Gestion de patrimoine : faut-il privilégier le financier ou l’immobilier ?
En cours de chargement

En cours de chargement

Evaluation du risque, rendement espéré, diversification… Il est parfois difficile de choisir la meilleure composition de son patrimoine et de décider sur quel type d’investissement se concentrer. Voici quelques informations qui vous éclaireront davantage.

Les spécificités du patrimoine financier

La « poche financière » regroupe plusieurs classes d’actifs ayant chacune leurs spécificités propres, notamment :

  • les produits d’épargne réglementée désignent généralement des placements réputés sans risque. Ce sont, par exemple, les livrets bancaires (livret A, LDDS, CEL, compte à terme, etc.), la contrepartie étant des taux de rentabilité relativement bas.
  • les obligations, ensuite, ces titres de créances négociables sont émis par les entreprises ou les états afin de se financer sur les marchés. Au-delà du risque principal de défaut (de remboursement) de l’émetteur de la dette, c’est l’évolution des taux qui impactera à la hausse ou à la baisse la valeur de l’obligation.
  • Dernière classe d’actifs : les actions. En acquérant des actions, l’investisseur achète une fraction du capital d’une société, ce qui lui confère à la fois un droit aux dividendes et un droit de vote en assemblée générale. Ce type de placement est réputé plus risqué car il dépend de façon directe et fluctuante de facteurs tels que l’état de santé de l’entreprise,  de ses perspectives de croissance et de la conjoncture économique. Les actions peuvent être acquises sous forme de titres en direct ou d’Organisme de Placement Collectif (OPC).

Les spécificités du patrimoine immobilier

La pierre reste l’un des placements préférés des Français. L’immobilier permet de construire un patrimoine tangible que l’on pourra ensuite transmettre à ses enfants, mais aussi de dégager des compléments de revenus en vue de la retraite par exemple. En plus de l’acquisition d’un logement principal, il existe plusieurs moyens de développer une  « poche immobilière ». Notamment avec l’immobilier locatif, plus accessible depuis la baisse continue des taux d’emprunt que nous avons connue depuis 2011.
L’investissement dans l’immobilier locatif  peut se réaliser sans acheter nécessairement un logement en direct. En effet, pour quelques centaines d’euros, il est possible d’acquérir des parts de Société civile de Placement immobilier (SCPI) et ainsi mutualiser les risques avec d’autres acheteurs tout en se déchargeant de toute gestion du bien. Variante proche de la SCPI, l’Organisme de Placement Collectif immobilier (OPCI) est un placement plus souple et liquide.

Le placement en Bourse est risqué, vous pouvez subir des pertes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Elles ne sont pas constantes dans le temps.

Perfectionner sa gestion patrimoniale

Il existe donc de nombreuses différences entre les investissements financiers et immobiliers, tout comme il existe de nombreuses différence entre des actifs placés à court, à moyen ou à long terme. De façon générale, il n’y a pas de répartition idéale du patrimoine. Tout dépend en effet de l’âge de l’épargnant, de sa situation familiale, de ses projets ou encore de son degré d’aversion au risque.

Nous constatons que le marché action et le marché immobilier affichent, sur 30 ans (de 1985 à 2015), un taux de rentabilité annuel moyen d’environ 9 % à 10 %. Ainsi, on est tenté de penser que ces deux classes d’actifs sont porteuses sur du long terme. Reste la question clé de la période d’investissement qui va de pair avec l’horizon de placement.

Il est très important de bien diversifier son portefeuille pour se prémunir contre toute perte qui serait trop lourde à assumer pour un patrimoine personnel. Les choix opérés entre tel et tel type de placement doivent dépendre avant tout de la situation de l’investisseur. Il ne faut pas oublier qu’un patrimoine se construit tout au long d’une vie, et qu’il peut arriver que certains investissements soient plus judicieux ou opportuns à un instant donné mais que le choix puisse être différent à un autre moment.