Bientôt la retraite ? Des conseils pour bien se préparer et savoir quelle mutuelle choisir

23 NOVEMBRE 2017

Il ne vous manque plus que quelques trimestres pour faire valoir vos droits à la retraite ? C’est le moment de se poser pour réfléchir aux changements que cette transition va apporter dans votre vie. Le passage de la vie active au statut de retraité est un cap important dont il ne faut négliger aucun aspect : Comment occuper son temps disponible, quelles activités choisir ? Comment se mettre à l’abri en matière de santé ?

Les questions sont nombreuses. A commencer par le changement de rythme qui vous attend. Que vous ayez été indépendant ou salarié, il y a fort à parier que vous vous leviez chaque matin pour aller travailler. Même si certains rêvent de pouvoir enfin se reposer, paresser, il faudra néanmoins trouver de nouvelles raisons de se lever : pour la famille, pour les amis, pour se rendre à une activité associative, sportive, artistique ou culturelle. Ce choix revient à chacun, mais il est essentiel après une vie active longue et riche. Plus cette transition est préparée en amont, moins ce passage est brutal et plus vous pourrez profiter de ces nouvelles opportunités qui s’offrent à vous.

Ensuite, la question des moyens se pose. Plus vous aurez anticipé votre retraite et épargné, moins vos dépenses seront contraintes. Avec l’âge, la santé devient souvent une autre préoccupation importante. La question du choix d’une complémentaire santé est prépondérante. Voici quelques recommandations pour vous guider sur cette question.

Cinq conseils pour bien choisir sa mutuelle :

1/ Ne pas forcément aller au plus simple :
A votre départ en retraite, vous avez le droit de garder votre mutuelle d’entreprise aux mêmes conditions. Cette garantie, définie par la Loi Evin, a été modifiée par décret durant le dernier quinquennat. Depuis le 1er juillet 2017, la loi oblige désormais votre ancienne mutuelle à vous garantir un maintien du tarif la première année, une majoration de 25% maximum la deuxième année et de 50% maximum la troisième année (en sachant que votre employeur en payait une partie, la hausse réelle sera probablement plus importante). Vous avez six mois pour accepter ou non cette proposition. C’est l’occasion de vous interroger sur vos nouveaux besoins et de regarder de plus près les offres dites « senior » souvent plus adaptées à vos besoins : prise en charge de certains vaccins pour des voyages ou des prothèses auditives…

2/ Avoir un regard d’ensemble :
la seule lecture du prix de la cotisation n’est pas une information suffisante pour effectuer son choix. Mieux vaut analyser le rapport « cotisation/prestations versées » en fonction de ses besoins (dentaire, audio, optique, consultation de spécialiste…)

3/ Se projeter sur le long terme :
Remettre à plus tard, le recours à une mutuelle n’est pas forcément un bon calcul. Le prix des cotisations augmente souvent avec l’âge du souscripteur. Il est intéressant au passage de vérifier que les niveaux de garantie évoluent et que votre fidélité sera récompensée.

4/ S’interroger sur certains détails :
S’il est important d’avoir un regard global, il vous faudra également vous intéresser à des points de détail. Ainsi, la question de la prise en charge des hospitalisations devient centrale à l’heure où l’hôpital tend à devenir un plateau technique qui assure les soins les plus lourds avant de renvoyer le malade chez lui, ou en maison de repos. Pour faire un choix éclairé, il faut donc regarder si ces cas sont pris en charge ou non.

5/ Accepter de se reposer régulièrement la question :
Avec l’âge, vos besoins vont évoluer. Il faut penser à regarder si, au fil des années, votre formule initiale est toujours adaptée à votre situation, ou s’il faudrait ajouter une option ou changer de niveau de garantie. N’hésitez pas à refaire le point avec un conseiller.