Trente-six propositions pour lutter contre l'isolement des personnes âgées
En cours de chargement

En cours de chargement

Trente-six propositions pour lutter contre l'isolement des personnes âgées

Lecture 2 min

Le 16 juillet dernier, Jérôme Guedj, inspecteur général des affaires sociales (IGAS), ancien député et président du conseil départemental de l’Essonne, a remis à Olivier Véran, ministre de la Santé, un rapport listant 36 pistes d’action pour « Une politique pérenne de lutte contre l’isolement des personnes âgées ». Gros plan sur des pistes d’action qui devraient mobiliser activement les collectivités territoriales.

La crise sanitaire du COVID-19 aura servi de révélateur sur la question de l’isolement des personnes âgées. Et espérons-le, de déclencheur. Alors même que 92% des victimes du COVID-19 durant le confinement sont âgées de 65 ans ou plus – soit 28 000 décès, presque deux fois plus que lors de la canicule de 2003 – un rapport remis au ministre de la Santé pointe le confinement permanent que vivent nombre de personnes âgées et vulnérables. Et en appelle à une politique publique pérenne de lutte contre l’isolement.

 

300 000 personnes âgées en situation de mort sociale

La crise sanitaire et la période de confinement ont considérablement accentué les situations de mise à l’écart dont souffrent les personnes les plus âgées, vulnérables et dépendantes.

En juin 2020, l’association Les Petits Frères des Pauvres a publié à ce sujet un rapport sur les effets du confinement sur les relations sociales des personnes âgées. Cette étude CSA Research, réalisée auprès de 1502 personnes de 60 ans et plus, nous apprend que 720 000 seniors n’ont eu aucun contact avec leur famille durant le confinement et que 650 000 d’entre elles n’ont eu personne à qui parler dans cette période anxiogène.

L’étude fait écho à une précédente enquête datant de 2017, par laquelle Les Petits Frères des Pauvres révélait que 300 000 de nos concitoyens âgés vivent seuls, en situation de mort sociale, isolés des cercles de sociabilité familial, amical, de voisinage et associatif.

 

L’isolement : une urgence médico-sociale de premier plan

Sur cette question de l’isolement des aînés, Jérôme Guedj a rendu, le 16 juillet, le rapport qui lui avait été confié le 24 mars dernier par Olivier Véran. Intitulé « Déconfinés mais toujours isolés ? La lutte contre l’isolement, c’est tout le temps ! », son rapport final dresse les contours d’un plan de mobilisation nationale contre cette situation. À l’heure où se profile la création d’une cinquième branche de la sécurité sociale, dédiée au risque de dépendance, la lutte contre l’isolement des aînés fait, aux termes mêmes du rapport, figure « d’urgence absolue ».  

Pour faire face à cette urgence médico-sociale, le rapport Guedj formule 36 propositions, structurées suivant six grands axes thématiques.

 

Premier axe : « Les personnes âgées, entendre leur voix, partir de leurs souhaits et attentes, favoriser une citoyenneté éclairée »

Le rapport préconise de passer du « faire pour » au « faire avec ». Ce changement suppose une meilleure connaissance et compréhension des phénomènes d’isolement et une mobilisation contre l’âgisme et la stigmatisation du vieillissement. Il implique le développement de solutions alternatives correspondant aux attentes des personnes âgées, notamment en matière d’habitat inclusif. Ce premier axe doit également se traduire par des efforts redoublés pour favoriser l’inclusion numérique des plus âgés.

 

Second axe : « Les proches aidants : encore et toujours en première ligne »

8 à 11 millions de personnes sont aidants de personnes âgées et dépendantes, avec des degrés d’implication très divers. Le rapport recommande la publication accélérée du décret – attendu pour octobre 2020 – sur le congé de proche aidant. Il préconise également le déploiement d’une politique nationale visant à mieux repérer, informer, former et seconder les aidants.

 

Troisième axe : « Inscrire la dimension de lutte contre l’isolement dans la mission des professionnels »

Le rapport propose que la lutte contre l’isolement figure dans les cahiers des charges et outils d’évaluation des structures et services intervenant au domicile des personnes âgées, mais aussi dans les contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens des établissements. Il préconise l’ouverture de ces derniers à leur environnement local, notamment via des jumelages entre Ehpad et écoles, collèges ou clubs sportifs.

Le rapport suggère par ailleurs plusieurs moyens de soutenir l’action des professionnels du grand âge : améliorer l’attractivité des métiers concernés, ouvrir les structures sur leur territoire, développer l’acculturation numérique…

 

Quatrième axe : « Citoyens, bénévoles et associations : s’appuyer sur la société mobilisée »

Le rapport Guedj recommande de mieux valoriser le bénévolat autour des ainés. Cela en pérennisant le dispositif de la réserve citoyenne, mais aussi en structurant un programme national de déploiement de jeunes volontaires en service civique contre l’isolement des personnes âgées, ou encore maillant le territoires via des « équipes citoyennes » dédiées aux relations de voisinage (un semblable système, baptisé Monalisa, avait été déployé en 2014).

La lutte contre l’isolement pourrait enfin figurer parmi les missions d’engagement du Service National Universel.

 

Cinquième axe : « Élus locaux : coordonner cette mobilisation au sein des territoires »

Le rapport propose de faire de la lutte contre l’isolement l’un des piliers d’une politique transversale d’adaptation des territoires au vieillissement (par exemple en développant le label « Villes amies des ainés »). Il préconise de capitaliser sur les bonnes pratiques des bailleurs sociaux et de poursuivre l’adaptation du parc social aux besoins du grand âge.

Pour mieux repérer les personnes âgées vulnérables, le rapport Guedj suggère la mise en place d’un outil commun d’évaluation des fragilités et la création dans chaque département d’une ligne téléphonique d’écoute, de soutien psychologique et d’orientation vers des solutions de proximité.

Les maires pourraient jouer le rôle d’ensembliers pour impulser des coopérations locales de Veille contre l’Isolement des Âgés (VISA). Un guide méthodologique pour le lancement de semblables coopérations territoriales devrait être diffusé rapidement.

 

Sixième axe : « Une nécessaire impulsion nationale et des moyens financiers à mieux identifier »

Les propositions du rapport visent à créer, au sein des conférences départementales des financeurs, un volet consacré à la lutte contre l’isolement des seniors, avec une enveloppe dédiée et des appels à projets spécifiques.  Le portail Web rompre-isolement-aines.gouv.fr devrait par ailleurs voir son contenu enrichi.

Le rapport préconise enfin de confier à la CNSA le pilotage de la stratégie nationale de lutte contre l’isolement des personnes âgées.