Rencontre avec Dominique Combes,
Bénévole au sein de l’association Adie (1)

08 SEPTEMBRE 2016

Pouvez-vous nous parler de votre association et de son objectif ?
Dominique Combes : L’objectif de l’Adie est d’aider les entrepreneurs qui n’ont pas accès au circuit bancaire en leur donnant accès au microcrédit pour leur permettre de concrétiser un projet en créant leur entreprise.

Depuis combien de temps êtes-vous engagée dans cette association ?
D. C. : Depuis 3 ans.

Pourquoi vous êtes-vous intéressée au bénévolat et qu’est-ce qui vous a décidé à vous engager ?
D. C. : Quand j’ai été à la retraite à 65 ans, j’avais encore envie de travailler, de me sentir utile. Je connaissais l’Adie par le biais de mon ancien travail et ce que j’aime tout particulièrement dans cette association, c’est son dynamisme.

Quelles sont vos missions au sein de cette association ;?
D. C. : Ma principale mission est d’accompagner les jeunes créateurs via le dispositif Créajeunes. Grâce à ce programme, on propose une formation pour les entrepreneurs âgés de 18 à 32 ans. Je suis en charge de toute l’animation du volet communication.

Cette formation dure un mois et, en même temps, des bénévoles, qu’on appelle des tuteurs, suivent les jeunes et les accompagnent dans leur projet. Par exemple, quand ils ont reçu la formation sur l’étude de marché, le tuteur bénévole va travailler avec le jeune pour faire le point avec lui sur les différents éléments de l’étude comme les concurrents, les clients, ou les fournisseurs. Je suis moi-même tutrice et aussi responsable d’un groupe de tuteurs.

C’est un engagement régulier mais pas quotidien. Je passe environ un jour et demi par semaine au sein de l’association entre ma mission de tuteur et celle d’animatrice pour la formation en communication.

Et la suite ?
D. C. : Je n’ai pas du tout envie d’arrêter ! Comme on accompagne des créateurs qui ont tous des projets différents, ce n’est jamais la même chose ! Un jour je vais accompagner une fleuriste, un électricien ou un jardinier. Et quand on travaille sur des projets de création, on est forcément tourné vers l’avant, et c’est ce qui me plaît.

Un message pour ceux qui hésitent à se lancer ?
D. C. : S’engager, ce n’est que du plaisir ! Je me régale avec les jeunes créateurs. L’équipe des salariés de l’Adie est jeune et les tuteurs ont souvent le même profil que moi… il y a des personnes de tous âges et on a du plaisir à être ensemble. Nous avons d’ailleurs organisé une semaine de recrutement de bénévoles qui aura lieu partout en France à la rentrée, du 19 au 23 septembre 2016.