Rencontre avec Jean-Claude Morchoine,
Président de l’association SOliHA Loir et Cher

08 SEPTEMBRE 2016

Pouvez-vous nous parler de votre association et de son objectif ?
Jean-Claude Morchoine
: SOliHA, qui signifie Solidaire pour l’Habitat, est le premier mouvement associatif du secteur de l’amélioration de l’habitat. La solidarité pour l’habitat concerne des personnes qui sont vulnérables, fragiles et démunies. En 2015, nous avons accompagné 56 000 ménages au niveau national dans leur projet de réhabilitation avec les aides de l’Agence Nationale d’Amélioration de l’Habitat (ANAH).

Nos objectifs sont de participer, ensemble, au déploiement de compétences aux services des territoires à partir des missions suivantes : la réhabilitation accompagnée au service des particuliers, la conduite de projets de territoire, la production d’habitat d’insertion, l’accompagnement des personnes dans leur logement et la gestion locative sociale.

Depuis combien de temps êtes-vous engagé dans cette association ?
J-C. M. : J’ai eu le plaisir d’être nommé Chevalier de la Légion d’Honneur au Journal Officiel en mars 2015, en tant que Président d’une association d’amélioration de l’habitat. Et à cette occasion, c’était marqué dans le Journal Officiel « pour 57 ans de service », cela ne me rajeunit pas ! Mais cela fait maintenant 15 ans que je suis administrateur et Président de SOliHA du Loir-et-Cher.

Pourquoi vous êtes-vous intéressé au bénévolat et qu’est-ce qui vous a décidé à vous engager ?
J-C. M. : Pendant mon enfance et à 22 ans, en rentrant de la guerre d’Algérie, j’ai vu mes parents en très grande difficulté et je me suis dit qu’il fallait que je trouve le moyen de trouver des engagements qui permettent aux gens de s’en sortir. J’ai donc commencé à m’investir en tant que co-fondateur d’une maison de jeunes sur Blois et puis j’ai été administrateur représentant la Caisse d’Allocation Familiale à l’Office d’HLM. Dans ce cadre j’ai été nommé Président de la commission d’attribution des logements. C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup de ménages en grande difficulté avec un reste à vivre très faible et je me suis donc engagé dans une association d’aide au logement et à la commission Fonds de Solidarité au Logement (FSL) et à la commission Droit au Logement Opposable (DALO).

Quelles sont vos missions au sein de cette association ?
J-C. M. : D’une part, je suis Président de l’SOliHA du Loir-et-Cher et je représente la région Centre au Comité Régional de l’Habitat et de l’Hébergement. Je siège aussi au conseil d’administration de d’ANIL (l’Agence Nationale d’Information sur le Logement), de France Bénévolat National et de l’association de lutte contre les détresses (ASLD).

Par ailleurs, en dehors du logement, je suis co-fondateur et trésorier de l’association qui lutte contre la délinquance dans les quartiers difficiles. J’ai donc beaucoup d’occupations essentiellement liées à la politique de logement comme par exemple faire des demandes de subventions auprès de fondations ou des collectivités.

Et la suite ?
J-C. M. : Cette année, notre association a participé à la construction d’une pension de famille pour des personnes en difficulté et des logements pour les gens de voyage et on a prévu d’en construire d’autres dans les prochaines années. Je poursuis donc mon engagement, j’ai encore plein de projets et de nombreuses responsabilités en tant que représentant du Loir-et-Cher et de la région Centre.

Un message pour ceux qui hésitent à se lancer ?
J-C. M. : S’engager dans l’amélioration du logement c’est extraordinaire ! On a beaucoup de plaisir à voir que les gens se sentent heureux dans leur nouvelle situation. Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, le bénévolat ne diminue pas, il résiste et continue à se développer ! Mais nos conseils d’administration dans le social sont vieillissants, on a continuellement besoin de les régénérer en trouvant de nouvelles personnes, hommes ou femmes de gouvernance et de compétence, et c’est aussi une de mes missions. Mais vous savez, être bénévole ce n’est pas forcément être engagé tous les jours de l’année. De nombreux bénévoles donne un coup de main ponctuellement, sans obligatoirement siéger dans un conseil d’administration ou une gouvernance.