L'assurance emprunteur, une sécurité pour tous

05 JUIN 2018

Lorsque l’on s’engage dans un projet immobilier il faut tout prévoir, afin de mener celui-ci à bien en toute sécurité. L’assurance emprunteur contribue à votre sérénité. Elle permet de prendre le relais lorsque le propriétaire d’un bien n’est plus en mesure de payer les échéances de son crédit. Et depuis cette année, il a le droit de changer cette assurance à chaque échéance annuelle s'il le souhaite.

Le Conseil constitutionnel a accordé la possibilité de changer chaque année de contrat d’assurance de prêt. Depuis, il est donc possible de saisir cette opportunité pour tenter de réduire le coût du crédit. L'occasion de revenir sur ces assurances.

L’assurance de prêt immobilier rassure l’établissement prêteur autant qu’elle protège l’emprunteur. En effet, en cas de problème, la banque s’assure ainsi le remboursement du prêt qu’elle s’apprête à octroyer. Côté emprunteur, les garanties proposées au sein de l'assurance de prêt lui permettront de faire face aux éventuels évènements inattendus.

Les risques couverts par l'assurance de prêt

  • Assurances obligatoires :
    Si l’emprunteur vient à décéder alors que l’intégralité du crédit n’a pas encore été remboursée, la couverture décès (DC) garantit le paiement du capital restant en fonction de la quotité souscrite.
    En cas d'accident grave pouvant provoquer des séquelles comme un handicap permanent (PTIA) qui empêche l’assuré de reprendre une activité professionnelle, la prestation est la même qu’en cas de décès.
    Dans le cas d’une invalidité partielle ou totale temporaire (IPT/ITT) l’assurance prend en charge les mensualités du prêt selon la quotité assurée en attendant la reprise d’activité.
  • Assurance facultative :
    L’assurance perte d'emploi prend en charge partiellement la mensualité du prêt en cas de licenciement. Attention : une démission ou un départ à la retraite ne rentrent pas dans les conditions de cette garantie.

Bon à savoir

L’évolution de votre vie de famille ou de votre situation professionnelle peuvent vous inciter à mieux vous assurer, que ce soit en augmentant votre quotité d’assurance (c’est la part du prêt qui est assurée par emprunteur, c’est-à-dire le montant couvert en cas de sinistre) ou bien en optant pour un contrat plus couvrant. Mais attention : la résiliation est une démarche technique qui nécessite de de prendre le temps d’étudier les contrats : celui qu'on aimerait quitter et celui que l'on souhaite souscrire. Vérifiez le type d'indemnisation (forfaitaire ou non), les garanties proposées, les conditions de couvertures, les limites d'âges, s'il y a le maintien du tarif pendant toute la durée du prêt… Et seulement à l'issue de ce travail, prenez votre décision .