Pas-de-Calais
Cap sur la rénovation énergétique du patrimoine

04 JUIN 2019

La Fédération départementale de l’énergie du Pas-de-Calais (FDE 62) vient de signer avec La Banque Postale un partenariat pour accompagner financièrement les collectivités dans leurs projets de maîtrise de l’énergie. Le but : intensifier la dynamique de rénovation énergétique du patrimoine public. Entretien croisé.

De quels avantages les collectivités du Pas-de-Calais vont-elles bénéficier dans le cadre du partenariat entre la FDE62 et La Banque Postale ?

Olivier Feur, directeur régional de La Banque Postale : Grâce à ce partenariat, les Communes et EPCI du Pas-de-Calais ont désormais accès, pour leurs investissements liés à la transition énergétique, à des prêts de La Banque Postale à taux fixe particulièrement avantageux. Cela sur une durée adaptée à la typologie de leurs investissements : 5 à 7 ans pour les projets de renouvellement de l’éclairage public, de remplacement des systèmes de chauffage et de rénovation énergétique des bâtiments, et jusqu’à 15 ans pour les projets de rénovation basse consommation des bâtiments ou d’extension des réseaux de gaz.

Frédéric Hocepied, directeur de la FDE 62 : Les conditions de ces prêts sont bonifiées en complément. Concrètement, la FDE62 prend en charge 100% des intérêts du prêt sur l’intégralité de sa durée, sous forme d’une subvention versée dès le démarrage. Ce qui constitue un avantage important en termes de trésorerie. Grâce à cette prise en charge des intérêts, les prêts accordés équivalent donc, dans les faits, à un prêt à taux zéro.

Pourquoi avoir souhaité initier ce partenariat entre la FDE62 et La Banque Postale ? Quelles valeurs partagez-vous ?

Frédéric Hocepied (FDE 62) : Notre fédération regroupe l’intégralité des 889 communes du Pas-de-Calais. Depuis 2008, nous soutenons notamment leur politique de maîtrise de l’énergie, en subventionnant les travaux de rénovation énergétique effectués. Le financement des projets est un frein important à l’investissement en matière de rénovation énergétique. En sélectionnant chaque année un partenaire financier depuis 2013, nous contribuons à lever le frein financier faisant obstacle à ces investissements pour les communes.

Olivier Feur (La Banque Postale) : En 2019, cet appel d’offre a été remporté par La Banque Postale, qui présentait l’offre la plus intéressante. La Banque Postale est le premier prêteur bancaire des collectivités territoriales. Nos financements sont particulièrement compétitifs. Ils sont accessibles à toutes les collectivités, quelle que soit leur taille. La moitié de nos financements sont d’ailleurs accordés à des communes de moins de 5 000 habitants.

Banque et citoyenne, notre banque a une mission de service public qui la place en première ligne dans le financement de la transition énergétique dans les territoires.

 

Quels sont vos engagements réciproques dans le cadre du partenariat ?

Frédéric Hocepied (FDE 62) : Le financement des projets est un frein important à l’investissement en matière de rénovation énergétique. Nous avons donc souhaité pouvoir soutenir les projets de toute taille. Les prêts accordés le seront à partir de 15 000 euros, ce qui place le dispositif à la portée des petites communes rurales. Et jusqu’à 500 000 euros pour des projets de plus grande envergure. Les projets devront viser une meilleure maîtrise de l’énergie et être portés en maîtrise d’ouvrage par la collectivité bénéficiaire.

Olivier Feur (La Banque Postale) : La Banque Postale du Pas-de-Calais dédie à ce partenariat une enveloppe de 6 millions d’euros.

Nous proposons aux collectivités bénéficiaires un service complémentaire sous la forme d’une analyse comparative de leurs ratios financiers. C’est là l’une de nos grandes forces : celle d’avoir accès à l’ensemble des comptes des collectivités territoriales au plan national. Exhaustive, notre base de données permet notamment aux petites communes, qui n’intègrent pas de compétences financières spécifiques, de connaître leur positionnement sur certains indicateurs financiers clés, par rapport à la moyenne des collectivités de même taille. Un service très apprécié.

 

Comment les collectivités pourront-elles accéder à ce financement bonifié ?

Frédéric Hocepied (FDE 62) : Toutes les communes du Pas-de-Calais ont été informées de ce partenariat. Elles ont la possibilité de déposer un dossier auprès de la FDE, qui procède alors à une analyse des caractéristiques techniques du projet.

Olivier Feur (La Banque Postale) : Une fois le projet validé techniquement et le montant éligible identifié, les communes peuvent se rapprocher de La Banque Postale pour solliciter un prêt. Nous nous engageons à leur répondre rapidement, avec une équipe de commerciaux dédiés.

 

Quels sont les objectifs poursuivis ?

Olivier Feur (La Banque Postale) : La Banque Postale souhaite favoriser les investissements liés au développement durable. Ce partenariat avec la FDE 62 va clairement en ce sens. Par ailleurs, avec notre partenaire, la SFIL, nous allons proposer aux collectivités locales des prêts verts, fléchés sur des projets utiles pour l’environnement : la rénovation énergétique, mais aussi l’eau, les transports ou encore les énergies renouvelables. Cette offre devrait être disponible au cours du premier semestre 2019. Ces emprunts verts contribueront à une finance plus responsable, avec une meilleure visibilité entre prêteurs et investisseurs.

Frédéric Hocepied (FDE 62) : Pour la FDE 62, le but est clair : il s’agit de poursuivre et d’amplifier la dynamique de rénovation énergétique du patrimoine public. Une dynamique déjà bien lancée en ce qui concerne l’éclairage public : dans le cadre de notre projet SEVE (suppression des éclairages vétustes pour l’environnement), 47000 points lumineux ont à l’heure actuelle été subventionnés, dans 457 communes du département.

 

La transition énergétique est-elle un enjeu important pour chacun des signataires de l’accord de partenariat ?

Olivier Feur (La Banque Postale) : Le Groupe La Poste est fortement engagé dans sa propre transition énergétique. Peu de gens le savent, mais c’est La Poste qui détient la première flotte électrique au monde, avec 25 000 vélos, 6700 voitures, 1100 quads et 3200 trois-roues électriques pour la distribution des colis et courriers. 100% de nos facteurs sont formés à l’éco-conduite. Et 100 % de l’électricité consommée par nos 12 000 bâtiments sont garantis d’origine renouvelable depuis mai 2016.

Frédéric Hocepied (FDE 62) : Soutenir la politique des communes en matière de maîtrise de l’énergie est l’une de nos priorités depuis plus d’une décennie. Nous subventionnons notamment, en Pas-de-Calais, les travaux de renouvellement de l’éclairage public, ainsi que les opérations de rénovation basse consommation des bâtiments publics et de leurs systèmes de chauffage. Parallèlement à cette stratégie de subventionnement, nous menons des expérimentations liées à la transition énergétique. Par exemple en installant des bornes de recharge pour véhicules électriques raccordées au réseau d’éclairage public ; ou encore en testant des installations photovoltaïques fonctionnant en auto-consommation grâce au stockage d’énergie par hydrogène.