Article

Journée Citoyenne : il est possible de retisser du lien

Y aller ou pas ? Après avoir longtemps pesé le pour et le contre, l'ODAS et Mulhouse Agglomération, promoteurs de la Journée Citoyenne, ont décidé de reprogrammer une édition en septembre 2021. Après l'année blanche de 2020, l'événement a signé, partout en France, les retrouvailles des citoyens avec l'espace public. Entretien avec Fabian Jordan, maire de Berrwiller, président de Mulhouse Alsace Agglomération et initiateur de la Journée Citoyenne.

Lecture 2 min

La Journée Citoyenne avait été annulée en 2020. 2021 a signé son grand retour. Quels sont les éléments ayant pesé dans la décision de la reprogrammer ?

Fabian Jordan, maire de Berrwiller, président de Mulhouse Alsace Agglomération et initiateur de la Journée Citoyenne.

La crise sanitaire est également, on le sait, une crise sociale. Depuis mars 2019, elle a très fortement impacté nos vies sociales, faisant de l'isolement et du repli sur soi une réalité malheureusement très partagée au sein de la population. Mais en début d'année 2021, nous, élus, étions très hésitants, entre précaution et désir de retisser du lien entre les citoyens. Au premier trimestre, des habitants de ma commune se sont manifestés, exprimant leur désir de sortir de nouveau dans l'espace public. Nous avons tenté un coup d'essai, le 29 mai, à Berrwiller, dans un format adapté, avec des chantiers par petites équipes de 6 personnes, un déjeuner en extérieur et une stricte application des gestes barrières. Cette Journée Citoyenne a très bien fonctionné, avec 56 chantiers et plus de 350 citoyens. Elle a montré qu’il était non seulement possible, mais bienvenu de mobiliser les citoyens autour de valeurs fortes de partage et de solidarité.

Pourquoi le choix d'une Journée nationale de la citoyenneté et de la fraternité ?

Le 8 juin 2021, le Congrès national des Journées Citoyennes organisé en partenariat avec l'Association des Maires de France et l'ODAS, en format visio, a rassemblé plus de 200 participants. L'événement a permis de partager entre élus nos expériences et nos aspirations. L'idée de programmer une Journée nationale de la citoyenneté et de la fraternité le 25 septembre s'est imposée comme une évidence. D'une date nationale symbolique, nous passions à une journée plus officielle, marquée d'une pierre blanche. Le Gouvernement a pris conscience de cet élan et la démarche a reçu le soutien de Jacqueline Gourault, de Marlène Schiappa...

Comment convaincre les élus de s'y engager ?

Il a fallu inciter les communes s'étant déjà engagées dans une précédente édition à se remobiliser. Nous avons pour cela proposé une foule d'astuces et de ressources sur le site des Journées. Nous nous sommes également efforcés d'aller au-devant des nouvelles équipes municipales, dont le début de mandat avait été très rude, particulièrement du fait d'une difficulté à entretenir le lien avec les habitants, justement.

Nous avons mis à la disposition des communes des idées d’actions, des informations gratuites, des documents pratiques, pour que l'organisation d'une Journée Citoyenne ne soit pas l'exercice de la page blanche.

Selon la dernière enquête de l'IFOP réalisée pour l'ODAS, 63% des sondés se déclaraient prêts à participer à un événement local visant à créer et renforcer les liens entre habitants. Cet élan s'est-il retrouvé lors de la dernière Journée Citoyenne ?

L’ODAS manque de moyens pour chiffrer précisément le nombre d’actions menées. Mais 3 000 communes se sont déclarées intéressées et motivées à organiser une Journée Citoyenneté et Fraternité sur leur territoire en septembre dernier. Plus de 5 000 associations s’y sont engagées à leurs côtés.

Sur le territoire de Mulhouse Agglomération, 26 des 39 communes de l’Agglomération ont participé. Elles ont proposé 56 chantiers et mobilisé plus de 350 habitants. C’est sur le terrain que le vivre-ensemble s’incarne le mieux.

Dans quel état d’esprit ces Journées Citoyennes 2021 ont-elles eu lieu ?

Il s’agissait avant tout de consolider et de rassurer. Beaucoup de nos concitoyens ont traversé des moments très difficiles, voire traumatisants. Cela aussi bien dans la population qu’au sein des équipes municipales. Nous, élus de collectivités, avions peu de réponses à apporter, peu de leviers à actionner. En dépit des protocoles sanitaires encore lourds, il s’agissait avec les Journées Citoyennes de nous montrer proches des habitants, au chevet notamment des plus fragiles, en fédérant les énergies positives. En apportant un élan de joie. Comme le dit l’une de mes collègues maires « la Journée Citoyenne ce n’est que du bonheur ».  Je crois que c’est là une dimension essentielle. Là où les citoyens viennent en mairie, en temps ordinaire, pour évoquer des problèmes de voisinage ou signaler un équipement défectueux, ils se retrouvent, autour de la Journée Citoyenne, pour partager leurs idées, pour faire ensemble. C’est une prise de conscience que toutes les composantes de la société – agents municipaux, citoyens, monde associatif, entreprises… - peuvent œuvrer de concert pour le bien commun.

Comment se préparer aux Journées Citoyennes de 2022 ?

D’année en année, sur le territoire de l’agglomération de Mulhouse, un nombre croissant de citoyens s’implique. Nous avons des citoyens sur lesquels nous appuyer comme chefs de chantiers, aux côtés des agents municipaux et des élus. Les citoyens sont réellement forces de proposition. Par exemple, à Berrwiller, les habitants ont souhaité participer à l’agrandissement, et à la réfection du cimetière. Chaque année, ils se mobilisent pour un nouveau chantier, et en cours d’année, certains se proposent pour le nettoyer.

Il ne s’agit donc pas juste d’une journée où quelques-uns donnent de leur temps. Tout au long de l’année, ce qui a été partagé à l’occasion de la Journée Citoyenne rejaillit sur l’état d’esprit global des citoyens.

La Banque Postale accompagne les collectivités locales, notamment via sa filiale KissKissBankBank dans des campagnes de financement participatif. Que vous inspire ce type de participation citoyenne ?

À lire également

Découvrez les solutions de La Banque Postale