En cours de chargement

En cours de chargement

Premier emploi ou création d'entreprise : nos astuces pour réussir

A la sortie des études, la recherche d’un emploi a souvent l’air d’un parcours semé d’embûches. Voici quelques clés pour vous guider dans vos recherches, et une fois votre premier emploi trouvé, pour gérer au mieux votre indépendance financière.
Vous rêvez de lancer votre activité ? De l'idée du projet à la création de votre entreprise, découvrez tous nos conseils et solutions pour vous accompagner

Quels sont les outils incontournables pour décrocher son premier emploi ?

Vous cherchez un job lycéen, un travail pour étudiant, vous êtes un jeune diplômé sans expérience à la recherche d’un premier emploi, en France ou à l’étranger ? La Banque Postale vous livre quelques conseils pour mettre toutes les chances de votre côté.

Un C.V. clair et percutant

  • Un recruteur consacre moins d’une minute à lire un C.V. Pour retenir son attention, il doit tenir sur une page et avoir une présentation claire et attractive. Le titre, bien visible, doit indiquer l’intitulé du poste auquel vous postulez.
  • Le recruteur doit être en mesure d’évaluer rapidement vos compétences et vos atouts. Faites ressortir les points saillants. Pour être percutant, soyez précis et concis !
  • Le soin apporté à la présentation de votre C.V. compte autant que son contenu. Misez sur la clarté et la lisibilité.

Une candidature motivée

  • L’e-mail de motivations a parfois remplacé la traditionnelle lettre de motivations. Dans les deux cas, vous devez  donner envie au recruteur de vous rencontrer et transmettre par écrit  une image dynamique et volontaire, tout en reflétant votre personnalité, faites preuve d’originalité.
  • Les fautes d’orthographe sont rédhibitoires et susceptibles de faire échouer votre candidature. Relisez-vous plutôt trois fois qu’une.
  • Osez l'innovation en utilisant d'autres supports comme la vidéo !

Attention à votre e-réputation

Une recherche sur Google fournit beaucoup d’informations sur vous, dont certaines peuvent jouer en votre défaveur. De plus, soyez prudent sur ce que vous publiez sur les réseaux sociaux et faites le "ménage" si nécessaire.
Créer un site internet ou une page "pro" sur les réseaux sociaux comme permet de se présenter sous son meilleur jour, mettez en avant vos expériences, compétences et formations. Faites-vous recommander par vos anciens employeurs ou votre réseau personnel, ce sera toujours un plus pour vos futures candidatures.

Bon à savoir

  • N’hésitez pas à valoriser votre expérience grâce à des données chiffrées : vous avez été responsable d’un projet qui a mobilisé 15 personnes ? Organisatrice d’un événement qui en a réuni 300 ? Faites-le savoir !
  • Esprit d’initiative, goût du travail en équipe, qualité d’écoute : le savoir-être d’un candidat compte de plus en plus dans les critères de recrutement. Mettez donc l’accent sur vos qualités relationnelles, surtout si vous êtes à la recherche d’un premier emploi sans expérience.
  • Les sites d’offres d’emploi, les pages "recrutement" des sites d’entreprises et les réseaux sociaux professionnels sont les principales pistes de recherche d’emploi en ligne à explorer. Pour une meilleure visibilité, déposez votre C.V. et actualisez chaque semaine votre profil sur les "jobs boards" et les réseaux professionnels. 
  • Sollicitez les réseaux des anciens de votre école, vos maîtres de stages, mais aussi votre cercle de connaissances. N’hésitez pas à faire fonctionner le bouche à oreille. 
  • Osez les candidatures spontanées.
  • L’étude des fiches métiers et des fiches de postes vous fournira des indications précieuses pour la préparation de votre entretien. De la même façon, glanez le maximum d’informations sur l’entreprise auprès de laquelle vous postulez : site web, articles, interviews, conférences… Plus vous en saurez, mieux c’est !

Quelles sont les erreurs à éviter pour une recherche de premier emploi efficace ?

  • Penser que l’on est trop jeune, pas assez diplômé ou pas assez expérimenté, ou attendre de répondre à une liste de critères présupposés avant de postuler.
  • Multiplier les secteurs, les métiers et les types d’entreprises auprès desquelles vous candidatez.
  • Construire un CV type, non personnalisé, et l’envoyer à tous les recruteurs potentiels.
  • Se rendre à un entretien les mains dans les poches, sans s’être renseigné au préalable sur l’entreprise et le poste proposé.
  • Passer trop de temps à vous présenter lors de l’entretien. Votre pitch ne doit pas dépasser 3 minutes.
  • Ne pas envoyer de mail de remerciement après un entretien.
  • Ne pas relancer les recruteurs si vous n’avez pas eu de nouvelles de leur part.

Comment gérer ma vie active ?

Jeune diplômé, vous avez trouvé votre premier emploi ? Bienvenue dans le monde du travail. Même si vous avez déjà eu un job étudiant, que vous avez réalisé plusieurs stages, l’entrée dans la vie active s’accompagne de quelques changements. La Banque Postale vous en dit plus.

Premier emploi : les codes de son entreprise à adopter

Faire son entrée dans le monde du travail constitue une étape importante dans la vie de chacun. Pour certains, l’entreprise est une terre inconnue, pour d’autres c’est un univers déjà familier surtout si vous avez opté pour l’alternance pendant vos études. Mais pour tous, les premiers pas dans la vie active nécessitent un certain temps d’adaptation. Les clés d’une intégration réussie dans son premier emploi ? Prendre le temps d’observer les codes et les usages en vigueur au sein de l’entreprise.

  • Existe-t-il un "dress code" ou une tenue vestimentaire à adopter ?
  • Quel est le niveau de langage employé, le mode de communication ?
  • Quid des habitudes, des rituels ?

Votre objectif : vous approprier rapidement ces codes, sans pour autant renoncer à votre personnalité !

Des démarches administratives à accomplir :

Auprès de l’assurance maladie 

Lorsque l’on passe du statut étudiant au statut de salariéil est nécessaire, pour continuer à bénéficier de l’assurance maladie, de remplir une "Déclaration de changement de situation". Ce document est disponible sur le site de l’Assurance maladie. Une fois votre déclaration remplie, adressez-la à votre centre de sécurité sociale accompagnée d’une copie de votre contrat de travail, de votre premier bulletin de salaire, de votre pièce d’identité et d’un relevé d’identité bancaire.
Rendez-vous sur www.ameli.fr.

Auprès des impôts      

Vous travaillez et vous n’êtes plus rattaché au foyer fiscal de vos parents ? Vous allez bientôt faire votre première déclaration d’impôts. Si vous avez entre 20 et 26 ans, vous devriez recevoir un courrier qui vous expliquera comment effectuer votre première déclaration en ligne avec votre numéro fiscal. Si vous n’avez pas reçu ce courrier et/ou que vous ne possédez pas de numéro fiscal, renseignez-vous auprès de votre centre des impôts. Si vous êtes âgé de moins de 21 ans, il est peut-être plus intéressant de rester rattaché au foyer fiscal de vos parents. Réalisez une simulation.

Bon à savoir

  • Concernant la mutuelle santé, sachez que quel que soit votre contrat (CDD ou CDI),  votre employeur a l’obligation de vous proposer une couverture complémentaire santé collective. Il couvrira à minima 50% de la cotisation, le reste sera à votre charge, déduit de votre salaire. Vous pouvez y adhérer, la compléter ou souscrire à une complémentaire santé individuelle.
  • Avec le prélèvement à la source, si vous n’avez jamais fait de déclaration de revenu, le taux appelé neutre est fixé en fonction des revenus que vous percevez et selon le barème établi par la loi. Si vous souhaitez le modifié par un taux personnalisé en fonction de votre situation réelle, remplissez ce formulaire et adressez-le à votre centre d’impôts. Si vous disposez déjà d’un numéro fiscal, pour cette même démarche, rendez-vous dans votre espace fiscal personnel, rubrique "Gérer mon prélèvement à la source".

Vie active : un budget à gérer

Acquérir son indépendance financière, c’est aussi faire l’apprentissage de la gestion d’un budget. L’objectif à atteindre ? Réussir à équilibrer vos dépenses du quotidien—loyer, transports, assurances, forfaits de téléphonie mobile et internet— et les dépenses liées aux loisirs, aux voyages et aux sorties. Tout cela est à prendre en compte pour vous aider à faire des choix liés à votre mode de vie. Est-ce qu’il est préférable d’habiter seul, en colocation ou en couple ? Est-ce que je dois m’acheter une voiture ou un scooter pour me rendre au travail ? Ou plutôt utiliser les transports en commun, le vélo, la trottinette électrique ou non ?

Autre question incontournable, celle de l’épargne. Mettre un peu d’argent de côté chaque mois sur un compte d’épargne est une bonne façon de parer aux dépenses imprévues, de se donner les moyens de se faire plaisir (voyage, shopping, déco, high-tech,…) mais aussi de penser à l’avenir. Maison, mariage, enfants : votre future vie de famille peut se préparer dès aujourd’hui !

J’ai une idée de projet professionnel : comment me lancer ?

Vous rêvez de créer votre propre entreprise ? L’entrepreneuriat est une belle aventure qui ne s’improvise pas. De votre idée de départ à la naissance de votre entreprise, La Banque Postale vous donne quelques conseils pour respecter les étapes.

Idée de projet professionnel : des étapes clés avant de se lancer :

  1. La première étape d’une création d’entreprise, c’est la recherche d’idée.
    La bonne attitude pour la trouver ? Faire preuve de curiosité, d’ouverture et de sens de l’observation. Restez à l’affût de l’actualité du secteur d’activité qui vous intéresse, participez à des salons, à des ateliers, enquêtez auprès de votre entourage... Ecoutez, échangez, notez tout ce qui pourrait présenter des opportunités de développement de produits ou de services innovants
  2. La phase suivante consiste à :
  • Définir votre marché et son implantation,
  • Identifier les besoins de vos clients potentiels,
  • Etudier le marché et la concurrence.

Réalisez votre étude de marché !

C’est une étape importante, car elle vous permettra de vous assurer de la faisabilité de votre projet et de construire votre ‘business plan’ sur 3 à 5 ans. À la fois outil de pilotage de votre projet et de promotion de votre activité, il vous sera indispensable pour convaincre des partenaires de vous rejoindre ou vous apporter un soutien financier.

Opter pour le financement participatif

De plus en plus de jeunes entrepreneurs se tournent vers le financement participatif pour concrétiser leur idée de projet professionnel. Le financement participatif peut se révéler très efficace si l’on prend soin de lancer sa campagne de financement au bon moment, sans improvisation, ni précipitation. Une campagne de crowdfunding demande en effet quelques mois de préparation. Cette période vous permettra de faire avancer votre projet et de rassurer vos clients potentiels en leur démontrant que votre projet, votre idée, votre concept s’appuie sur des éléments concrets. C’est aussi le temps nécessaire pour créer, animer et fédérer votre nouvelle communauté.

Un seul mot d’ordre : communiquer ! Vidéos de présentation, page Facebook et/ou Linkedin, publications sur les réseaux sociaux, sollicitation des médias locaux… Multipliez les pistes et les canaux pour faire parler de vous et de votre idée de projet professionnel ! Vous pouvez partager des articles liés à votre projet, des exemples ou des témoignages inspirants, lancer des sondages… Il s’agit d’interagir au maximum avec vos clients potentiels pour leur donner envie de vous soutenir.

Qu'est-ce que le financement participatif ?

Découvrez et comprenez ce qu'est le financement participatif aussi appelé crowdfunding.

Projet professionnel : réussir… ou rebondir !

Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises idées... Malgré une motivation en béton, du temps investi et des efforts, il arrive parfois qu’un projet professionnel n’aboutisse pas ou qu’une activité s’essouffle après quelques mois ou années. Une période pas très agréable à traverser, mais qui ne doit pas pour autant vous faire renoncer. Car les échecs, quand on sait en retirer les leçons, sont particulièrement instructifs et formateurs. Ce sont d’ailleurs souvent des passages obligés avant d’atteindre le succès.

Votre projet a échoué ? Ne repartez pas tête baissée ! Accordez-vous un peu de temps pour vous poser et prendre du recul. Vous pourrez dresser un bilan de votre expérience, lui donner du sens, et identifier des axes d’amélioration pour votre prochain projet. De quoi vous rebooster et repartir du bon pied !

Bon à savoir

  • Les aides publiques à la création d’entreprise : Acre, Nacre, Arce, Cape… Derrière ces acronymes se trouvent des aides publiques à la création d’entreprise. Les coups de pouce dont vous pouvez bénéficier se présentent sous différentes formes : exonération de cotisations sociales pendant la première année d’activité, aide financière, accompagnement à la création… Pour en savoir plus sur ces aides et leurs conditions d’attribution, cliquez ici.
  • Vous êtes étudiant-entrepreneur ? La mission nationale PEPITE peut aussi vous aider à concrétiser votre projet. En savoir plus ici.

Comment lancer la création de son entreprise ?

Votre business plan est terminé et validé, vous êtes donc prêt à lancer votre activité en créant votre entreprise ! La Banque Postale vous guide dans les dernières démarches à accomplir et vous donne quelques pistes d’aides pour la faire éclore.

Quel statut juridique choisir lors de la création de sa société ?

Quand on crée son entreprise, le choix de sa forme juridique est important. Chaque statut implique en effet différentes conséquences en termes de responsabilité, de régime social et fiscal, ou encore de rémunération.

Entreprise individuelle ou société ?

  • Facile à créer, l’entreprise individuelle comporte peu de contraintes comptables et administratives. Mais le manque de séparation entre le patrimoine de l’entrepreneur et celui de son entreprise peut s’avérer délicat en cas de créances. La forme juridique de l’Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) permet de faire cette distinction et de protéger les biens personnels de l’entrepreneur en cas de faillite. http://www.eirl.fr
  •  La société est une entité autonome, juridiquement distincte de son créateur : on parle de "personne morale". Les biens personnels restent donc à l’abri, la responsabilité du gérant et des associés se limitant—sauf en cas de fautes de gestion— au montant des apports financiers de chacun dans la société.

Seul(e) ou à plusieurs ?

  • Si vous vous lancez en solo dans la création d’entreprise, il vous faudra choisir entre l’entreprise individuelle ou la microentreprise, l’EIRL, l’EURL ou la SASU.
  • Si vous êtes plusieurs à vouloir créer une société, vous devrez opter pour une société pluripersonnelle— SARL, SA, SAS, SNC, Scop, Association— et faire établir des statuts.

Bon à savoir

Vous ne vous sentez pas tout à fait prêt(e) à vous lancer dans la création d’entreprise ? D’autres formules existent pour exercer votre activité : le portage salarial, la couveuse, la coopérative d’activité…

Micro-entrepreneur : quelles sont les démarches à accomplir ?

Si vous avez choisi le statut de micro-entrepreneur (anciennement autoentrepreneur), les formalités sont très simples et s’effectuent en ligne.

  • Vous effectuez votre déclaration de début d’activité via le portail Auto Entrepreneur
  • Votre dossier est ensuite transmis à votre Centre de Formalités des Entreprises : la Chambre de Commerce et de l’Industrie pour une activité commerciale, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat pour une activité artisanale, l’URSSAF pour les professions libérales, ou le Greffe du Tribunal de commerce pour une activité d’agent commercial.
  • Si vous êtes artisan, vous devrez demander votre immatriculation au Répertoire des Métiers. Les commerçants doivent s’immatriculer auprès du Registre du Commerce et des Sociétés.

Quelles sont les aides à la création d’entreprise ?

  • Parmi les aides sociales, l’ACRE permet d’être exonéré en partie de cotisations sociales durant la première année de votre activité. Si vous bénéficiez des allocations chômage de Pôle Emploi, l’ARCE vous permet également de toucher 45 % de votre reliquat de droits sous forme de capital.
  • Parmi les aides financières, les prêts d’honneur à taux zéro, le micro-crédit…
  • Un accompagnement au sein d’un incubateur de start-up, ou encore via le dispositif Nacre.

Bon à savoir

Ne gardez pas tous vos œufs dans le même panier ! Il est recommandé, dès la création de votre entreprise, d’ouvrir un compte bancaire professionnel distinct de votre compte bancaire personnel.