La Banque Postale soutient la journée nationale des aidants

30 SEPTEMBRE 2019

La journée Nationale des Aidants (JNA), qui sont quelque 11 millions* en France, aura lieu le 6 octobre prochain. Elle a pour objectif de mettre en lumière le rôle clé joué par ces personnes volontaires, qui accompagnent une personne fragile, en perte d’autonomie, en situation de handicap, d’invalidité ou de longue maladie. 

Le rôle d'aidant : un statut à reconnaitre "Nous sommes 11 millions à prendre soin d'un proche fragilisé et vous ?". C'est le slogan de la campagne JNA 2019 qui sera affichée dans toute la France.
Le message est clair : insister sur la dureté du "travail" de ces aidants, en butte à de nombreuses difficultés pour accompagner des personnes dépendantes. 33% d'entre eux avouent que la situation d’aidant a un impact négatif sur leur vie professionnelle et 58 % déclarent avoir du mal à concilier travail et obligations familiales. "Il faut imaginer ce que cela représente en termes d’engagement au quotidien, d’inquiétude, de soucis, d’organisation, d’efforts", peut-on lire dans Plaidoyer pour les aidants** de Pierre Dharreville.
Le sujet se pose avec d'autant plus d'acuité qu'on constate un vieillissement de la population et qu'on prévoit un doublement des personnes âgées dépendantes passant de 1,1 million en 2012 à 2,3 millions en 2060***. 

Bien souvent, les aidants sont des personnes actives, qui ont une vie de famille et qui prennent sur leur emploi du temps déjà bien rempli pour accompagner un proche en situation de détresse. On estime que ce travail de l’ombre représente entre 12 et 16 milliards d’euros par an. Impossible de ne pas voir qu'il y a là une véritable fonction. 

Le rôle d'aidant : un statut à reconnaître

Vrai travail… mais pas de vrais droits. La loi sur l’adaptation de la société au vieillissement (ASV), entrée en vigueur au 1er janvier 2016, institue uniquement le droit au répit. Il s’agit d’une aide financière qui autorise, une fois par an, le placement temporaire d’une personne dépendante le temps que l’aidant, prenne jusqu’à 15 jours de repos. La loi renforce aussi l’allocation personnalisée d’autonomie qui permet de faire intervenir des professionnels pour soulager les aidants familiaux. Et ouvre quelques autres droits, comme de la formation par exemple. Malheureusement, ces dispositifs sont souvent méconnus des intéressés. D'où l'intérêt aussi de cette 9ème édition des JNA, qui vise à mieux faire connaitre les dispositifs existants ayant pour but "d'aider les aidants". Dans ce but, de nombreux événements et manifestations seront organisés dans toute la France. Associations, entreprises, collectivités, établissements d’accueil, centres de soins, professionnels de l’accompagnement… vont mettre sur pied des rencontres pour informer ces bénévoles sur leurs droits et sur toutes les aides mises à leur disposition.

La Banque Postale, solidaire des aidants

A son niveau, La Banque Postale agit. Depuis début 2019, elle a développé l"espace « Vivre en Aidant », qui fourmille de conseils pratiques pour mieux vivre cette situation au quotidien. L'établissement propose aussi l’offre Assurance Autonomie qui reconnait le statut de l’aidant. Des services viennent l’aider pour accompagner un proche dépendant : aides prenant le relais de l’aidant hospitalisé, prestations de garde-malade, hébergement temporaire, visites du facteur… De quoi maintenir une aide à domicile de qualité, tout en permettant à ces bénévoles de souffler un peu. 

Sources

* Enquête Macif – Unaf : « Etre aidant et travailler auprès de 371 salariés aidants sur la période entre février et juillet 2015.
**Pierre Dharréville, auteur de Plaidoyer pour les aidants, éditions de l’Atelier, sept. 2018
*** Blanpain N, Chardon O. Projections de population à l’horizon 2060, INSEE Première.