FAIRE FACE À UNE PERTE D'EMPLOI

Licenciement, non renouvellement de CDD… ces coups durs de la vie arrivent fréquemment et peuvent être à l’origine d’une perte de revenus difficile à gérer. Quels bons réflexes  adopter pour se prémunir au mieux ? Et quand cela arrive, comment faire face aux dépenses quotidiennes et aux remboursements des crédits alors que les ressources ne sont plus les mêmes ?

Prendre des précautions quand « tout va bien »

Pour limiter les impacts financiers d’une perte d’emploi sur votre budget, voici quelques conseils à appliquer :

  • éviter de dépasser un taux d’endettement de plus de 33% (vos mensualités de prêt rapportées à vos revenus mensuels),
  • éviter de laisser un découvert sur votre compte,
  • se constituer une épargne de précaution pour faire face à un coup dur. Pour vous aider à le faire sans y penser, l’épargne automatique peut vous y aider.
  • étudier attentivement les propositions d’assurances quand vous souscrivez un nouveau crédit : certaines peuvent couvrir le risque de perte d’emploi.

Revoir son budget pour faire face le moment venu

La première chose à faire est d’entreprendre les démarches pour vérifier si vous avez droit à des prestations sociales comme l’allocation chômage ou des allocations pour votre logement. Attention, le versement de ces prestations ne s’effectue parfois que quelques mois après la survenance du licenciement.

Le licenciement est souvent une clause de déblocage de votre épargne salariale, pensez-y également si vous êtes concernés.

N’hésitez pas à faire un point sur votre budget avec votre conseiller bancaire.

Il est également important de réduire vos dépenses en différenciant les dépenses incompressibles (engagements déjà établis, charges de logement, factures d’énergie…) et  celles qui peuvent être réduites ou supprimées : abonnement TV, forfait téléphonique, loisirs …

N’oubliez pas d’étudier votre budget santé. Vous bénéficiez en effet peut-être d’une complémentaire santé souscrite par l’employeur.

Dans certains cas, vous pouvez bénéficier pendant un temps de la portabilité des garanties de ce contrat. Mais il vous faudra peut-être réfléchir dès le début de votre période de chômage à la souscription d’une complémentaire santé individuelle.

Informer vos créanciers de vos difficultés

Il est préférable d’informer vos créanciers (bailleurs sociaux, centre des impôts…) de vos difficultés plutôt que de les mettre « devant le fait accompli ». Cela vous permettra plus facilement d’obtenir des délais de paiement.

Côté banque, prenez contact avec un conseiller de façon à étudier avec lui votre situation. Certains prêts immobiliers peuvent être modulés pour adapter vos remboursements à l'évolution de votre budget. Vous pouvez également privilégier une carte à autorisation systématique pour éviter tout dépassement du solde disponible, un contrôle du solde étant effectué à chaque opération pour une meilleure maîtrise du budget. Vous pouvez également envisager le regroupement de crédits (1) qui pourra vous permettre le cas échéant d'alléger vos mensualités. A noter que la diminution du montant des mensualités peut engendrer un allongement de la durée de remboursement et une majoration du coût total du crédit objet du rachat.

Vous pouvez également bénéficier d’un accompagnement privilégié par l’APPUI, le service de La Banque Postale d’accompagnement budgétaire et bancaire.

Vous pouvez prendre contact avec l’APPUI au :
09 69 36 39 20 (2)

Du lundi au vendredi de 8h00 à 18h00

Si la baisse du niveau de vie génère des difficultés financières passagères ou durables, La Banque Postale met à votre disposition l’APPUI, le service d’accompagnement budgétaire et bancaire.

Un chargé de clientèle analysera votre situation financière et trouveras avec vous des solutions personnalisées. Il pourra vous proposer :

  • Des solutions pour augmenter vos ressources selon votre profil (ouvertures de droit s’il est éligible, orientation vers un partenaire pour créer une activité complémentaire)
  • Des conseils pour réduire vos dépenses
  • De l’orienter vers un partenaire pour le rachat ou la renégociation de vos crédits renouvelables ou immobiliers s’ils génèrent des difficultés
  • Des offres solidaires adaptées (optique, réparation automobile, alimentation pour jeune enfant…)

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

(1) Offre réservée aux particuliers sous réserve d'étude et d'acceptation définitive de votre dossier par le prêteur. Vous disposez d'un délai légal de rétractation de 14 jours calendaires révolus.
(2) prix d’un appel local ou selon les tarifs pratiqués par votre opérateur