L'investissement locatif : un choix stratégique

31 JUILLET 2019

« Investir dans la pierre » : pour beaucoup, cette fameuse expression rime avec l’achat d’un bien avec la ferme intention de l’occuper. Ce serait omettre l’investissement dans des biens locatif générant des loyers et une certaine liberté… qui ont de quoi séduire.

Il y a le schéma classique – et le plus logique – des primo-accédants qui, armés de leur PEL et d’un apport personnel ou familial, tiennent à tout prix à acquérir enfin l’appartement ou la maison de leurs rêves. Une motivation qui se comprend et répond à la fameuse envie de ne plus jeter un loyer par les fenêtres chaque mois. Pourtant, pour eux comme pour ceux qui sont déjà propriétaires, une (nouvelle) acquisition personnelle, quand elle est possible, n’est pas toujours l’option la plus adéquate. En effet, malgré leurs efforts et leurs économies, certains n’ont tout de même pas les moyens d’acheter là où ils travaillent et vivent (un cas assez fréquent à Paris intramuros ou dans les grandes villes), et / ou dans la région où ils pensaient déménager.

L’intérêt du mix location - occupation

Dans ces deux cas, investir pour louer présente bel et bien quelques avantages. Le premier ? La possibilité de voir moins grand et d’acquérir, pour commencer, une petite surface avec un investissement mesuré. N’oubliez pas, et votre banquier vous le rappellera, que vous devrez continuer à assumer le loyer de votre résidence principale.   À noter également, la possibilité de faire d’une pierre deux coups, en louant le bien en question à une personne de son entourage (gage de sérénité sur l’entretien du logement et le paiement des loyers) et à un prix convenable. Autre intérêt de l’investissement locatif : assurer ses vieux jours avec des loyers qui pourront constituer une source de revenus additionnelle, une fois votre emprunt remboursé. Enfin (et il s’agit d’une option pas toujours approfondie alors qu’elle est très attractive dès l’achat), la location saisonnière, permettant le cas échéant le mix location – occupation. Si vous souhaitez profiter de ce bien quelques semaines par an, cela demande une certaine logistique mais, surtout, les loyers encaissés durant l’année permettent de faciliter, ce qui s’apparente au final, à l’acquisition d’une résidence secondaire. Une solution gagnant-gagnant, notamment pour ceux qui décident d’investir sur un bien dont ils profiteront pendant leurs vacances.

Pour finir, vous devrez aussi vous poser la question de la fiscalité, car les loyers encaissés pourraient gérer assez rapidement des revenus fonciers. Et ces revenus pourraient avoir une influence sur votre taux d’imposition.

Alors, prêt à troquer l’idée de l’achat pour soi ?