Les chèques CESU, ces alliés du quotidien

23 MAI 2019

Aide à domicile, femme de ménage, jardinier etc. : créé pour donner aux particuliers la possibilité d’employer une personne, le Chèque Emploi Service Universel (CESU) déleste de certaines formalités. Coup de projecteur sur ce facilitateur du quotidien.

Quelques heures de repassage hebdomadaire, de l’aide aux devoirs par-ci ou un peu de bricolage ou de ménage par-là : certaines tâches prennent parfois un temps, des compétences ou une énergie dont tout le monde ne dispose pas. Mais comment les (faire) effectuer sans pour autant tomber dans une montagne de démarches administratives qui, au final, prennent parfois plus de temps que le travail en lui-même ? De plus en plus de foyers se tournent vers une réponse en quatre lettres : CESU. Le fonctionnement se veut assez simple, à commencer par une déclaration du futur salarié auprès de l’URSSAF (CESU déclaratif). Au delà de ces obligations légales qui ont notamment pour but de protéger la personne que vous employez, l’autre facette du concept (le CESU préfinancé) est quant à lui un moyen de paiement qui permettant de régler tout ou une partie du salaire de la personne qui vous donne un coup de pouce. Cette aide financière aux formes variables (titres Cesu, e-cesu, chèque solidarité…) provient la plupart du temps d’un comité d’entreprise, de la mutuelle ou du Conseil départemental. Une fois entre les mains de votre employé, les CESU préfinancés peuvent être encaissés dans un centre de remboursement dédié (Cr-Cesu).

Avantage fiscal

Plus que le combo limpidité-facilité, le CESU fait valoir un autre argument de poids, puisque les dépenses qu’engagent l’emploi d’un salarié à domicile ouvrent droit à un crédit d’impôt sur le revenu. Ce crédit d’impôt est égal à 50% des dépenses effectivement supportées(1), salaires nets et cotisations sociales comprises, retenues dans une limite qui varie entre 12 000 € et 20 000 € suivant la composition de votre foyer fiscal. Il ne comprend en revanche pas les éventuelles indemnités de licenciement versées au salarié. Côté timing, les employeurs bénéficient du crédit d’impôt l’année suivant celle de la déclaration des revenus afférente avec, le cas échéant, versement d’une avance au mois de janvier. Maintenant qu’il n’a plus de secret pour vous, allez-vous également passer en mode CESU ?

(1) A noter que les aides reçues pour l’emploi d’un salarié à domicile (par exemple du comité d’entreprise) doivent être déduites des dépenses concernées.