En cours de chargement

En cours de chargement

Ma santé

Vous passez à la retraite, quels sont les impacts sur votre complémentaire santé d'entreprise et votre budget ? Vos besoins santé évoluent, il devient important d'anticiper les risques liés à l'âge. La Banque Postale vous accompagne et vous conseille dans cette étape de la vie pour garder le moral et surtout la forme !

Je gère mon budget santé : le point sur la complémentaire santé retraite

Avec l’âge, les besoins de santé augmentent. En toute logique, les frais médicaux en font autant. Ce qui n’augmente pas en revanche, ce sont les remboursements de la Sécurité sociale : ils s’appuient sur les mêmes tarifs conventionnés que pour les actifs. En parallèle, votre complémentaire santé d’entreprise devient nettement moins intéressante… Souscrire une complémentaire santé retraite représente alors une bonne solution pour ménager votre budget tout en étant bien protégé : explications.

Vous prenez votre retraite : quels impacts sur votre complémentaire santé d’entreprise ?

D’après les dispositions de la loi Evin de 1989, vous avez le droit de conserver la complémentaire santé de votre entreprise. A partir du jour de votre départ à la retraite, vous avez 6 mois pour y souscrire à titre individuel. Mais vous avez aussi le droit de souscrire une complémentaire santé retraite, dite aussi complémentaire santé senior. Cette option est généralement plus avantageuse parce que si vous gardez votre complémentaire d’entreprise :

  • Vous allez devoir payer la part des cotisations que votre employeur prenait à sa charge dès votre première année de retraite. Ensuite, la « prime de base » peut augmenter de 25 % la seconde année jusqu’à atteindre 50 % d’augmentation (par rapport à la prime des actifs) la 3e année. Après, les hausses ne sont plus plafonnées ; 
  • Vos besoins ne seront pas forcément bien couverts car ils évoluent avec le temps.

Comment choisir votre complémentaire santé retraite ?

Il est tout à fait normal d’avoir besoin de plus de soins médicaux avec l’âge. Et il faut reconnaître que certains d’entre eux peuvent coûter très cher… Ainsi, que vous ayez 55 ans, 60 ans ou encore 75 ans, n’hésitez pas à changer de mutuelle pour une complémentaire santé retraite proposant de bons taux de remboursement, particulièrement pour :

  • des soins d’optiques (ex. : lunettes)
  • des soins dentaires (ex. : dentiers, implants)
  • des appareils et prothèses auditives
  • des cures thermales
  • la prise en charge des maladies chroniques
  • des examens médicaux (ex. : radiologie, prise de sang)
  • des consultations de spécialistes
  • de l’hospitalisation.

Comparez aussi les garanties d’assistance et vérifiez les éventuelles exclusions de garanties.

Pensez aussi aux prestations de services et d’assistance en cas de maladie grave

En plus des complémentaires santé retraite, sachez qu’il existe aussi des assurances prenant en charge différents services et prestations liés à l’apparition d’une maladie grave et invalidante, du type cancer par exemple. Là encore, n’hésitez pas à comparer plusieurs offres avant d’arrêter votre choix : la prise en charge est plus ou moins complète selon les assurances. Globalement, vous devez surtout vérifier :

  • les services proposés pour faciliter la gestion de votre vie quotidienne. Exemples : livraison des médicaments à votre domicile, aide-ménagère, transport jusqu’aux centres de soins
  • les prestations d’accompagnement, du type soutien psychologique par exemple ou encore assistance administrative
  • les éventuels services bien-être : kinésithérapeute, coiffeur, esthéticien…

Le « + » 

Avec l’Assurance Coups Durs Santé de La Banque Postale, vous bénéficiez : 

  • dès l’adhésion, d’informations médicales et de prévention
  • d’un capial forfaitaire garanti de 5 000 € à 30 000 € en cas de survenance d’un cancer, d’un accident vasculaire cérébral, d’un infarctus, ...
  • de services d’assistance personnalisables en fonction de vos besoins en cas de survenance d’une maladie grave : livraison de matériel médical, jardinage, ... 

Comment anticiper les risques liés à l’âge : dépendance, obsèques ?

Avec l’allongement de la durée de vie, les cas de dépendance chez les personnes âgées tendent à augmenter. Or, la perte d’autonomie entraîne souvent des dépenses importantes : mieux vaut les anticiper pour bénéficier du meilleur accompagnement possible. De même, il est recommandé de prévoir vos obsèques pour décharger vos proches de nombreux soucis. 

Dépendance de la personne âgée : comment y faire face ?

Fracture du col de fémur, AVC, maladie d’Alzheimer… La perte d’autonomie peut avoir de nombreuses causes différentes, ce qui explique sa fréquence. On parle plus précisément de « dépendance de la personne âgée » dès que ladite personne n’est plus capable d’effectuer toute seule les actes de la vie quotidienne. Elle ne parvient plus à prendre sa douche par exemple, à quitter son lit, etc. Si la perspective de devenir dépendant n’a rien de réjouissant, les services d’aide à domicile se multiplient ces dernières années et, au besoin, il existe plusieurs solutions pour aménager votre intérieur. Mais tout cela a un coût que beaucoup de personnes âgées n’ont pas la possibilité de prendre en charge. Elles doivent alors compter sur l’aide financière et la disponibilité de leurs proches. Pour éviter ce genre de soucis, vous pouvez vous assurer contre la dépendance dès votre départ à la retraite ou même avant si vous le souhaitez.

Pour aller plus loin : que comprend le coût du maintien à domicile ?

Difficile d'avancer un chiffre précis car le coût du maintien à domicile total dépend beaucoup du niveau de dépendance de la personne âgée. Il peut notamment inclure :

  • l'achat ou la location de certains dispositifs médicaux du type fauteuil roulant par exemple ou de matériel paramédical comme un lit médicalisé
  • d'éventuels frais d'aménagement du logement (ex. : installation d'un siège de douche mural ou de toilettes pour personnes handicapées)
  • des frais liés à différents services du type livraison de repas à domicile par exemple
  • le coût des moyens humains : infirmière à domicile, aide-ménagère etc.

Certains fonds permettent de financer ces différents frais, du moins en partie. Citons en particulier la Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie (CNSA). En 2017, elle a consacré 1,376 milliard d’euros* aux personnes âgées dépendantes : 1/3 de la somme a été reversé sous forme d’allocation personnalisée d’autonomie (APA).

Comment préparer vos obsèques ?

La dépendance de la personne âgée n’est pas la seule chose à anticiper : vous pouvez également préparer vos obsèques. Il y a quelques années, le sujet était encore tabou. Mais les choses ont évolué : de plus en plus de Français prévoient le jour de leur départ. D'après une enquête du CREDOC menée en 2016**, près de 70% des défunts avaient a minima laissé des consignes à leurs proches pour le jour de leurs funérailles. S'il existe plusieurs raisons pour préparer ses obsèques, épargner à sa famille de nombreux soucis organisationnels et financiers et s'assurer que ses dernières volontés seront respectées font partie des plus évoquées… Si vous êtes dans le même état d’esprit, vous pouvez notamment :

  • vous constituez un capital dédié au financement de vos obsèques
  • prévoir une assistance morale et/ou administrative pour votre entourage
  • mettre par écrit vos dernières volontés concernant l’organisation de vos obsèques. Préférez-vous être enterré ou incinéré ? Une cérémonie religieuse ou civile ?

Pour y parvenir, le plus simple est de vous assurer.