet d’industrie 4.0 de l’entreprise Sabarot Wassner. « La Banque Postale qui participe au financement de notre bâtiment vert nous a présenté le prêt vert, que nous n’avions pas identifié, comme outil de financement pour l’installation des panneaux photovoltaïques », pour un budget de 500 000 euros. Le recours au prêt vert, qui requiert de « définir des actions concrètes, souligne que notre démarche est bien calibrée et constitue une sorte de garantie de notre transformation verte ».

Portrait d'Isabelle Burget

La Banque Postale a identifié le prêt vert pour notre projet. Et, de fait, c’est un outil de financement économiquement intéressant et qui tient compte des spécificités de notre activité et de notre structure.

Isabelle Burget — Directrice générale de Batorama

Côté Batorama, la crise sanitaire a bouleversé l’équilibre financier du projet. « La conception et la construction d’un bateau, qui repose sur de la R&D, relève d’un processus très long », précise Isabelle Burget. Ainsi, la première étude pour le futur bateau a démarré en 2016 pour une commande signée en juillet 2021. « Nous devions nous auto-financer pour une enveloppe globale de cinq millions d’euros ». In fine, le financement se fera par emprunts bancaires pour la moitié, le reste via une aide du Plan d'aides à la modernisation et à l'innovation de la flotte, des fonds propres et peut-être un financement du Plan de Relance. « La Banque Postale a identifié le prêt vert pour notre projet. Et, de fait, c’est un outil de financement économiquement intéressant et qui tient compte des spécificités de notre activité et de notre structure ».

Les deux dirigeants s’accordent sur un autre point : la rapidité des réponses des conseillers La Banque Postale et leurs adéquations avec leurs attentes.

Les prêts à impact ont la cote auprès des ménages éco-responsables. D’abord réservés aux entreprises et aux collectivités publiques, les crédits dits « à impact » sont désormais disponibles pour les particuliers qui souhaitent financer des travaux à vocation écologique ou un véhicule neuf. Et ça ne fait que commencer !

Pour en savoir plus sur Sabarot Wassner

Pour en savoir plus sur Sabarot Wassner

  • Secteur : agroalimentaire, légumes secs et céréales
  • Création : 1819
  • 52 M€ de CA en 2019
  • Effectif : 130 salariés
  • Entreprise à mission depuis juin 2020 : « accompagner la transition alimentaire avec des produits bons, sains, naturels » résume son président
  • Un bilan carbone à l’horizon 2025, une neutralité pour 2040
  • Projet financé avec le prêt vert : pose de panneaux photovoltaïques
  • Montant du financement : 250 000 €

Pour en savoir plus sur Batorama

  • Secteur : tourisme/événementiel
  • Création : 1947
  • 9,3 M€ de CA en 2019
  • Effectif : 39 salariés
  • Dispose d’une flotte de 10 bateaux
  • Verdissement de la flotte, initié en 2015
  • Un bateau, le Gustave Doré, à propulsion électrique, depuis 2000, le premier de cette taille dans cette technologie
  • Projet financé avec le prêt vert : conception d’un bateau promenade de tourisme 100 % électrique
  • Montant du financement : 2,5 millions d’euros

Articles associés

Les solutions de La Banque Postale