Allergies et Covid-19 : ce qu’il faut savoir
En cours de chargement

En cours de chargement

Allergies et Covid-19 : ce qu’il faut savoir

Avec l’arrivée du printemps les allergies saisonnières reviennent en pleine pandémie de Covid-19. Ces deux affections partagent certains symptômes. Comment les distinguer ? Quels sont les bons réflexes à avoir ? Quand et comment consulter un médecin ? Quel rôle pour les complémentaires santé ? Quelques questions auxquelles nous répondons.

Allergie, asthme ou coronavirus

Si les symptômes de rhinite et d’éternuement sont partagés par le Covid-19 et les allergies, ces dernières n’entraînent pas de fièvre ou de maux de tête. L’infection par le coronavirus peut se distinguer également par une grande fatigue, une toux sèche, ainsi qu’une perte du goût et de l’odorat. Rappelons cependant que cela n’est pas parce que vous ne présentez pas ces symptômes spécifiques que vous n’êtes pas porteur du coronavirus. Certaines personnes sont asymptomatiques, d’autres présentent des symptômes très légers. Symptomatique ou pas, il convient dans tous les cas de respecter les précautions exigées pour répondre à la pandémie et tout particulièrement les gestes barrières. S’il n’est pas prouvé que les allergies en général entraînent un risque particulier face à cette maladie, les personnes souffrant d’un asthme sévère sont plus susceptibles d’avoir des complications en cas d’infection.

Allergie, asthme ou coronavirus

Pendant la pandémie, il est important de poursuivre le traitement de fond qui vous a été prescrit pour vos allergies. Rester en bonne santé sera votre première protection contre le virus. Les antihistaminiques et les corticoïdes inhalés ne présentent pas de contre-indication particulière. Si vous pensez avoir contracté le coronavirus et que vous prenez de la cortisone en comprimé, suspendez le traitement et contactez au plus vite votre médecin pour l’adapter. Les anti-inflammatoires sont, en effet, soupçonnés d’aggraver le Covid-19. En cas de symptômes du Covid-19, si vous avez le moindre doute sur un médicament, consultez votre médecin ou la plateforme gouvernementale qui vous informera sur un risque éventuel. Enfin, n’oubliez pas d’aérer votre logement tôt le matin et tard le soir, ainsi que de combattre la poussière. Ces gestes permettent de modérer l’exposition aux allergènes. 

Faire appel à un médecin

Prenez contact avec votre médecin habituel, si vous avez l’impression que les symptômes de votre allergie empirent, s’ils sont différents (par exemple la nature de votre toux), ou que vous montrez des symptômes compatibles avec une infection par le coronavirus. Votre médecin est le mieux à même d’évaluer la situation et de vous donner la marche à suivre pour répondre à vos symptômes. La plupart des médecins généralistes se sont organisés pour proposer des téléconsultations qui permettent une première évaluation sans risque. Elle permettra d’adapter le traitement ou de mener à une consultation en cabinet si la situation le nécessite. Par ailleurs, l’assurance maladie a simplifié la possibilité de faire appel à la téléconsultation par le biais de plateformes ou en direct. Vous n’avez  plus besoin d’avoir préalablement rencontré le médecin en chair et en os et il n’y a plus de restriction géographique. La prise en charge est elle aussi simplifiée. Rappelons qu’il n’est pas conseillé de vous priver de consulter un médecin si vous en avez besoin, qu’elle qu’en soit la cause. Enfin, si vous souffrez de pathologies qui demandent des visites régulières chez votre médecin n’oubliez pas de le consulter avec la même fréquence qu’à l’habitude.

Le rôle des mutuelles complémentaires pour la prise en charge des allergies

La prise en charge du diagnostic et du traitement des allergies par l’Assurance maladie varie en fonction des tarifs pratiqués par le médecin allergologue, jusqu’à 70 % pour un médecin de secteur 1, et le traitement suivi, de 100 % pour les médicaments « irremplaçables » à 15 % pour ceux dont Service médical rendu (SMR) est considéré comme « faible ». Les médecines douces et l’homéopathie ne sont, quant à elles, pas remboursées. Une mutuelle complémentaire adaptée à vos besoins peut vous permettre de couvrir les dépenses qui ne bénéficient pas d’un remboursement complet et d’accéder à des modes de traitement alternatifs.