Dépannage à domicile : comment éviter les abus ?

16 NOVEMBRE 2018

Malfaçons, surfacturations… Les professionnels du dépannage à domicile n’ont pas toujours bonne réputation. Quelques précautions sont à prendre pour éviter d’éventuelles arnaques en situation d’urgence.

Clé oubliée ou perdue, dégât des eaux, panne électrique… Face à l’urgence de ces situations, la vigilance n’est pas toujours au rendez-vous. Pourtant c’est bel et bien dans ces moments que nous sommes le plus vulnérables. C’est d’ailleurs pour cette raison que des professionnels indélicats profitent de cette condition, voire en abusent. 

Beaucoup ne semblent d’ailleurs pas respecter les nouvelles obligations d’affichage du prix des prestations de dépannage et de réparation, à l’extérieur de leurs locaux. C’est ce que déplorait la CLCV (association de Consommation, Logement et Cadre de Vie) en octobre 2017 dans un communiqué. Sur les 135 professionnels contrôlés par les enquêteurs, elle constatait « une absence totale d’affichage extérieur des tarifs dans plus de 95 % ». Et seulement 55 % des entreprises disposant d’un site Internet indiquaient leurs prix en ligne. Bien que ceux-ci soient libres, la possibilité de faire jouer la concurrence s’amenuise. 

Voilà pourquoi des sommes mirobolantes sont demandées pour une simple ouverture de porte ou le débouchage des toilettes par exemple. 

Les bons réflexes à adopter

Toutefois, des précautions peuvent être prises en amont. Pensez donc à vous constituer un carnet d’adresses de professionnels fiables qui vous ont été recommandés par vos proches ou votre assureur, plutôt que de vous ruer sur les prospectus déposés dans vos boîtes aux lettres en cas d’urgence.

Sur Internet, redoublez de vigilance. Rechercher sur Internet le prestataire dont on a besoin est souvent notre premier réflexe. Ce n’est pas pour autant la meilleure solution. Car certains professionnels de dépannage malintentionnés paient Google & consorts pour arriver en tête des résultats. Même si certains sont sérieux, veillez à vous renseigner davantage sur la société choisie. N’hésitez pas à lire les avis et à vérifier ses coordonnées, son numéro de TVA, son agrément. Regardez également si les prix sont indiqués sur le site. 

Exigez un devis détaillé et écrit, une facture, et limitez-vous aux travaux urgents
Main-d’œuvre, frais de déplacement, quantité et prix des pièces… L’ensemble des coûts TTC ainsi que les coordonnées doivent être inscrits sur le devis avant l’intervention. S’il vous indique qu’il vous le fera plus tard, ne lui confiez pas le dépannage. Ne signez pas non plus un devis qui vous paraît excessif ou flou.
S’il vous suggère de procéder à quelques réparations supplémentaires et qu’ils vous indique que ceux-ci seront pris en compte par votre assureur, prenez votre temps.

Vous aurez tout le temps d’y réfléchir par la suite et de vérifier par la même occasion les garanties de votre contrat d’assurance.
Quant à la facture, elle fera office de garantie ou preuve, en cas de problème après les travaux.

Gardez les pièces remplacées ou défectueuses et surveillez les réparations.
Les éléments changés pourront en effet vous servir de preuves en cas de litige. N’hésitez pas à demander des explications : origine du problème, détails sur l’intervention, nature des travaux… Cela vous permettra d’arrêter l’intervention si vous jugez que cela est nécessaire.

Des abus de faiblesse qui peuvent coûter cher
Pratiques agressives, mauvaise information du consommateur, publicité mensongère… Alors Gardez bien en tête que profiter de l’ignorance ou de la situation de faiblesse d’un client est considéré comme un abus de faiblesse. Un délit qui peut être puni de trois ans d’emprisonnement et 375 000 € d’amende (article 223-15-2 du Code pénal).