Financement participatif, mode d'emploi

08 AOÛT 2019

Un de vos amis a besoin de financement pour lancer la création d’un jeu de société  ? Votre commune recherche des fonds pour aider une exploitation agricole ? Votre voisin est en quête d'argent pour ouvrir sa boulangerie ? Tous ces projets dits "citoyens" peuvent être financés par du crowdfunding. Suivez le guide.

Concrètement, ce financement participatif permet aux entreprises, aux associations, aux collectivités et aux particuliers de collecter des fonds pour un projet (économique, créatif, culturel, solidaire…). Grâce aux plateformes web, cela prend juste quelques minutes. En deux ou trois clics, n’importe qui peut ainsi devenir « contributeur ». 

Le fonctionnement est simple. Le porteur de projet ouvre un compte sur le site de crowdfunding et indique le montant désiré. Une campagne ne pouvant durer indéfiniment, le porteur de projet décide avec les conseils de la plateforme de la durée maximale d'une campagne. Pendant toute la durée de cette collecte, un vaste plan de communication devra être mis en place pour faire connaître le projet et atteindre le montant visé. Bien évidemment, le financeur doit aussi ouvrir un compte sur la plateforme. A la fin de la durée de la campagne, si le montant demandé a été atteint, le compte du financeur est débité et le porteur de projet reçoit les fonds. Au passage, la plateforme prélève une petite commission. A l'inverse, si l'objectif n'a pas été atteint dans le temps imparti, le porteur de projet ne reçoit rien. De même que la plate-forme. C'est un deal équitable, qui n'engage pas à grand-chose celui qui se lance. Ce qui explique le succès de ce mode de financements. 

En 2018, 402 millions d'euros ont été collectés via les plateformes de crowdfunding en France, d'après le baromètre annuel de KPMG et Financement Participatif France (FPF). C'est 20 % de plus qu'en 2017. En France, il existe une soixantaine de sites de crowdfunding, le plus connu étant KissKissBankBank. 

KissKissBankBank, le pionnier

Fondée en septembre 2009, KissKissBankBank vous propose donc de financer vos projets en collectant des dons. Avec possibilités de contreparties (matérielles ou immatérielles). Par exemple, un dessinateur de bande dessinée qui veut éditer son ouvrage, peut le proposer avec une dédicace personnalisée. 

Pour maximiser ses chances de succès et réussir à collecter un maximum de fonds, il ne faut pas hésiter à partager un maximum de contenus sur votre page sur KissKissBankBank. C'est votre vitrine. 

Bien sûr, doivent figurer les éléments factuels tels que l'objectif, le budget détaillé (avec la liste des postes nécessaires à la réalisation du projet), la durée de la collecte (60 jours maximum sur KissKissBankBank)… Mais il convient aussi d'insister sur la description du projet, avec un nom, un slogan accrocheur et une vidéo d'explication. C'est un appel aux dons. Le but est donc de créer le plus d’interactions possibles, en insistant sur les aspects émotionnels et personnels du projet. C'est une condition sine qua non pour embarquer un maximum de monde dans votre aventure. Également, pendant votre collecte, vous allez devoir fédérer une communauté d’individus pour qu’ils vous soutiennent. Usez et abusez donc des réseaux sociaux pour faire connaitre votre projet.

Heureusement, l’équipe de « coachs » de KissKissBankBank est à votre disposition pour vous accompagner dans toutes ces étapes et maximiser vos chances de succès.

A noter que la collecte de fonds peut prendre d'autres formes. Comme le prêt participatif qui vise en priorité les entreprises en développement : TPE/PME, franchises, … dans lesquelles les particuliers investissent en échange d’intérêts financiers, avec des échéances de remboursement fixes. Autre forme de financement participatif, l'investissement en capital. Cette fois, les internautes investissent directement dans des entreprises en création ou en développement et en deviennent actionnaires. Mais dans un cas, comme dans l'autre, le financement participatif représente toujours une aide aux porteurs de projet et un service de financement complémentaire autre que les prêts bancaires et les investisseurs institutionnels. 

La Banque Postale, une banque participative

Pourquoi privilégier la plate-forme KissKissBankBank ? Parce qu'elle est précurseur sur le sujet du financement participatif. A ce titre, elle bénéficie d'une expérience conséquente en la matière. Aussi parce que sa longévité est un gage de fiabilité quant à la sécurisation des données. Mais surtout parce qu'elle est devenue en 2017 une filiale du groupe La Banque Postale. En plus, depuis près de 10 ans, tous les mois sur KissKissBankBank, La Banque Postale finance 50% d’une collecte avec un impact social et/ou environnemental positif (mode éthique, alimentation responsable, éducation,  inclusion sociale…). C'est un sacré coup de pouce pour les porteurs de projets.  

Déjà plus de 26 000 projets ont pu voir le jour grâce à 100 millions d’euros donnés. Alors, pourquoi hésiter ? Peut-être serez-vous le prochain bénéficiaire des coups de cœur du duo Banque Postale/ KissKissBankBank …