Article

Retour sur le marché de l'emprunt pour les collectivités locales en 2021

La publication de l’Observatoire Finance Active 2022 de la dette est l’occasion de faire le point sur le recours et les conditions d’emprunt des collectivités locales avec Laurent Gautier-Falret, Directeur des Marchés Secteur Public Local et Associations à La Banque Postale. Dans un contexte de taux toujours bas en 2021, avec des durées d’emprunt longues, La Banque Postale reste le premier prêteur aux collectivités territoriales.

Lecture 2 min

À fin 2021, en un an et demi, La Banque Postale avait financé 2 milliards d’euros de prêts verts auprès du secteur public local.

Laurent Gautier-Falret — Directeur des Marchés Secteur Public Local et Associations à La Banque Postale

Publication de référence pour les emprunteurs publics, l’Observatoire Finance Active est, chaque année, l’occasion d’une analyse des conditions d’emprunt consenties aux collectivités locales. Pouvez-vous nous en résumer les enseignements ?

Laurent Gautier-Falret : Publié le 8 mars dernier, l’Observatoire Finance Active montre que les conditions d’emprunt des collectivités locales sont restées attractives en 2021. L’Observatoire note qu’après un point bas historique de 0,56 % en 2020, et après six années consécutives de recul, le taux d’intérêt moyen des nouveaux financements stoppe sa décrue en 2021. Mais à 0,62 %, il demeure toutefois bien en-dessous de la moyenne de 1,18 % observée depuis 2014. Toutes les strates de collectivités ont pu se financer en deçà de 0,80 %. Depuis la guerre en Ukraine, les conditions financières ont fortement remonté et la situation sera plus complexe pour les collectivités en 2022. Si on regarde sur une longue période, les conditions restent très favorables.

La part des emprunts à taux fixe reste l’attente première des collectivités locales et a représenté 83 % du volume emprunté. Dans un contexte où la souscription de taux fixe va être contrainte par le niveau bas du taux d’usure, c’est une vraie difficulté pour les collectivités locales.

Si quelques banques ont recommencé à proposer des produits structurés avec des options en 2021, La Banque Postale reste fidèle à ses engagements et ne propose que les produits les plus simples, notés 1A selon la charte Gissler.

La durée moyenne des financements s’est allongée ces dernières années, passant de 16,4 ans en 2014 à 19 ans en 2017. Elle fluctue depuis sur une fourchette de 18 à 20 ans. La diminution des durées d’emprunt enregistrée en 2021 (18,2 ans, contre 20,1 ans en 2020) s’explique notamment par la baisse de maturité liée aux financements obligataires. 

A ce propos, comment se comportent les autres sources de financement, assiste-t-on à une diversification ?

Laurent Gautier-Falret : Le financement bancaire demeure la principale source de financement des collectivités territoriales : dans le panel Finance Active qui majore le poids des grandes collectivités, il représente 48 % des sources de financement des collectivités en 2021 et jusqu’à 92 % pour les plus petites communes, 93 % pour les EPCI et 100 % pour les SDIS.

Comme en 2020, les financements obligataires qui concernent les très grandes collectivités restent à un niveau historiquement élevé. D’après nos estimations, ils représenteraient 18 % du financement total du secteur en volume.

En déployant ses solutions de financement obligataire, La Banque Postale accompagne les collectivités dans cette stratégie de diversification de leurs leviers de financement.

Qu’apporte La Banque Postale dans ce paysage ?

Laurent Gautier-Falret : Leader pour la septième année consécutive en volume de prêts bancaires distribués, La Banque Postale conserve 26 % de parts de marché et reste donc le partenaire bancaire de référence du secteur public local. Mais surtout La Banque Postale est également largement en tête en termes de nombre de contrats passés : elle a ainsi passé 38 % des nouveaux contrats de prêts souscrits en 2021, reflet de son engagement auprès des plus petites collectivités.

Mais ce qui différencie La Banque Postale, et qui n’est pas abordé dans cet Observatoire, c’est l’évolution de notre offre en réponse aux préoccupations environnementales et sociales des collectivités. La Banque Postale assume largement son rôle pour accompagner les projets et investissements des collectivités en faveur de la transition écologique. À fin 2021, en un an et demi, La Banque Postale avait financé 2 milliards d’euros de prêts verts auprès du secteur public local.

À moyen terme, toutes les banques proposeront des offres de prêts responsables. Mais de nombreuses collectivités vont d’ores et déjà plus loin et s’intéressent désormais à la cohérence entre les engagements pris par les banques et les solutions qu’elles proposent. Sur ce point aussi, classée première banque mondiale en termes de RSE selon Moody’s ESG Solutions, La Banque Postale pourra apporter des réponses !

Le panel Finance Active

L’Observatoire annuel Finance Active repose sur l’analyse des données financières de plus de 1 200 collectivités territoriales, majoritairement des grandes collectivités, représentant 45 % de la dette des administrations publiques locales. 

Solutions associées