Comment s'adapter aux nouveaux modes de vie des familles ?
En cours de chargement

En cours de chargement

Comment s'adapter aux nouveaux modes de vie des familles ?

Divorce, second mariage : avec l’évolution des mœurs, la retraite n’est plus forcément de tout repos. Comment aider son enfant fraîchement divorcé ? Soutenir efficacement ses petits-enfants ? Quelle attitude adopter vis-à-vis de l’ancien conjoint ? Suivez nos conseils pour trouver votre place dans une famille recomposée !

Comment aider son enfant qui divorce ?

Votre enfant est sans doute bouleversé et en colère contre son ex. Peut-être même est-il revenu vivre sous votre toit, le temps de trouver un nouveau chez-lui… Bien qu’il n’existe pas de règles « figées dans le marbre », ces 3 conseils devraient quand même vous aider à traverser ce cap délicat :

  • jouez la carte de la non-ingérence en résistant à l’envie de donner votre avis à votre enfant lors de sa séparation. Gardez à l’esprit que sa sensibilité est exacerbée : il risquerait de se sentir infantilisé et de prendre très mal vos conseils, aussi avisés soient-ils;
  • écoutez-le avec bienveillance lorsqu’il souhaite parler de sa rupture et essayez de lui proposer des activités (ex. : sortie ciné, restaurant) pour l’aider à retrouver le moral;
  • ne vous oubliez pas si votre enfant revient chez vous. Vouloir l’aider le temps qu’il retrouve une certaine stabilité, c’est naturel, mais il faut tenir compte de la charge que cela représente. Demandez-lui donc une contribution financière, même minime, et une participation active aux tâches ménagères.

Comment faire accepter son propre divorce à son enfant ?

Vous divorcez ? Soyez diplomate : pour faire accepter la situation à vos enfants, prouvez-leur que vous vous respectez toujours, en conservant certains rituels familiaux par exemple comme réveillonner ensemble chez votre fils. Autre conseil : réglez rapidement la question de la répartition des biens et de l’héritage, quitte à vous faire aider d’un notaire. Vous voudrez peut-être modifier des dispositions testamentaires par exemple.

Gendre, belle-fille : quelle attitude adopter ?

Si vous avez toujours beaucoup apprécié votre ex-gendre ou belle-fille, vous avez sans doute peur de perdre la relation privilégiée que vous entreteniez. Rassurez-vous : ce n’est pas une fatalité. Dans les faits, beaucoup de personnes continuent à appeler et voir régulièrement l’ancien conjoint de leur enfant : il suffit que les deux parties soient d’accord et en aient parlé calmement ensemble. Certes, cela est beaucoup plus facile à faire lorsque la rupture n’est pas trop conflictuelle : si la situation est « explosive », patientez un peu avant d’aborder le sujet. Vous êtes plutôt en mauvais termes avec votre ex-gendre/belle-fille ? Dans ce cas, nous vous conseillons de rester aussi neutre que possible en sa présence si vous avez des petits-enfants : moins vous entrerez dans le conflit, plus vous protégerez votre relation avec eux.

Comment accompagner vos petits-enfants durant le divorce ou le remariage de leurs parents ?

La règle d’or est de ne jamais dire du mal de leur père ou de leur mère devant vos petits-enfants : quelles que soient les raisons de la séparation, c’est très important pour eux de conserver une bonne image de leurs deux parents. De plus, en ne prenant jamais parti face à eux, vous leur montrerez qu’ils ne sont pas obligés de « choisir un camp ». Mis à part ce point, restez simplement le grand-père ou la grand-mère attentionné(e) que vous avez toujours été : vous constituerez ainsi un repère stable et chaleureux pour vos petits-enfants. C’est tout ce dont ils ont besoin ! Reste la question délicate du remariage : là encore, la grande règle est de ne pas dire du mal du nouveau conjoint devant les enfants pour ne pas fragiliser leur relation.

Restez informé de l'actualité sur les seniors, les conseils et solutions dédiées de La Banque Postale !

Suivre toute l'actualité spéciale retraite

Restez informé de l'actualité sur les seniors, les conseils et solutions dédiées de La Banque Postale !