Comment tirer parti de la révolution des moyens de paiements ? - Professionnels - La Banque Postale
En cours de chargement

En cours de chargement

Comment tirer parti de la révolution des moyens de paiements ?

  • #paiements
  • #encaissements
Lecture 3 min

Recul du paiement en espèces, développement du sans contact, exigences des clients, innovations : ces tendances sont autant d’opportunités pour fidéliser et recruter des clients, voire augmenter le panier moyen.

Outre le recul du paiement en espèces pour les achats du quotidien au profit de la carte bancaire (Etudes relatives aux habitudes de paiements en zone euro, Banque centrale européenne (BCE) décembre 2020), l’impact de la crise sanitaire sur les moyens de paiement est aussi avéré pour les achats en général. Toutes les tendances ont été accélérées, que ce soit le fort recul du chèque constaté depuis 20 ans, le développement du paiement sans contact, ou encore le m-paiement. Cette évolution des moyens de paiement fait d’ailleurs sens au regard des pratiques de paiement identifiées comme accessibles et sécurisées par les consommateurs. Elle permet aussi de proposer des modes de paiements favorisant l’acte d’achat, avec à la clé un panier d’achat potentiellement plus conséquent.

 

Moyens de paiement : l’achat à distance avant tout

C’est bien évidemment la carte bancaire qui a initié l’installation du dématérialisé dans le paiement des achats. Le sans contact, qui ne représentait que 3 % des paiements par carte avant la crise sanitaire, est monté à 8 % pendant le confinement, puis à 14 % après le 11 mai 2020, quand le plafond a été relevé de 30 à 50 euros (Observatoire de la sécurité des moyens de paiement).

Cette évolution laisse présager une croissance des autres moyens de paiement dématérialisés, notamment du m-paiement. Le paiement mobile permet de réaliser des transactions directement avec son téléphone portable, grâce à un terminal de paiement, un site de e-commerce ou même en transférant de l’argent directement de portable à portable. En fonction du type de transfert, les paiements mobiles font appel à plusieurs technologies : le NFC, le QR Code, le Bluetooth ou encore Internet. Quelle que soit la solution envisagée, Apple Pay, Samsung Pay, Google Pay ou Paylib, une solution proposée par La Banque Postale, il est nécessaire de posséder un compte bancaire dans l’un de leurs établissements bancaires partenaires ainsi qu’un smartphone compatible. Le Pay by link, qui permet au client de payer grâce à un lien envoyé par mail, SMS ou WhatsApp, est un autre moyen de paiement dématérialisé révélé par la crise sanitaire. Certains commerçants ou professionnels, que ce soit dans le secteur de l'alimentaire, de la mode, du bricolage, de la santé ou de la beauté, y ont eu recours pour écouler leur stock.

 

Pratiques de paiement : la facilité et la sécurité, duo gagnant

En la matière, l’adage « Il faut que tout change pour que rien ne change » se vérifie. Ainsi, pour les consommateurs, la sécurisation du moyen de paiement est d’autant plus importante que le recours au paiement à distance ou sans contact se développe. Outre qu’elles garantissent un parfait respect des règles sanitaires, ces pratiques de paiement, qui permettent de limiter l’attente améliorent l’expérience client. A condition que le parcours de paiement réponde à deux impératifs : la sécurité et la facilité. La directive dite DSP2 cadrant les aspects de sécurité pour le professionnel, ce dernier doit donc veiller à répondre à l’exigence de facilité. Il lui faut choisir des modes de paiement adaptés à sa clientèle, en évitant de miser sur l’exhaustivité. Car proposer trop de possibilités dans les moyens de régler son achat, que ce soit en magasin ou à distance, complexifie le parcours client et peut conduire à un abandon du paiement.

A l’inverse, une bonne expérience de paiement, sécurisée et facile, permet de fidéliser et de recruter. L’encaissement nomade, aussi appelé « scan & go », qui permet au consommateur de choisir l'article, le scanner et le payer sans passage en caisse, semble en la matière très intéressant. Autres pratiques identifiées, toujours dans cette logique de fidélisation du client : le paiement fractionné ou le paiement différé.

 

Instantanéité, « tokenisation », CB biométrique : des nouveautés à adopter

Le virement instantané paneuropéen, qui existe depuis novembre 2018, présente de nombreux avantages pour les commerçants et leurs clients, puisqu’il permet de transférer jusqu'à 15 000 euros entre banques de l'espace SEPA, en moins de 10 secondes dans un environnement totalement sécurisé. C’est aussi un champ des possibles en matière d’innovations puisqu’en juillet 2020, des banques européennes, soutenues par la BCE, ont annoncé vouloir créer un nouveau standard européen des paiements.

Une pratique récente, la tokenisation, sert à contrer l’un des principaux écueils d’un règlement par carte bancaire : la fin de validité du support. Via la tokenisation, on ne stocke plus le numéro de la carte mais un identifiant – appelé le token – indépendant de la date de validité du support de paiement. Cette innovation simplifie la récurrence du paiement et diminue pour le commerçant le risque de désabonnement.

Enfin, la carte bancaire biométrique, annoncée dans un futur proche, permettra de franchir une nouvelle étape dans le paiement sans contact :  valider une transaction en plaçant son doigt sur un capteur d’empreinte.