Construire un abri de jardin dans les règles

12 JUILLET 2017

Prêt-à-poser, réalisé artisanalement par vos soins ou construit par un professionnel, l’abri de jardin reste un espace aux contours assez réglementés. Dimensions, déclaration préalable, taxe à acquitter et règles d’urbanisme : mieux vaut bien se renseigner avant de s’engager.

Quel taille pour votre abri de jardin ?

Si vous avez une maison avec jardin, la question d’un abri où ranger une éventuelle tondeuse, quelques vélos, des outils de jardinage ou bricolage, voire des chaises longues, se posera certainement assez vite. Elle nécessite cependant d’être bien anticipée car le sujet est réglementé. En général, les conditions d’installation d’un abri de jardin dépendent de sa taille. Il faut d’abord savoir si ces travaux nécessitent une autorisation particulière. Si votre construction prévoit une emprise au sol supérieure à 20m2, vous devrez obtenir un permis de construire, mais elle fera seulement l’objet d’une déclaration préalable de travaux (DPT) si la surface est comprise entre 5 et 20m2. Vous pourrez en revanche construire librement votre abri pour les constructions de moins de 5m2 (si la hauteur n’excède pas 12m).

Bon à savoir :

Dans le cas particulier d’un site classé ou secteur protégé, toute construction, quelle que soit sa surface, fera au moins l’objet d’une DPT. 

Quelle est la localisation de votre abri de jardin ?

La localisation de votre projet compte également. Dans certaines zones, régions, ou communes, des normes sont spécifiées et vous pourriez avoir une charte colorielle à respecter. L’emplacement de votre abri compte également pour savoir si vous serez exempté ou non du paiement de la taxe d’aménagement (applicable depuis 2012 sur la création de surface nécéssitant DPT ou permis de construire). Seules certaines communes prévoient des dispositions particulières dans leur plan d’urbanisme pour exclure de cette taxe les petites surfaces comme les abris de jardin ou les vérandas.