Entrepreneurs : face à la crise, la solidarité !
En cours de chargement

En cours de chargement

Entrepreneurs : face à la crise, la solidarité !

Lecture 2 min

Battant en brèche l’idée préconçue qu’un entrepreneur est un individualiste forcené, les dirigeants de TPE et PME, ont fait preuve de solidarité et d’entraide durant la crise du Covid-19. Le réseautage, meilleur remède à la surcharge de travail et au moral en berne.

Confinement mais aussi rupture de la chaine d’approvisionnement, marchés étrangers inaccessibles, les TPE et PME ont profondément souffert de la crise liée au Covid-19. Et fort logiquement, plus d'un dirigeant sur deux craint une faillite de son entreprise, dans un contexte où 36% d'entre elles ne disposent pas d'une trésorerie suffisante pour couvrir plus d'un mois d'exploitation (enquête CPME, 17 avril 2020).

A ce risque de fermeture définitive, s’ajoute un présent complexe. Les chiffres d’affaires ont drastiquement chuté : plus de 60% des entreprises ont vu leur CA baisser de plus de 50% selon l’enquête précitée.

 

Une charge mentale lourde pour les dirigeants

Inquiétude quant à la pérennité de leur entreprise, gestion stressante d’un présent mouvant et flou, mesures de protection de la santé de leurs employés, réorganisation du travail, etc. La liste de ce qui pèse sur les épaules d’un dirigeant de TPE-PME est longue. Cette constatation vaut d’ailleurs aussi pour ceux qui ont vu, durant cette crise, bondir leur activité.

C’est pourquoi près de la moitié travaille plus que d’habitude, un quart d’entre eux estimant même travailler non-stop et être « la tête sous l’eau » (Étude Maison des Entrepreneurs, 20 avril 2020). On peut dès lors parler de « charge mentale lourde » pour les chefs d’entreprise.

Ils ont pu cependant compter sur différents soutiens : celui issu de leurs équipes, celui de leur famille et aussi l’entraide entre pairs. En effet, la solidarité entre entrepreneurs est la troisième forme de soutien reçue par les dirigeants (d’après l’étude Maison des entrepreneurs précitée).

 

Des initiatives structurées et spontanées

Les initiatives ont été et sont toujours nombreuses et issues d’horizons divers allant des fédérations sectorielles jusqu’aux hubs collaboratifs, en passant par les réseaux officiels (la CPME bien sûr, mais aussi le Centre des jeunes dirigeants, le Mouvement des entrepreneurs et dirigeants chrétiens…). Elles s’inscrivent dans des supports très variés : groupes ou séances live Facebook, groupes WhatsApp, webinaires, visioconférences, plateformes. Ce sont aussi les territoires qui ont su fédérer les soutiens et proposer des formes d’entraide aux dirigeants de TPE et PME, à l’instar de la Celle d'écoute et de soutien Nouvelle-Aquitaine proposée par la Chambre de Commerce et d'Industrie Nouvelle-Aquitaine, la Chambre des métiers et de l'artisanat de Nouvelle-aquitaine, la Confédération des PME Nouvelle-Aquitaine et le Medef local. 

Un entrepreneur est fait pour entreprendre : nul ne s’en étonnera, face à la crise, ces mêmes entrepreneurs ont souvent eu des initiatives spontanées, en dehors de tout réseau officiel ou local. Commerçants de la même ville ou franchisés d’un même réseau, ils se sont soutenus et ont échangé leurs bonnes pratiques pour faire aboutir un dossier de demande de chômage partiel au tout début de la crise, puis pour maintenir le lien social au sein de la société et continuer autrement (livraison groupée, communication vis-à-vis des clients…), et désormais pour relancer leur activité. Répondre aux nouveaux besoins mais surtout reprendre et avancer dans leurs projets et leurs souhaits de satisfaire le client, voilà ce qui motive ces entrepreneurs !

 

Découvrir les solutions de La Banque Postale