VIVRE EN COUPLE

CONCRÉTISEZ VOS PROJETS À DEUX

Acheter à deux

Quand on est célibataire, l'acquisition d'un bien immobilier engendre peu d'interrogations. Quand on est deux, c'est un peu plus compliqué. Il faut notamment être vigilant au statut du couple et au régime matrimonial. En effet, les régimes matrimoniaux ne prévoient pas les mêmes modalités en cas de séparation mais aussi en cas de décès.

Aussi, pour acheter en couple hors mariage, faites-vous conseiller par un notaire dans le choix de votre solution de financement (1) (achat en indivision, PACS, Société Civile Immobilière).

Autre point, si vous prévoyez de financer cette acquisition avec une partie de vos fonds propres, sachez que, sauf si vous êtes soumis au régime de la séparation des biens, l'apport personnel que vous aurez réalisé sera affecté au patrimoine de la communauté en cas de séparation. C’est pourquoi il est conseillé de faire établir par le notaire préalablement à l’acquisition une déclaration spécifique qui permettra de tracer l’origine des fonds utilisés pour l’achat.

Épargner à deux

Pour ce qui est de mettre de l’argent de côté, la démarche, même au sein d'un couple, peut demeurer personnelle (chacun choisit ses propres solutions d’épargne). Cela peut permettre de cumuler les avantages, notamment sur les livrets défiscalisés ou l’épargne.

Il est possible en assurance-vie d’être co-adhérent sur un même contrat, chacun étant à la fois co-adhérent et co-assuré. L'adhésion conjointe est réservée aux couples mariés sous le régime de la communauté universelle. Toutes les opérations sur le contrat nécessitent une double signature. L’avantage est que le conjoint survivant est protégé tout en optimisant la transmission des capitaux.

(1) Offre réservée aux particuliers, après étude et acceptation définitive du dossier par le prêteur. Vous disposez d'un délai de réflexion de 10 jours avant d'accepter les propositions d'offre de prêt immobilier qui vous sont faites. Toute vente ou construction est subordonnée à l'obtention du (des) prêt(s) sollicité(s). En cas de non-obtention de ce(s) prêt(s), le demandeur sera remboursé par le vendeur des sommes qu'il aura versées.