Comment bien démarrer en Bourse ?
En cours de chargement

En cours de chargement

Comment bien démarrer en Bourse ?

Contrairement à l’idée reçue, l’investissement en Bourse est à la portée de (presque) tout le monde. Pour construire et piloter un portefeuille boursier, il faut toutefois s’y prendre avec méthode et réflexion. Mode d’emploi en quatre étapes.

Bien définir votre projet

Tout d’abord, il est crucial d’être au clair sur vos objectifs. Cela suppose de vous poser en amont ces quelques questions factuelles : quel est votre horizon de placement ? Quel montant souhaitez-vous placer ? A quelles fins ? A noter que vous devez disposer d’au moins cinq ans devant vous pour investir sur des actions. Vous devez aussi évaluer le degré de risque que vous êtes prêt à prendre, c’est-à-dire le niveau de perte que vous pouvez tolérer à court terme au regard du rendement espéré à l’échéance. 

Choisir l’enveloppe la mieux adaptée

Seconde étape : sélectionner le réceptacle de vos placements boursiers. Car ce choix aura un impact sur la fiscalité qui vous sera appliquée. Le compte titres ordinaire est l’enveloppe la plus large - vous pouvez y loger tous les produits boursiers aussi bien des actions que des OPC(1) chaque gain est alors imposé au prélèvement forfaitaire unique (PFU) au taux de 30 % ou au barème de l’impôt sur le revenu majoré des prélèvements sociaux. Le plan d’épargne actions (PEA), au contraire, permet de profiter d’une franchise d’impôt sur les dividendes et les plus-values après cinq ans. En revanche, il est réservé aux actions et OPC actions européens. Enfin, vous pouvez opter pour l’assurance vie et son cadre fiscal et juridique spécifique.

Bâtir un portefeuille diversifié

Une bonne diversification est la clé d’un investissement réussi en Bourse. Elle permet de répartir et de diluer les risques attachés à chaque typologie d’actif. Cette diversification s’opère par zone géographiques (Europe, Asie, Amérique…), par types de valeurs (grandes ou petites capitalisations) et par secteur d’activité (santé, technologie, matières premières…). Il n’existe pas de quantité parfaite de titres à posséder : tout dépend du montant investi et du temps que vous allez consacrer à la gestion de votre portefeuille. Pour débuter, un portefeuille doté de dix à vingt lignes paraît être un objectif raisonnable. Une autre solution consiste à placer votre argent dans des OPC, qui prennent en charge, à votre place, la sélection des valeurs et parfois l’allocation d’actifs (entre actions et obligations par exemple). 

Assurer un suivi régulier, mais pas trop

Lorsque l’on investit en direct sur des titres cotés, il est indispensable de suivre de manière régulière l’information économique et financière des sociétés en portefeuille. Il est aussi important de s’intéresser aux actualités macroéconomiques. En revanche, il peut être dangereux de suivre les marchés de trop près au risque d’agir sous le coup de l’émotion et de prendre de fâcheuses décisions en cas de hausse ou de baisse importante.

Le bon conseil

PEA, assurance vie… : pour diversifier vos investissements, si vous le souhaitez, vous pouvez à tout moment recourir à la gestion dite « sous mandat » ou « pilotée ». Cette solution simple vous permet de confier à un expert votre épargne boursière. En fonction de votre profil et de vos objectifs, il bâtit votre portefeuille et réalise ensuite des opérations d’achat et de vente (on parle « d’arbitrages ») pour tenir compte des évolutions des marchés.

(1) Organisme de Placements Collectif