Le paiement sans contact au service de la mobilité
En cours de chargement

En cours de chargement

Le paiement sans contact au service de la mobilité

Lecture 3 min

À l’heure où le paiement sans contact s’ancre dans le quotidien des Français, l’open payment permet à un usager d’utiliser sa carte bancaire en tant que titre de transport, sans abonnement ou inscription préalable. Une alternative innovante aux autres offres de billettique, pour laquelle La Banque Postale a conçu une offre de bout en bout avec ses partenaires billetticiens. Entretien avec Régis Folbaum, directeur des Paiements de La Banque Postale.

Régis Folbaum, directeur des Paiements de La Banque Postale.

Comment fonctionne le système de l'open payment dans le domaine des transports publics ?

Avec l’open payment, n’importe quel usager d’un réseau de transport public, à condition que ce dernier soit équipé de valideurs sans contact, peut payer son déplacement par carte bancaire sans enregistrement préalable ni délivrance de reçu ou de ticket. La carte de crédit constitue alors le titre de transport. La facturation intervient a posteriori : le tarif le plus avantageux pour l’usager est appliqué, en fonction de la combinaison des parcours effectués. Si ce système simplifie la vie de tous les usagers, il est particulièrement adapté aux besoins des voyageurs occasionnels d’un territoire : touristes, congressistes, femmes ou hommes d’affaires.

 

À quels autres besoins l’open payment peut-il répondre ?

La technologie du sans contact est aujourd’hui mature. En 2019 en France, 3,3 milliards de paiements sans contact CB ont été réalisés, que ce soit à l’aide d’une carte de paiement ou d’un smartphone. C’est 54% de plus qu’en 20181.

Dans le champ du transport urbain et interurbain ou encore des mobilités douces, l’apparition du sans-contact a permis de faire évoluer la billettique d’un modèle centré sur le support vers un modèle centré sur le client.

Mais l’open payment est également adapté à tout type d’offres tarifaires combinant plusieurs services de mobilité : vélos et voitures en libre-service, stationnement, parking-relais ou péage urbain, péage d’autoroute, parcs d’attractions, remontées mécaniques…

 

Comment ce service s’inscrit-il dans les nouveaux usages du Maas (Mobility as a service – ou mobilité servicielle) ?

L’open payment est une solution parfaitement maîtrisée aujourd’hui dans un contexte de prestation simple à tarif unique, avec paiement à l’unité. C’est d’ailleurs ce qui a permis l’adoption de l’open payment sur plusieurs lignes de transports d’Ile-de-France, avec La Banque Postale comme acquéreur monétique.

Avec l’open payment, la carte bancaire peut être dotée d’une double fonction de moyen de paiement et d’horodatage, ce qui permet de proposer au porteur des tarifs optimisés pour des trajets combinés. C’est la solution adoptée à Londres, dont le système Transport for London totalise 3,5 millions de trajets validés sans contact chaque jour en moyenne sur les réseaux de bus, métros et trains de banlieue2

 

Quels sont les avantages de l’open payment pour les usagers ?

L’open payment permet une facilité d’usage indéniable : toutes les cartes fonctionnent dès lors qu’elles sont munies d’une fonctionnalité sans contact. Le service fonctionne également avec les cartes bancaires embarquées dans un portefeuille électronique. Le parcours client est considérablement simplifié, avec des gains de temps importants : pas de file d’attente, pas de téléchargement d’application ou d’inscription préalable...

Enfin, l’usager se voit appliquer un tarif calculé au plus juste, en fonction de son usage effectif.

 

Quels sont, pour les autorités organisatrices des mobilités et les exploitants, les bénéfices à attendre du système ?

L’open payment participe de la volonté des collectivités territoriales de moderniser les transports urbains et d’optimiser les charges liées au réseau. Il permet une diminution des coûts d’exploitation liés à la distribution physique, à l’émission des titres de transport, ou encore à la maintenance des automates de vente. On observe une réduction de la fraude contrainte, liée à l’absence de monnaie ou aux files d’attente.

Enfin, l’open payment est un marqueur d’innovation non négligeable, qui renforce l’attractivité du service rendu et valorise l’image des villes qui le déploient comme Smart Cities, promouvant des formes novatrices de mobilité intelligente. 

 

Comment La Banque Postale s’est-elle positionnée dans le domaine de l’open payment ?

Avec 8,8 millions de cartes bancaires émises (soit 13% du marché), La Banque Postale est un acteur leader de la monétique en France. Nous disposons d’une véritable expertise dans le traitement des opérations de carte, que ce soit en termes de résilience, de sécurité ou de protection de la donnée.

Forts de notre implantation territoriale et de notre proximité historique avec le secteur public local, nous nous sommes mobilisés dès 2017 sur les enjeux de l’open payment. Nous intervenons en qualité d’acquéreur monétique en Ile-de-France pour plusieurs lignes de transports depuis décembre 2019 et, depuis août 2020 dans les Hauts-de-France. 

 

Quelles sont les spécificités de la solution de La Banque Postale ?

Notre offre d’open payment comporte deux « briques » qui nous permettent d’accompagner les autorités organisatrices et leurs partenaires exploitants de bout en bout.

  • L’accompagnement en amont pour l’élaboration et la construction du projet en partenariat avec le billetticien : audit de la solution fournisseur, évaluation du risque, mise en conformité de la solution en termes de certification bancaire, support à l’intégration technique des interfaces entre le commerçant et les serveurs bancaires...
  • Le rôle d’acquéreur des flux monétiques avec leur encaissement d’une part et le reversement de la quote-part monétaire due à l’opérateur de transport. 

 

Quelles sont les ambitions de La Banque Postale pour contribuer au développement de l’open payment ?

Banque et Citoyenne, La Banque Postale considère que favoriser les transports urbains et les formes de mobilité douces et décarbonnées relève de sa mission. Nous souhaitons aussi aider les services publics locaux à adopter des moyens de paiement modernes, sûrs et sécurisés, valorisant ainsi l’attractivité de leur territoire auprès des voyageurs qu’ils soient habitués, occasionnels ou touristes.

Dans la perspective des JO de 2024 à Paris, La Banque Postale apporte son expertise d’acquéreur monétique, pour contribuer à l’expérience positive des touristes et des athlètes dans les transports d’Île-de-France.

 

(1) Source : GIE Cartes Bancaires

(2) Source : Libre Blanc "Simplifier l'expérience de paiement dans les transports : un enjeu majeur pour les villes" - Mastercard - Septembre 2019