Une 3e ligne de tramway pour une nouvelle ère urbaine à St-Étienne

07 AOÛT 2019

Le tramway est, à Saint-Étienne, une véritable institution : un mode de transport utilisé sans discontinuer depuis le 19ème siècle ! Inaugurée à l’automne 2019, la 3e ligne de tram stéphanoise sert le projet de développement urbain, économique et écologique de la ville, avec le soutien de La Banque Postale. Rencontre avec Christian Julien, Vice-Président en charge du Budget de Saint-Étienne Métropole.

Saint-Etienne et le tramway : une longue histoire ?

Effectivement, Saint-Étienne est la seule ville de France où le tramway a été utilisé sans interruption depuis la fin du 19e siècle. À l‘époque où toutes les grandes villes françaises y ont renoncé, nous avons conservé notre ligne historique, dans l’axe de la Grand Rue, qui aujourd’hui encore fait figure de colonne vertébrale dans l’urbanisme de la ville.

Avec la redécouverte de ce moyen de transport à partir des années 80, St-Étienne a été regardée comme de nouveau pionnière. Notamment lorsqu’une seconde ligne est venue relier l’axe central de la ligne 1 à la gare ferroviaire, permettant aux Stéphanois travaillant à Lyon de s’y rendre sans utiliser leur voiture.

 

Pourquoi une 3e ligne de tramway à Saint-Étienne ?

Cette nouvelle ligne va relier la ligne 1 au pôle multimodal de Châteaucreux, offrant de ce fait davantage de correspondances possibles entre les parkings multimodaux, le tramway, les bus et le train.

Cette 3ème ligne desservira des équipements emblématiques du secteur nord-est de la ville. Comme le stade Geoffroy-Guichard, le Parc des Expositions, la zone d’emplois du Technopôle, ou encore les équipements culturels phares de la ville que sont la Nouvelle Comédie, le Zénith et Le Fil, salle dédiée aux musiques actuelles : autant d’installations qui drainent des flux réguliers de trafic. La ligne facilitera l’accès à des zones d’activité tertiaires et commerciales en cours de création.

 

En quoi cette création de ligne va-t-elle servir le renouvellement urbain de la métropole ?

Les quartiers traversés sont des secteurs en pleine évolution. L’arrivée du tramway devrait constituer un accélérateur du projet urbain pour ces secteurs de l’agglomération. Nous comptons en particulier sur une montée en puissance de la nouvelle desserte pour accompagner l’essor du quartier d’affaires de Châteaucreux.

La ligne va placer tout le quart nord-est de la ville dans une dynamique métropolitaine, en le connectant aux TGV, TER, bus urbains et interurbains. Sans compter qu’elle favorisera aussi le développement des liens inter-quartiers.

 

Quelles seront les caractéristiques de cette 3ème ligne ?

D’une longueur de 4,3 km avec 6 nouvelles stations, la nouvelle ligne devrait accueillir 14000 voyageurs/jour en 2025. Le chantier sera livré à l’automne 2019, dans les temps par rapport à ce qui avait été annoncé. Le budget de l’opération – 75 M€ - est inférieur aux estimations initiales, ce qui témoigne d’une parfaite maîtrise des coûts.

 

La création d’une 3e ligne a été précédée de l’acquisition de rames nouvelles générations ?

Oui, 16 nouvelles rames articulées de dernière génération ont été acquises. Il s’agit là d’une commande spéciale, l’empattement des voies étant, à Saint-Étienne, particulièrement étroit. Ces rames circuleront sur l’intégralité du réseau de tram stéphanois et permettront d’optimiser le service, aussi bien en termes de rotations, de fréquence que de rapidité.  

 

Quels atouts présente le tramway au service de la transition énergétique ?

Le tram est un mode de transport doux. D’une part parce qu’il fonctionne au « tout électrique » et se montre très économe en énergie. D’autre part parce qu’il circule en site propre. Il permet ainsi une approche moins minérale du développement urbain, avec un espace public plus aéré et plus calme, davantage de zones piétonnes et cyclables, et des îlots frais végétalisés. Le tout pour une meilleure qualité de l’air et une qualité de vie préservée.

 

Comment la création de la 3e ligne du tramway stéphanois a-t-elle été financée ?

L’auto-financement de Saint-Étienne Métropole compte pour environ 50% de ce financement. Des subventions de la Région et des ressources fiscales liées à la récupération de la TVA interviennent en complément. Le recours à l’emprunt couvre environ 30% du coût total du projet.

 

Pour quelles raisons La Banque Postale est-elle le partenaire bancaire de cette opération ?

La Banque Postale intervient dans le montage financier du projet avec un prêt vert d’un montant de 10 millions d’euros. Avec un taux fixe, très intéressant, ce prêt présente des garanties particulièrement élevées, qui nous permet de faire face à des échéances supportables, connues à l’avance. Sa durée de 20 ans, très raisonnable s’agissant d’un investissement durable tel qu’une ligne de tramway, a achevé de nous convaincre.

Vis-à-vis de l’usager et du contribuable, financer un projet favorable à l’environnement à l’aide d’un prêt vert nous permet d’afficher une cohérence globale.