Octobre Rose : se mobiliser ensemble, parce que #ToutnestpasRose
En cours de chargement

En cours de chargement

Octobre Rose : se mobiliser ensemble, parce que #ToutnestpasRose

Lecture 2 min

Tout n’est pas rose, loin de là, pour les femmes et les hommes atteints du cancer du sein. Tout n’est pas rose parce que le dépistage est encore insuffisamment efficace et personnalisé. Parce que la chirurgie du sein est souvent vécue comme une mutilation. Parce que 12 000 femmes par an décèdent encore de la maladie. Durant le mois international dédié à la lutte contre le cancer du sein, La Banque Postale se mobilise en soutien à l’institut Gustave Roussy.

C'est ensemble que nous pourrons guérir le cancer du sein.

Une prévention plus personnalisée des cancers avec un meilleur repérage des femmes à haut risque ; plus de recherche contre les cancers métastatiques ; des soins chirurgicaux moins invasifs et mutilants. Pour sa campagne de collecte de dons 2020, sur le thème « Tout n’est pas rose », l’Institut Gustave Roussy a ciblé ses combats. Avec la campagne de dons #ToutnestpasRose, le premier centre de lutte contre le cancer en Europe espère améliorer les espoirs de guérison et la qualité de vie des femmes atteintes d’un cancer du sein. 

 

Un enjeu majeur de santé publique

Lutter contre le cancer du sein est un enjeu majeur de santé publique. Une femme sur 9 sera en effet confrontée à cette maladie au cours de sa vie. 59 000 nouveaux cas sont détectés chaque année – dont près de 600 hommes - on ne le sait pas assez. Soigner un cancer du sein nécessite en moyenne 6 à 9 mois de traitement et 5 à 10 ans d’hormonothérapie post-cancer. Chaque année, 20 000 femmes subissent une ablation du sein. 

Premier financeur bancaire des hôpitaux publics depuis 2015, La Banque Postale est, avec le Groupe La Poste, partenaire de la campagne de collecte de dons Octobre Rose. Elle entend ainsi contribuer à soutenir les programmes de recherche et de soin menés à l’institut Gustave Roussy.  

 

Vers de nouvelles approches thérapeutiques ?

Les axes de travail actuels des chercheurs et des médecins de l’institut concernent quatre axes principaux.

  • Il s’agit d’abord d’améliorer la prévention des cancers. On sait aujourd’hui que 30 à 40% des cas de cancer effectifs se déclarent chez des personnes présentant des risques particuliers, identifiables en amont1. L’institut souhaite donc pouvoir détecter le plus tôt possible les femmes à haut risque, pour pouvoir offrir des traitements moins lourd.
  • Second axe de recherche : le traitement des cancers métastatiques. Actuellement, 70% des patientes développant des métastases sont traitées par hormonothérapie. Or 70% des patientes ainsi traitées développent des résistances au traitement, ce qui mène à beaucoup d’échecs thérapeutiques. L’institut a l’ambition d’utiliser l’intelligence artificielle pour caractériser les tumeurs, mais aussi pour prédire les rechutes et les résistances aux traitements.
  • Troisième axe de travail : la démocratisation de la reconstruction immédiate du sein (en même temps que la mastectomie). Seulement 15% des femmes subissant une ablation du sein bénéficient aujourd’hui de cette avancée chirurgicale, qui réduit considérablement l’impact des soins chirurgicaux sur l’image de soi et la qualité de vie.
  • Dernier axe prioritaire pour l’institut : offrir une meilleure qualité de vie aux malades, pendant et après les traitements. L’objectif est de parvenir à prédire et diminuer les risques de souffrir d’effets secondaires de long terme. Le but est aussi de diversifier le panel des outils utilisés de manière courante pour améliorer la qualité de vie des femmes traitées (esthétique, sport…) et d’en étudier les effets objectifs.

 

"C'est ensemble que nous pourrons guérir le cancer du sein"

" Le combat contre le cancer du sein a connu d’immenses progrès ces dernières années. Mais nous ne pouvons pas oublier qu’il reste aujourd’hui la première cause de décès par cancer chez les femmes. C’est ensemble que nous pourrons guérir cette maladie. " affirme le Dr Suzette Delaloge, oncologue médicale, responsable du Comité Pathologie Mammaire de Gustave Roussy.

Il existe de nombreux moyens de se mobiliser pour soutenir les combats de l’institut.

Pour faire un don au profit de la campagne @ToutnestpasRose, il est ainsi possible : 

  • De faire un don à titre individuel en déduisant 66% du montant de son impôt sur le revenu (ou 75% sur le montant de l’impôt sur la fortune) ;
  • D’envoyer ROSE5 par sms au 92250 (pour un don de 5€), ROSE10 (pour un don de 10€) ou ROSE20 (pour un don de 20€) ;
  • De proposer un « arrondi de caisse » à vos clients/patients ;
  • D’organiser un challenge interne entre équipes ou entre services ; 
  • De monter un événement ou une animation dédiée, au profit de la campagne ;
  • De relayer la collecte sur son site Internet, sur l’Intranet de votre établissement ou via les réseaux sociaux.

 

Merci par avance pour votre mobilisation !