Allocation chômage : combien allez-vous percevoir ?
En cours de chargement

En cours de chargement

Allocation chômage : combien allez-vous percevoir ?

Le versement de votre allocation de retour à l'emploi dépend de différents paramètres. A commencer par votre âge et votre durée de cotisation.

Comment déterminer le montant de l'allocation chômage à laquelle vous pouvez prétendre ? Si vous venez de perdre votre emploi ou que vous êtes en passe de le perdre, cette question revêt inéluctablement une importance capitale. Dans l'absolu, sachez que le montant de votre allocation chômage de retour à l'emploi (ARE) est calculé en fonction de la rémunération que vous perceviez lorsque vous étiez en poste.

Pour établir ce que l'instance appelle un "salaire journalier de référence" (SJR), Pôle emploi prend ainsi en compte les salaires bruts perçus au cours des douze dernier mois (primes incluses).  

Ce qui n'est pas intégré dans le calcul de votre allocation

Mais pour déterminer votre salaire de référence, sachez que l'instance ne prend pas en compte les jours où vous n'avez pas travaillé et durant lesquels vous n'avez pas été payé. C'est le cas si vous avez été malade et, qu'à ce titre, vous avez perçu des indemnités de la Sécurité sociale. A noter également que les indemnités de rupture conventionnelle, de licenciement, de préavis et compensatrices ne sont pas non plus prises en compte dans le calcul de votre salaire de référence. 

Allocation chômage : quand allez-vous être payé ?

C'est l'une des questions que les demandeurs d'emploi se posent le plus souvent après celle du montant de leur allocation. Quand allez-vous recevoir votre allocation ? Pas immédiatement.

Lorsque votre contrat prend fin, votre allocation de retour à l'emploi n'est pas automatiquement versée. Sa mise en œuvre débute après un délai d'attente de 7 jours et deux différés. Ce délai s'applique à tous demandeurs d'emploi (à l'exception de ceux qui étaient déjà demandeurs d'emploi au cours des douze derniers mois).

Pour ce qui est des différés, le premier concerne les congés payés non pris et pour lesquels, au moment de quitter l'entreprise, le salarié a perçu une indemnité compensatrice. Le second différé est appliqué lorsque le salarié, en quittant l'entreprise, a perçu des indemnités de départ d’un montant supérieur à celui prévu par le Code du travail. A noter que ce second différé ne peut excéder 150 jours et 75 jours si vous avez perdu votre emploi dans le cadre d'un licenciement économique. Une fois ce délai et ces différés appliqués, vous percevez donc chaque mois, à terme échu, votre allocation de retour à l'emploi

 Descotisations sociales à prévoir

En outre, sachez que votre allocation chômage est soumise à différentes cotisations sociales. Le montant brut de votre allocation est à la fois soumis à la CRDS (Contribution au remboursement de la dette sociale) ainsi qu'à la CSG (Contribution sociale généralisée). La CRDS au taux de 0,5% sur 98,25% de l’allocation brute et la CSG au taux de 6,2% sur 98,25% de cette même allocation brute.

Enfin, à l'exception de l'Alsace-Moselle, vos allocations sont exonérées de cotisations maladie mais imposables comme des salaires.

A noter

Si ces contributions sociales viennent à diminuer votre allocation de retour à l'emploi en la faisant passer à moins de 49 euros par jour, vous êtes alors partiellement ou entièrement exonéré de cotisations sociales.