Prélèvements à la source : qui de mes avantaes fiscaux ?
En cours de chargement

En cours de chargement

Prélèvement à la source : quid de mes avantages fiscaux ?

Dons aux associations, financement d’une garde d’enfant, versements sur un produit d’épargne retraite… La mise en place du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu ne remet pas en cause le bénéfice de vos avantages fiscaux mais peut avoir une incidence sur leurs modalités d’application. Tour d’horizon.

Dans la capitale, l'Anticafé est particulièrement apprécié : c'est un concept de café et d'espace pour travailler qui est aussi fait pour les gourmands, car il propose une formule où l'on paie au temps passé à travailler, tout en pouvant déguster des boissons et des encas sucrés ou salés en illimité. C’est à ce jour l'un des réseaux les plus développés, avec 14 espaces de coworking en Europe. C’est d’ailleurs ce concept qui a été choisi pour s’installer au cœur de Station F, le plus grand incubateur de startup au monde, ouvert à Paris en été 2017.
Autre bonne adresse parisienne, Mozaïk, rue de la Chaussée d'Antin, qui propose 2 espaces de coworking dans le 9ème arrondissement de Paris et 1 dans le 8ème. L'ambiance y est familiale et les décors sont joyeux, avec des carreaux de mosaïques qui ornent leurs murs. Autre cadre, autre formule, celle de coworkshop, dans le 10ème arrondissement, à deux pas du Canal Saint Martin. Aucune garantie ou caution à verser, le Coworkshop ouvre ses portes à tout le monde. Et pour les travailleurs sans bureau fixe qui recherchent un espace de travail complètement gratuit, direction le Numa, rue du Caire dans le 2ème arrondissement. Il est complètement free** !

C’est entendu, en 2019, l'impôt sur le revenu sera directement prélevé tous les mois sur les salaires, les retraites, les allocations chômage, etc. Fini le décalage d'un an entre la perception des revenus et leur taxation - pour en savoir plus. Elément clé : le taux du prélèvement à la source est déterminé sans tenir compte des réductions et crédits d’impôt auxquels vous avez éventuellement droit, qui seront pris en compte à retardement par l’administration fiscale. Précisément en août-septembre de l’année suivant les dépenses afférentes.

Vous avez dit crédit ou réduction d’impôt ?
Posons un préalable pour éviter les confusions. La réduction d’impôt vient en déduction de l’impôt à payer. Mais si le montant de la réduction d’impôt est supérieur à l’impôt, en principe l’excédent est perdu. Le crédit d’impôt est également déduit de l’impôt calculé. Mais cette fois, si le crédit d'impôt est supérieur au montant de l’impôt dû, le surplus va donner lieu à remboursement par l’administration fiscale.

Vous donnez à une association en 2018 ?
Si elle est reconnue d’utilité publique, vous avez alors droit à une réduction d’impôt (66% ou 75% du montant donné dans certaines limites). Cette somme vous sera remboursée à la fin de l’été 2019. Exemple : à l’automne 2018, vous donnez 500 euros à une association d’utilité avec une réduction de 66%. Le fisc vous remboursera 330 euros en août / septembre 2019.

Vous financez une garde d’enfants et/ou des services à domicile en 2018 ?
Cette fois, vous bénéficiez d’un crédit d’impôt, théoriquement récupérable en août / septembre 2019. Afin d’éviter un décalage de trésorerie pour les ménages, un acompte de crédit d’impôt sera toutefois versé dès le premier trimestre 2019, correspondant à 30 % du montant du crédit d’impôt obtenu l’année précédente. Le solde sera payé à la fin de l’été 2019.

  • Exemple : un couple a recours à un employé à domicile avec 1 000 euros de crédit d’impôt (crédit d’impôt obtenu en 2018 au titre des dépenses 2017). Au premier trimestre 2019, ce couple obtiendra 300 euros d’acompte, soit 30% du crédit d’impôt afférent aux revenus de 2017 (la dépense de 2018 n’étant pas encore connue du fisc). A la fin de l’été 2019, le complément sera versé sur la base du crédit réellement obtenu pour 2018.
    Important : sur déclaration du premier ministre, l’acompte de « crédit d’impôt » devrait être porté de 30% à 60% et s’appliquer, outre au crédit d’impôt pour l’emploi d’un salarié à domicile et au crédit d’impôt pour frais de garde des jeunes enfants, également, entre autres, aux réductions d’impôt en faveur de l’investissement locatif et aux réductions d’impôt pour dons aux associations.
LBP-BP-Prelevement-source-pictopng.png

Vous détenez un Perp ?

Avec le Plan d’épargne retraite populaire (Perp), vos cotisations sont déductibles du revenu imposable (sous certaines limites). Au titre de l’année 2018, année de transition sur le plan fiscal, compte tenu de la neutralisation de l’impôt sur le revenu 2018 dû au titre des revenus non exceptionnels 2018, vos cotisations n’auront pas d’impact sur le montant de votre impôt à payer (ce dernier sera neutralisé par l’octroi d’un crédit d’impôt dit CIMR), à moins que vous n’ayez perçu des revenus exceptionnels en 2018 (ces derniers n’ouvrant pas droit au CIMR). Si les versements effectués en 2018 sont inférieurs à ceux effectués en 2017 et à ceux effectués en 2019, le montant des versements admis en déduction au titre de l’année 2019 sera égal à la moyenne des versements effectués en 2018 et en 2019.

  1. Exemples (sous réserve des plafonds applicables) :
    Vous versez 5 000€ sur votre Perp en 2017, 2018 et 2019. Ce que vous pourrez déduire en 2020 au titre des revenus 2019 sera bien 5 000€.
  2. Vous ne versez rien en 2018 sur votre Perp après avoir versé 5 000€ en 2017. Et vous reversez 5 000€ en 2019. Votre déduction en 2019 sera ramenée à 2 500€.
  3. Vous réduisez votre versement en 2018 par rapport à 2017, passant de 5 000€ à 2 500€. Et vous reversez 5 000€ en 2019. Votre montant déductible en 2019 sera réduit à 3 750€.
  4. Vous n’aviez rien versé en 2017 sur votre Perp. En 2018 et 2019, vous y investissez chaque fois 5 000€. Le montant déductible en 2019 de vos revenus imposables sera bien de 5 000€.