MÉTHODOLOGIE ISR

LBPAM a établi une méthodologie spécifique en fonction de la nature des sociétés :

1. Émetteurs privés (Entreprises)

L’objectif de la recherche ISR de LBPAM est de sélectionner des entreprises qui proposent des innovations et apportent des solutions dans les domaines :

  • de la transition énergétique et économique
  • du développement des territoires 

Et qui s’engagent :

  • dans la gestion durable des ressources
  • dans le cadre d’une gouvernance responsable 

LBPAM s'appuie sur diverses sources d'information pour fonder son analyse extra-financière des entreprises :

  • Agences de notation extra-financière (MSCI ESG Research, Vigeo-EIRIS) : Ces agences sont spécialisées dans l'évaluation de pratiques extra-financier des sociétés. A l'image des agences de notation financière, elles attribuent des notes reflétant leur qualité en matière ISR.
  • Bureaux d'analyse extra-financière : Les banques d'investissement disposent d'équipes dédiées à la recherche extra-financière. Ces équipes réalisent à la fois des études transversales sur les enjeux extra-financiers, et des analyses spécifiques sur les émetteurs.
  • Rencontres avec les entreprises et recherche interne : Les analystes ISR de LBPAM exercent une veille régulière sur les entreprises de cet univers. La méthode de veille de LBPAM repose sur la participation aux discussions de place, sur l'écoute des parties prenantes – ONG, syndicats, médias, organisations internationales – avec une attention particulière portée à l’actualité.

Les quatre piliers d’analyse sont pondérés différemment d’un secteur d’activité à l’autre, en fonction de leur importance. La comparaison des scores des agences de notation permet d’attribuer une note ISR entre 1 et 10 pour chaque entreprise (analyse quantitative). Les analystes ISR de LBPAM peuvent ensuite ajuster cette note à la hausse ou à la baisse, à la suite de leur travail de recherche (analyse qualitative).

2. Émetteurs publics (États)

L'évaluation ESG des Etats doit prendre en compte des indicateurs tels que la défense des droits de l’Homme, le respect des libertés fondamentales et la préservation de l’environnement. La maîtrise de ces sujets limite les risques et conditionne le potentiel de croissance d'un pays sur le long terme.

Dans le cadre de cette évaluation, LBPAM s'appuie sur les notations ESG d'agences de notation. La notation ESG fournie par ces agences donne une première indication sur les émetteurs publics au regard des critères ESG. LBPAM complète cette analyse via l’intégration de variables macro-économiques telles que le PIB/habitant et le niveau d’endettement public. Ces variables permettent d’ajuster la mesure des efforts des Etats en fonction des moyens dont ils disposent.

Critères utilisés pour l’analyse ESG des Etats :

Exemples d'indicateurs quantitatifs :
Niveau d’accès à l’enseignement supérieur
Taux de pénétration d’Internet
Espérance de vie à la naissance
Parité hommes-femmes…

Cette approche permet de déterminer des évaluations plus pertinentes.