Héritage : préparer un décès… et (se) faciliter la vie

04 SEPTEMBRE 2018

C’est un sujet que l’on a envie d’aborder le plus tard possible. Pourtant, la fin de vie ou la perte d’un être aimé rime souvent avec contraintes et formalités administratives à côté desquelles il est impossible de passer. Voici quelques reflexes à avoir avant de partir ainsi que les démarches auxquelles il faut penser.

Tout le monde a autour de soi l’exemple d’amis ou de proches désemparés au moment de devoir gérer un décès pour lequel rien ou presque n’avait été anticipé. Dans ces cas, les dossiers deviennent rapidement des montagnes qui sont loin d’être facile à gravir pour ceux qui doivent déjà surmonter leur chagrin. Au-delà d’une donation ou succession organisée de longue date (voir notre article sur le sujet), anticiper son propre décès est une aide non négligeable pour les enfants. Ces derniers auront, pour commencer, besoin d’un certain nombre d’informations vous concernant, sans quoi obtenir les autorisations d’inhumation / d’incinération, payer les obsèques et déclencher les procédures de succession s’avèrent complexe. Liste des comptes bancaires, des contrats d’abonnements (EDF, Internet, magazines…) et autres identifiants auprès des organismes officiels (sécurité, sociale, caisse de retraite…) : rassemblés, à jour, et facile à trouver, ces éléments permettront à vos proches de ne pas s’emmêler les pinceaux. Pour ce qui est de vos dernières volontés et de l’organisation de votre cérémonie, là aussi un écrit rassurera vos enfants sur le fait qu’ils suivent la bonne direction.

Après un décès, des démarches à suivre aussi pour les enfants

Ceux qui viennent de perdre un parent proche doivent eux aussi se mettre en ordre de marche assez rapidement en ce qui concerne :

  • les démarches administratives : tout d’abord se procurer la copie de l’acte de décès auprès de la Mairie. Ce sera également l’occasion de mettre à jour son livret de famille. Ensuite, il est important d’informer les banques et compagnies d’assurance du décès afin qu’elles clôturent les comptes et contrats. Egalement, il faudra penser à informer, en fonction de son statut, son employeur, organismes sociaux ou caisse des retraites. Enfin, trier et conserver les papiers du défunt.
  • l’héritage. Premier réflexe : contacter le notaire de la famille du défunt afin de vérifier l’existence d’un testament qu’il pourra alors déclencher (déblocage des comptes en banque, gestion des biens du défunt, déclaration fiscale de succession, partage et liquidation de cette dernière…). Avant cela, les héritiers s’informeront évidemment de la situation du défunt. Une étape importante avant d’accepter la succession… Ou d’y renoncer, ce qui peut arriver lorsqu’elle présente un risque important lié aux éventuelles opérations effectuées par le défunt avant son décès. Ces choix devant quoi qu’il arrive être fait dans l’urgence, il faudra donc une fois encore se faire conseiller par le notaire, qui saura énumérer les droits et obligations liés à la succession.