Etudes supérieures : entre anticipation et organisation

03 JUILLET 2019

Pour l’enfant, c’est le grand saut. Pour les parents, une enveloppe supplémentaire (d’un peu plus de 800 €*) à prévoir dans le budget mensuel. D’un côté comme de l’autre, les études supérieures doivent s’anticiper. Voici quelques règles (d’équipe) pour que personne ne se retrouve dans le rouge.

Penser à la rentrée très… très en amont

À l’instar de votre enfant qui révise à l’approche du Bac, il est bon de plancher sur l’investissement qui rimera avec son potentiel départ de la maison. Et si quelques mois suffisent pour certains, d’autres n’hésitent pas à jouer la carte économie en plaçant de l’argent alors que le petit dernier n’est encore qu’en classe biberon. Dans tous les cas, l’épargne fonctionne et soulage au moment de régler les frais de scolarité, de meubler un studio ou de financer un permis de conduire… 

Les études, ça se travaille

Au-delà de l’expérience et des valeurs que cela lui apportera, votre enfant a tout intérêt à profiter d’une partie de ses vacances pour renflouer les caisses. Un job d’été d’un mois pourra par exemple lui permettre de s’autofinancer à hauteur d’une centaine d’euros pendant dix mois. Idem pour le job étudiant qui, s’il n’est pas toujours simple à gérer en plus des cours, s’avère parfois salvateur.

Transports : vraiment besoin d’une voiture ?

Le réflexe semble logique, mais à bien y réfléchir, est-ce que le fait que votre enfant quitte le domicile familial nécessite qu’il soit véhiculé ? Pas sûr ! En effet, la plupart des villes étudiantes voient leurs réseaux de transports en commun tourner à plein tube en périodes scolaires et, rares sont les étudiants qui trouvent un logement à plus de 30 minutes des bancs de la fac. Pour rentrer au domicile familial le week-end, les cartes d’abonnement au train peuvent quant à elles faire l’affaire. À vous donc de faire le calcul entre coût d’entretien d’un véhicule + assurance + essence contre abonnements aux transports en commun… 

Se faire accompagner

Tout le monde n’y a pas accès, mais certains étudiants ont droit à des bourses qui, là encore, peuvent changer la donne. Calculées en fonction des revenus des parents, celles-ci oscillent entre environ 1 000 €  et un peu plus de 6 000 € par an. Cela vaut le coup (et le coût) d’essayer, à l’instar des logements en résidences universitaires (CROUS), souvent moins chers que la location d’un studio (avec parfois les frais d’agence et / ou d’ameublement qui vont avec).

* Unef, 2018

Ceci pourrait vous intéresser