Comment financer un logement HLM ?

11 SEPTEMBRE 2019

Et si vous achetiez un logement social ? C'est le bon moment : le gouvernement pousse en effet les offices HLM à vendre leurs logements sociaux aux particuliers. Conditions, démarche financement… Voici comment s'y prendre.

Bonne nouvelle pour les foyers souhaitant devenir propriétaire sans casser leur tirelire : l'État français va faciliter les démarches pour acquérir une habitation à loyer modérée. Une mesure inscrite dans la loi Elan qui vient d’être précisée via une ordonnance prise en conseil des ministres le 7 mai 2019. Si les locataires du parc social sont prioritaires, l'achat reste ouvert à tous. Avis aux amateurs : pour vous informer, consultez les sites des organismes HLM du département qui vous intéresse ou de ceux proposant des biens dans toute la France. Autre piste pour dénicher les meilleures offres : Bienveo.fr, mis en place par l’Union sociale pour l’habitat, qui regroupe les bailleurs sociaux. Pensez aussi à regarder du côté des agences immobilières et des sites web de petites annonces…

L'intérêt d'acheter un logement à loyer modéré, bien évidemment, réside, comme son nom l'indique dans le prix de vente, fixé en principe en dessous de ceux du marché. Aussi, pour favoriser l'accession sociale à la propriété, le gouvernement a prévu que l’organisme HLM assure seul la gestion des parties communes de l’immeuble et prenne en charge les gros travaux. Certes, le propriétaire devra quand même à verser une petite contribution pour les charges mais largement réduite de fait, vu qu'elle ne servira qu'à couvrir les frais d'entretien des parties communes.

Les bons plans pour financer l'acquisition

De plus, c'est le moment d'acheter : les taux d'intérêt des crédits immobiliers n'ont jamais été aussi bas en France. Et même sans apport, vous pouvez vous lancer. Renseignez-vous, différentes aides existent. Comme le « prêt action logement », aussi connu comme le « prêt 1% logement », qui permet aux salariés de bénéficier d'un taux réduit pour acquérir un logement neuf ou ancien en tant que résidence principale. Très pratique, il ne requiert, dans la plupart des cas, aucune garantie : ni caution, ni hypothèque. Un bémol toutefois : le montant du prêt ne doit pas dépasser 30 % du montant total.

Pensez aussi au prêt à taux zéro (PTZ). Ce dispositif, accessible, sous conditions de revenus, peut financer sans intérêts une partie de l’acquisition d’un logement social ancien (10 % du prix du bien dans la limite d’un plafond).

Enfin, si vous êtes primo-accédants et que vous n'avez pas accès au PTZ, La Banque Postale vous propose une alternative intéressante : le Prêt Accession Jeune. C'est un prêt amortissable à taux fixe compatible d'un montant de 10 000 euros. Qui peut s'avérer un coup de pouce bien utile pour boucler un financement. Cqfd.