Article

Digitaliser son activité, ses process ou sa relation client ? Comment opter pour de l'utile et du concret ?

Les TPE sont conscientes du potentiel offert par la transformation numérique, mais se limitent trop souvent à la seule existence d’un site internet. Pourquoi ? Quelles sont les opportunités ? Comment déployer un projet ? Réponses avec deux experts de Docaposte, partenaire de proximité des organisations dans leur transformation.

Lecture 2 min

Avant même la crise sanitaire, les petites entreprises étaient déjà convaincues de l’importance du digital pour asseoir leur activité : ainsi 71 % d’entre elles déclaraient que leur présence sur Internet est indispensable et essentielle à leur activité (étude menée par France Num en 2019-2020). Et, en effet, 70 % des TPE-PME françaises disposaient en 2020 d’un site (source Eurostat).

Une prise de conscience accélérée mais encore incomplète

Roland André, directeur général adjoint de Docaposte.

Mais la digitalisation dépasse le simple fait d’être présent sur internet à travers un site web. Pour Roland André, directeur général adjoint de Docaposte, « le travail ne fait que commencer. Avoir un site est essentiel, mais il faut aussi penser au référencement, pour avoir un site web qui se positionne mieux que les autres sur Google par exemple. Et l’acquisition - soit le fait de développer sa clientèle - ne fait pas tout, insiste l’expert. Il faut fidéliser, or l’avantage de la digitalisation est qu’elle permet une relation client personnalisée ».

Par ailleurs, « bien des TPE n’identifient pas encore l’intérêt de la dématérialisation des échanges et process. Elles disposent d’une messagerie ou d’un espace collaboratif, constate Elodie Poirier, en charge du projet d’accompagnement des TPE/PME pour Bpifrance au sein de Docaposte, mais la signature électronique, la lettre recommandée électronique ou la dématérialisation des process de gestion comme le bulletin de paie ou la facture ne sont pas vraiment perçues comme utiles à la pérennité de leur activité ».

Ces grandes lignes sont à nuancer comme le précisent les deux intervenants. D’abord, la « maturité digitale » diffère selon les secteurs d’activité : certaines professions (experts-comptables, notaires, agents immobiliers) sont très avancées. Ensuite, les commerçants, artisans et TPE, qui jusqu’alors s’en tenaient au seul site internet, semblent s’être emparés du sujet en s’équipant de solutions numériques pour faciliter leurs activités au quotidien : « selon les outils, à savoir l’envoi en ligne du courrier, la dématérialisation des bulletins de paie ou la signature électronique, la progression sur les 18 mois de la crise sanitaire va de 25 % à 35 %, estime Roland André. Et les usages se sont pérennisés ».

Être formé pour déployer une digitalisation utile et concrète

Si la crise sanitaire a permis de gagner plusieurs années dans la digitalisation des TPE, le renouvellement des générations au sein des entreprises et l’apparition de starts up dans les domaines comptables et RH favorisent cette prise de conscience. « Encore faut-il passer à l’acte. Le problème au sein des petites structures n’est pas seulement budgétaire. Les freins les plus courants sont le manque de ressources et d’expertises en interne et le fait que le panier d’achat moyen de ces structures n’intéresse pas toujours les prestataires de services numériques », déplore Roland André, qui incite vivement les artisans, commerçants et TPE à se saisir du sujet : « des solutions dites « user friendly » donc d’un usage très facile existent, ce qui permet de contourner l’obstacle du manque d’expertise ou de ressources. Et il faut avant tout se poser les bonnes questions pour bien définir les besoins ». C’est dans cette logique que les formations aux outils numériques, dispensées par Docaposte, dans le cadre d’un appel à projets porté par Bpifrance, ont été construites. Ces formations sont gratuites et tournées vers les problématiques des TPE/PME : elles visent à expliquer, à simplifier et présenter les offres du marché dans une démarche neutre. Docaposte propose ainsi des modules de sensibilisation sur huit thématiques, notamment la transformation numérique des RH, la simplification des échanges clients avec la dématérialisation des factures, ou encore l’optimisation de sa stratégie sur les réseaux sociaux. A ces formations d’une durée de 1h30 et 100 % en ligne, s’ajoute un module d’accompagnement-action pour tout dirigeant de TPE/PME ayant déjà une idée d’action à mettre en place et souhaitant bénéficier d’un accompagnement pour avancer concrètement dans son projet : « la formation se fait d’abord en présentiel sur une journée avec au maximum 10 participants réunis par affinité sectorielle et métier, précise Elodie Poirier. Il s’agit de définir avec le formateur une méthodologie et un plan d’action. Puis le formateur reste disponible durant tout le déploiement du projet ».

Vous souhaitez mieux saisir les opportunités d’une digitalisation pour votre activité ou bénéficier d’un accompagnement sur le déploiement de votre projet numérique ? Profitez des formations gratuites de Docaposte dans le cadre du plan de relance de la France.

Elodie Poirier, en charge du projet d’accompagnement des TPE/PME au sein de Docaposte.

À lire également

Découvrez les solutions de La Banque Postale