loading

SE SÉPARER

Lors d’une séparation, qu’il s’agisse d’un concubinage, d’un PACS ou d’un divorce, il est important de clarifier rapidement votre situation bancaire afin de lancer la procédure dans les meilleures conditions. Les démarches à effectuer auprès de votre banque font ainsi partie des priorités à ne pas laisser de côté.

GÉRER LA SÉPARATION

Prenez rendez-vous au plus vite avec votre conseiller. Il pourra vous accompagner dans cette démarche pour ne rien oublier.

Le quotidien

Changement de nom, nouvelle adresse… quelques modifications concernant vos comptes doivent être mises en œuvre.

Si vous avez un compte joint avec votre ex-conjoint, il est préférable de le dénoncer. En effet, chaque cotitulaire peut par exemple, sans demander l’avis de l’autre, retirer tout ou partie de l’argent du compte.
Une fois dénoncé, le compte ne peut fonctionner jusqu’à sa clôture qu’avec les signatures de l’ensemble des cotitulaires.
Les chéquiers (sous l’intitulé « X ou Y ») et les cartes bancaires (au nom personnel de chacun), désormais inutilisables, doivent être restitués à la banque. Attention également, vous restez solidaires des dettes jusqu’à la date de dénonciation, y compris des dettes qui apparaîtraient plus tard (chèques par exemple).
Si vous ne fonctionnez, avec votre ex-conjoint, qu’avec un seul compte joint, il est donc utile d’ouvrir un compte individuel.

Si vous avez donné procuration à votre ex-conjoint sur vos comptes, vous devez les annuler par écrit auprès de votre banque.

A noter : si vous et votre ex-conjoint avez le même conseiller, vous pouvez également demander à votre banque d’en changer. Sachez cependant que votre conseiller est tenu au secret bancaire, ce qui l’empêche de divulguer des informations vous concernant à votre ex-conjoint.

Les crédits

Attention : une séparation ne dispense pas du remboursement des crédits contractés en commun. Vous restez contractuellement engagés avec votre conjoint jusqu’au remboursement total du crédit. Même chose lorsque vous êtes engagé en tant que caution d’un prêt contracté par votre ex-conjoint.

Pour se désengager financièrement d’un crédit souscrit dans le cadre de l’achat d’un bien en commun, 2 options s’offrent à vous :

  • soit rembourser par anticipation la totalité ou plus de votre part (selon les conditions prévues dans le contrat du prêt). Vous vous arrangez ensuite avec votre ex-conjoint pour récupérer ce qu’il vous doit.
  • soit demander à la banque de reporter la totalité du prêt sur celui qui gardera le bien financé. Cette option nécessite que vous agissiez d’un commun accord. Sachez également que la banque n’est pas obligée de l’accepter et qu’elle peut exiger la présentation d’une nouvelle garantie (hypothèque, cautionnement).

Les autres produits

Suite à la séparation, il peut être nécessaire de modifier les bénéficiaires de vos contrats d’assurance santé ou d’assurance décès par exemple. N’oubliez pas également la clause bénéficiaire de votre contrat d’assurance-vie.
Sans doute serez-vous amenés également à reconsidérer certaines de vos assurances qui dépendent de la composition de votre famille, du nombre de personnes assurées, comme votre assurance accidents de la vie.
Votre conseiller pourra vous aider à lister tous les produits impactés par votre séparation.

Gérer les difficultés financières

Si la séparation  génère des difficultés financières passagères ou durables liées à la baisse du niveau de vie, La Banque Postale met à votre disposition l’APPUI, le service d’accompagnement budgétaire et bancaire.

Vous pouvez prendre contact avec l’APPUI au :
09 69 36 39 20 (1)

Du lundi au vendredi de 8h00 à 18h00

Un chargé de clientèle analysera votre situation financière et trouveras avec vous des solutions personnalisées. Il pourra vous proposer :

  • Des solutions pour augmenter vos ressources selon votre profil (ouvertures de droit s’il est éligible, orientation vers un partenaire pour créer une activité complémentaire)
  • Des conseils pour réduire vos dépenses
  • De l’orienter vers un partenaire pour le rachat ou la renégociation de vos crédits renouvelables ou immobiliers s’ils génèrent des difficultés
  • Des offres solidaires adaptées (optique, réparation automobile, alimentation pour jeune enfant…)

Mentions légales

(1) prix d’un appel local ou selon les tarifs pratiqués par votre opérateur