Article

La Semaine de la dénutrition 2022 : La Poste s'engage

Maladie silencieuse et méconnue, la dénutrition affaiblit, chaque année en France, 2 millions de personnes, parmi lesquelles des personnes âgées, mais aussi malades et hospitalisées, dont elle peut engager le pronostic vital. En qualité de partenaire majeur de la #SemaineDénutrition2022 du 18 au 25 novembre, le Groupe La Poste mobilise ses ressources pour informer et sensibiliser les Français.

Lecture 2 min

La dénutrition est une problématique de santé publique majeure. Mais elle demeure une pathologie largement sous-estimée dans notre pays. Fin 2020, à l'occasion de la première édition de la Semaine nationale de la dénutrition, une enquête Ifop a ainsi révélé que seuls 18 % des Français assimilent la dénutrition à une véritable maladie, quand 42 % la pensent liée à des situations de famine. 

Semaine de la dénutrition 2022

Une priorité de santé publique

La dénutrition découle de situations où une personne malade ou fragile reçoit des apports alimentaires inférieurs à ses besoins nutritionnels réels. Elle touche, en France, quelque 2 millions de personnes chaque année, parmi lesquelles 800 000 personnes âgées, mais aussi des adultes et des enfants atteints de pathologies lourdes et/ou hospitalisés, y compris des malades du Covid-19.

Or cette maladie engendre des complications post-opératoires, des retards de guérison et peut conduire au décès des personnes concernées, cela alors même qu'il est possible de la prévenir, de la dépister et de la guérir. L'événement entend également battre en brèche les idées fausses selon lesquelles – par exemple – il serait normal de maigrir ou de manger moins de viande en vieillissant.

Informer et sensibiliser les citoyens, mais aussi les acteurs du système de soin qui prennent en charge les malades, c'est tout l'enjeu de la Semaine nationale de la dénutrition.

Un collectif à la manœuvre

La Semaine nationale de la dénutrition est organisée et mise en œuvre par le Collectif de lutte contre la dénutrition (CLD). Fondé en 2016 à l'initiative du Pr Eric Fontaine, ce collectif croise les regards de différents acteurs sur la question : associations de patients, aidants, professionnels de santé, anthropologues et élus. L'événement mobilise tous les maillons de la chaîne des prises en charge : agences régionales de santé, assurance maladie, hôpitaux, établissements pour personnes âgées et handicapées, structures de service à domicile, associations de patients, de bénévoles et d'aidants, mutuelles, collectivités locales etc.

Le financement de la Semaine de la dénutrition, et sa promotion dans la société française, mobilisent un réseau de partenaires engagés, au rang desquels le Groupe La Poste.

La Poste mobilise ses forces

Durant la Semaine de la dénutrition, près de 1 600 bureaux de poste, partout sur le territoire, ont décidé de diffuser de courtes vidéos de sensibilisation du grand public. La présence et les conseils de diététiciens sont proposés dans 25 bureaux de poste d'Île-de-France sur la période.

La Poste a par ailleurs envoyé un emailing d'information et de sensibilisation à près de 2,8 millions de ses clients.

Avec le webinaire « La dénutrition vue du cerveau », La Poste et sa filiale Asten Santé – acteur référent de la prestation de santé à domicile – ont souhaité prendre leur part dans la réflexion autour de la dénutrition. Cela en auscultant les conséquences de la dénutrition sur le cerveau, ainsi que les possibles prises en charge. Pour croiser les regards, elles ont sollicité le concours d'un psychiatre et d'un nutritionniste ainsi que le témoignage d'une famille directement concernée par la problématique.

Articles associés

Solutions associées