Divorcer à la retraite : quelles conséquences financières ?
En cours de chargement

En cours de chargement

Certains couples choisissent de se dire "non" plusieurs décennies après avoir choisir de se dire "oui". Mais une fois l'heure de la retraite arrivée, les conséquences financières peuvent se révéler d'autant plus importantes.

Subir une baisse de revenus lorsque l'on est à la retraite est une chose. Mais lorsque celle-ci se double d'une séparation qui, elle aussi, implique de ne plus supporter à deux les charges et les frais quotidiens,  elle encore plus délicate à surmonter.  Car au-delà de l'aspect psychologique, la perte de pouvoir d'achat liée à la séparation et à l'absence de mutualisation des dépenses n'est pas sans conséquences sur le portefeuille des ex-époux.

Investir dans une nouvelle voiture, louer ou acheter un nouvel appartement… constituent, en effet, autant de dépenses qui viennent impacter le pouvoir d'achats des couples qui décident de se séparer. Lorsqu’un des 2 conjoints décède, le conjoint survivant peut bénéficier de de la pension de réversion, c’est à dire d'une fraction des droits retraites du conjoint décédé.  Cette pension de réversion peut également bénéficier aux ex-époux, à condition cependant qu'ils répondent, lors de la demande, à différentes conditions, notamment de ressources à ne pas dépasser, d'âge minimal, ou d'absence de remariage.

En matière d’assurance-vie, le divorce implique le plus souvent de revoir la clause bénéficiaire. Si votre ex-conjoint était le bénéficiaire du contrat et que vous souhaitez la modifier, vous pouvez le faire à tout moment. Vous n'avez pas besoin de l'accord de votre ex-conjoint, sauf s'il est "bénéficiaire acceptant" du contrat.

Divorcer à la retraite : comment protéger son épargne ?

Pour préserver votre capital une fois divorcé(e), sachez qu'il est possible de bénéficier d'aides et de recevoir, par exemple, des prestations compensatoires (avec possibilité de réductions d'impôts). Si votre retraite personnelle se révèle peu élevée, mais que celle-ci vous a été attribuée à taux plein, vous avez, par ailleurs, la possibilité de bénéficier d'un minimum contributif qui vous permettra d'augmenter, dans une certaine limite, le montant de votre pension.

Pour protéger votre épargne, il convient également de vous pencher sur votre régime matrimonial et de vous adresser à un notaire en vue de le liquider (encore plus si vous aviez acquis en commun des biens immobiliers). Ici, l'idée tient au fait de lister les biens que vous possédiez avec votre ex-partenaire (les dettes également) afin de pouvoir procéder au partage et vous permettre de disposer d'une meilleure visibilité sur vos finances.

Dans tous les cas, il est essentiel de noter que différentes assurances et complémentaires existent pour vous donner la possibilité de sécuriser votre patrimoine. Des offres à l'instar de celles proposées par La Banque Postale qui vont de l'ouverture d'un compte adapté à vos nouveaux besoins par exemple, à la souscription d'une assurance santé individuelle en passant par le remboursement anticipé des crédits que vous aviez en commun.