En cours de chargement

En cours de chargement

Comment financer ses études supérieures ?

Afin de vous concentrer sur vos études et sur les choses importantes, découvrez tous les conseils de La Banque Postale et nos bons plans pour profiter de ce moment unique.

Comment financer ses études supérieures ?

Entre les frais de scolarité, les quittances de loyer, les transports, les factures du quotidien et les loisirs, les études supérieures coûtent cher. Voici quelques conseils pour financer votre formation et éviter les fins de mois difficiles.

Pourquoi souscrire un prêt étudiant ?

Quand on commence ses études, les dépenses s’accumulent : il faut souvent trouver un logement, avancer le montant de la caution, trouver de quoi le meubler et l’équiper, s’acheter du matériel pour les cours… sans parler des factures du quotidien à régler (alimentation, transports, téléphonie,…) ! Si vous n’avez pas assez d’argent de côté ou que vous ne pouvez pas bénéficier de l’aide financière de vos parents, le prêt étudiant constitue une excellente solution.
L’un des principaux avantages d’un prêt étudiant, c’est que vous pouvez commencer à le rembourser après avoir achevé vos études. Les conditions de tarification et de durée des prêts étudiants de La Banque Postale ont été pensées pour ne pas peser sur votre entrée dans la vie active. Vous pouvez ainsi accorder tout votre temps et votre énergie à votre formation, sans l’angoisse de vous retrouver en difficulté à la fin du mois. 

Le prêt personnel Étudiant de La Banque Postale(1) 

Il vous permet d’emprunter jusqu’à 50 000 euros sur une durée de 1 à 10 ans. La somme empruntée peut être débloquée en plusieurs fois. Pratique pour garder la maitrise de votre budget !

Exemple(2) : pour un Prêt personnel Étudiant de 14 000 € sur 48 mois au taux débiteur fixe de 1,49 %, soit un TAEG fixe de 1,50 %(3), le remboursement s’effectue en 48 mensualités de 300,63 €. Montant total dû : 14 430,24 €. Pas de frais de dossier. Assurance Décès Invalidité(4) facultative : TAEA de 0,86 %, soit 5,13 € mois (non inclus dans la mensualité) soit un montant total dû sur la durée totale du prêt de 246,24 €.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Comment prétendre à des aides de l’Etat ?

Pour alléger le poids des factures et faire face à vos dépenses, plusieurs aides publiques existent. Bourses, allocations ou fonds d'aide d'urgence… il y en a certainement une ou plusieurs auxquelles vous pouvez prétendre.

La bourse sur critères sociaux est accordée en fonction des revenus de vos parents, du nombre d’enfants dans le foyer et de votre éloignement géographique pour la poursuite de vos études. Afin de postuler, vous devez avoir moins de 28 ans et remplir votre DES, Dossier Social Étudiant. Si vous bénéficiez de cette bourse, vous serez également exonéré de vos frais d’inscription universitaire et de la CVEC, et vous serez prioritaire pour obtenir un logement étudiant CROUS. 

Le Fonds National d’Urgence (FNAU) du Crous peut vous verser une aide exceptionnelle si vous traversez des difficultés financières particulières ou imprévues. Cette aide s’adresse autant aux étudiants boursiers qu’aux étudiants non boursiers. Elle peut être versée soit ponctuellement, soit annuellement.
Pour en savoir plus, renseignez-vous auprès de votre CROUS.

Vous avez obtenu la mention « Très bien » au baccalauréat ? Si vous êtes boursier ou que vous bénéficiez d’une autre allocation d’aide spécifique, vous pouvez prétendre à l’aide au mérite.

Vos futures compétences sont recherchées ? Vous pouvez démarcher des entreprises et solliciter leur soutien financier. En échange de ce sponsoring, vous devrez vous engager à travailler pour l’entreprise quand vous aurez obtenu votre diplôme

Et pourquoi pas trouver un job étudiant ?

Un grand nombre d’étudiants exerce une activité rémunérée pendant leurs études. Travailler pendant les mois d’été ou quelques heures par semaine présente un double intérêt : vous gagnez de quoi améliorer votre quotidien en même temps que vous acquérez une première expérience professionnelle. C’est aussi l’occasion de vous constituer un carnet d’adresses et si votre travail est apprécié, d’obtenir des recommandations pour vos futurs employeurs… De quoi renforcer vos chances de trouver un emploi après vos études !

Bon à savoir

Jobaviz.fr, le site d’emploi du CROUS, présente des fiches détaillées pour chaque type d’emplois proposés aux étudiants : horaires, rémunération, profils recherchés… Une mine d’or pour vous aider à trouver le job étudiant qui vous correspond le mieux.

Choisir d'étudier en apprentissage

L’apprentissage constitue un choix de formation qui attire de plus en plus. C’est en effet la voie idéale pour décrocher un diplôme tout en effectuant ses premiers pas dans le monde du travail.  Quelques points à connaître à propos de ce statut.

Quel est le statut des apprentis ?

Les conditions d’accès à l’apprentissage se sont élargies depuis le 1er janvier 2019, date d’entrée en vigueur de la loi « Avenir Professionnel ». L’apprentissage s’adresse désormais aux jeunes de 16 à 30 ans, contre 26 ans auparavant.
Le statut de l’apprenti est double : il est à la fois « étudiant des métiers » et salarié de l’entreprise qui l’emploie à temps partiel, en alternance. En fonction du diplôme préparé, la période d’apprentissage peut varier de 6 mois à 3 ans. Elle se répartit généralement entre un tiers de temps d’enseignement théorique au sein d’un CFA (Centre de formation des Apprentis) et deux tiers de temps de travail en entreprise. 

A la rentrée 2019,

70 949 jeunes ont été candidats à une formation en apprentissage.

Education.gouv.fr

L’apprentissage est une solution idéale pour financer votre formation professionnelle : l’entreprise avec laquelle vous signez votre contrat d’alternance prend en charge vos frais de scolarité et vous verse une rémunération chaque mois. Votre salaire est calculé en fonction de votre âge, de votre niveau d’études, ainsi que du type de contrat conclu avec l’entreprise. 

Pourquoi souscrire un prêt apprenti ?

Le prêt personnel Apprenti de La Banque Postale(1)

Pour vous aider à régler vos frais de formation, d’équipement, de logement et d’installation, La Banque Postale propose le prêt personnel Apprenti(1), une solution sur-mesure, étudiée pour répondre à vos besoins spécifiques. Il vous permet d’emprunter de 1 000 à 15 000€, sur une durée d’un à sept ans. La somme empruntée peut être débloquée en plusieurs fois et le remboursement de votre prêt peut être reporté, de la même façon que pour un prêt étudiant. 

Exemple(5) : pour un Prêt Personnel Apprenti de 5 000 €, d’une durée de 36 mois au taux débiteur fixe de 0,90% soit un TAEG fixe de 0,90%, le remboursement s’effectue en 36 mensualités de 140,82 €. Montant total dû : 5 069,52 €. Pas de frais de dossier. Assurance Décès Invalidité facultative(3). TAEA de 0,85%, soit 1,83 €/mois (non inclus dans la mensualité), soit un montant total dû sur la durée totale du prêt de 65,88 €.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Comment prétendre à des aides de l’Etat ?

  • En tant qu’apprenti, vous pouvez bénéficier de l’allocation d’aide au logement. Vous pouvez également demander à obtenir un logement au sein d’un foyer de jeunes travailleurs.
  • Sous certaines conditions, une aide forfaitaire de 500 € peut vous être accordée afin de financer votre permis de conduire.
  • La carte d’« étudiant des métiers » vous donne droit aux mêmes avantages que la carte d’étudiant de l’enseignement supérieur : accès aux restaurants et aux hébergements universitaires, réductions sur les loisirs (cinéma, théâtre, sports…). 
  • Les salaires que vous percevez en apprentissage sont exonérés d’impôts jusqu’à un certain seuil. Ce seuil était de 18 255 € en 2019. 
  • Certains Conseils Régionaux accordent aux jeunes apprentis des aides au transport, à l'hébergement et à la restauration. Renseignez-vous auprès de votre région !

 

Comment assurer ma santé ? 

En tant qu’apprenti, vous bénéficiez de la même couverture sociale qu’un salarié. Vous êtes également couvert pour les maladies professionnelles ainsi que pour les accidents du travail dans le cadre de votre apprentissage.

L’entreprise qui vous emploie en alternance est dans l’obligation de vous proposer une complémentaire santé. Vous avez la possibilité de refuser d’adhérer, si et seulement si, ce cas est prévu dans le dispositif mis en place par l’entreprise (DUE, Accord collectif,…). A noter que pour les apprentis dont le CDD est prévu sur une durée supérieure à un an, il faut également justifier d’une complémentaire santé souscrite par ailleurs. Si vous refusez l’adhésion à la complémentaire santé obligatoire de votre employeur, il est important de souscrire un contrat d’assurance santé individuelle qui couvrira vos dépenses de santé(6).

Bon à savoir

Avec l’Assurance Santé Individuelle Formule JEUNES de La Banque Postale vous bénéficiez d’un service de Téléconsultation, accessible 24h/24 depuis la France ou L’étranger. Sur simple appel téléphonique vous obtenez des conseils santé et si besoin, vous êtes mis en relation avec un médecin agrée(6).

La formule Jeunes vous permet également de bénéficier de garanties(6) pensées pour vous :

  • Les médecines complémentaires (ostéopathie, diététicien, chiropractie…),
  • La contraception féminine et masculine,
  • Les vaccins du voyageur (fièvre jaune, hépatite A, typhoïde…),
  • Le dépistage des MST par autotest,
  • L’accompagnement à l’arrêt du tabac.

Etudier à l'étranger

Véritable atout au sein d’un parcours de formation, le cursus à l’étranger est une expérience enrichissante qui attire de plus en plus de jeunes. L’aventure vous tente ?  Voici quelques pistes à explorer.

Dans quel cadre est-il possible d’étudier à l’étranger ?

Programme Erasmus+

Le premier mot qui vient à l’esprit quand on évoque les études à l’étranger, c’est bien sûr ERASMUS+. Ce programme de mobilité, ouvert à la fois aux étudiants et aux apprentis, permet de suivre pendant quelques mois ou un an une partie de leur formation dans un pays membre de l'Union Européenne(7). Pour établir votre dossier, rendez-vous au service des relations internationales de votre établissement, entre 6 mois et 1 an avant votre départ.

Bourse Erasmus

Si vous partez dans le cadre d’un programme ERASMUS+, vos frais universitaires à l’étranger seront les mêmes que vos frais d’inscription en France. Pour vous aider à vivre sur place, une bourse Erasmus peut également vous être accordée. Elle s’élève en moyenne à 250 € par mois et peut être complétée par une bourse sur critères sociaux, une aide à la mobilité internationale ou une aide de votre région. Pour en savoir plus. 

Echanges et séjours

De nombreux organismes proposent des programmes d’échanges ou des séjours à l’étranger pour une durée de quelques semaines ou mois. Cette formule est plus onéreuse. Vous pouvez aussi effectuer un séjour comme étudiant « au pair » au sein d’une famille, donner des cours de langue,... Quoi qu’il en soit, tout cela vous demandera d’anticiper et de consacrer du temps à la préparation de votre projet. A vous de trouver la formule qui correspond le mieux à vos compétences, à votre personnalité et à vos moyens financiers.

Pourquoi faire un stage à l’étranger ?

Effectuer un stage à l’étranger est une excellente façon d’enrichir son CV tout en découvrant une autre culture, y compris celle de l’entreprise. Renseignez-vous auprès du bureau des stages de votre université ou de votre école, car il est probable que des partenariats aient été conclus avec des entreprises étrangères. Vous pouvez également vous tourner vers les entreprises françaises possédant des filiales à l’étranger pour solliciter un stage. Sachez toutefois que ce type de stage n’est pas obligatoirement rémunéré, les conditions variant d’un pays à l’autre.

Pour que votre expérience soit la plus bénéfique, il est indispensable d’avoir un bon niveau d’anglais ou une bonne connaissance de la langue du pays où vous souhaitez vous rendre. Vous aurez bien sûr l’occasion de vous perfectionner au cours de votre séjour, mais si vos bases sont insuffisantes dès le départ, il sera difficile de vous confier des missions intéressantes dans un premier temps. Ce serait dommage de partir à l’étranger pour vous retrouver affecté à la photocopieuse !

Internet regorge de sites dédiés à la recherche de stages à l’étranger… et il n’est pas toujours facile de s’y retrouver.
Pour vous faciliter la tâche, le Ministère de l’éducation et de la Jeunesse met à votre disposition un portail très complet pour vous donner quelques idées et vous guider dans vos démarches.  

Comment assurer ma santé à l’étranger ?

Avant de partir, renseignez-vous sur le coût des soins médicaux dans votre pays d’accueil. Dans certains cas, la prise en charge de la Sécurité sociale française ne sera pas suffisante pour couvrir les frais médicaux (par exemple aux États-Unis, au Canada, en Suisse, au Japon, etc.).

Si vous partez dans un pays de l’Union Européenne ou en Suisse, demandez à votre caisse de Sécurité sociale une Carte Européenne d'Assurance Maladie (CEAM). Elle est valable 2 ans et si vous tombez malade, cette carte attestera de vos droits à l'assurance maladie et vous permettra de bénéficier d'une prise en charge de vos soins médicaux, selon la législation et les règles en vigueur dans le pays du séjour.

Dans certains pays, notamment les Etats-Unis, le Canada, la Nouvelle-Zélande ou l’Australie, les frais hospitaliers ou de rapatriement sont extrêmement coûteux. Il est donc fortement recommandé, voire indispensable, d’être couvert par une assurance complémentaire santé spécifique et une assistance rapatriement.

Bon à savoir

Avant de partir, notez les numéros de vos contrats d’assurance ainsi que les numéros d’appel des services d’assistance. Cela vous permettra de gagner un temps précieux en cas de pépin !

Faire une année de césure

Vous vous trouvez à la croisée des chemins dans votre parcours de formation ? Vous avez envie de vivre une expérience de volontariat ? De développer un projet entrepreneurial ? Loin de vous faire perdre votre temps, une année de césure peut s’avérer très bénéfique. 

S'engager

Si vous avez envie de vous rendre utile, d’agir pour une cause qui vous tient à cœur, que vous avez moins de 25 ans (et jusqu’à 30 ans si vous êtes en situation de handicap), vous pouvez vous porter volontaire afin d’effectuer un service civique. Les missions disponibles dans ce cadre sont très variées et peuvent s’exercer dans de nombreux domaines : culture, sport, éducation, solidarité, environnement… Parmi les autres pistes à explorer pour partir en mission de volontariat : le Corps Européen de Solidarité.

Développer un projet entrepreneurial

Vous rêvez de lancer votre propre activité ? Le statut national d’étudiant entrepreneur peut vous y aider. Il vous permet d’être accompagné dans la construction de votre projet au sein du réseau PEPITE, et de conserver vos avantages d’étudiant : bourses, couverture sociale, tarifs réduits, etc. De plus, si vous êtes jeune diplômé en recherche d’emploi, vous ne perdrez pas vos droits Pôle Emploi. 

(1) Offre réservée aux particuliers sous réserve d’étude et d’acceptation définitive de votre dossier par le prêteur La Banque Postale Financement. Vous disposez d’un délai légal de rétractation de 14 jours calendaires révolus.
(2) Exemples sur la base d’une 1ère échéance à 30 jours. Taux en vigueur au 27/04/2020, susceptible de variations.
(3) TAEG applicable aux clients détenteurs d’un compte bancaire à la Banque Postale. Pour les particuliers non détenteurs d’un compte bancaire à La Banque Postale, vous pouvez contacter le 3639 (service, 0,15€/min + prix d’un appel) pour plus d’informations.
(4) Selon conditions contractuelles.
(5) Exemple sur la base d’une 1re échéance à 30 jours. Taux en vigueur au 27/04/2020, susceptible de variations.
(6) Dans les limites et conditions prévues aux Conditions Générales et particulières du contrat L'Assurance Santé de La Banque Postale.
(7) Ainsi qu’en Islande, au Liechtenstein, en Norvège, en Turquie, en Macédoine du Nord et en Serbie.

Prêteur : La Banque Postale Financement, SA à directoire et conseil de surveillance. Capital social 2 200 000 €. 1 avenue François Mitterrand, 93212 La Plaine Saint Denis Cedex. RCS Bobigny n°487 779 035. ORIAS n°09 051 330.

Distributeur/Intermédiaire de crédit : La Banque Postale, SA à directoire et conseil de surveillance. Capital social 4 631 654 325 €. 115 rue de Sèvres - 75275 Paris Cedex 06. RCS Paris n°421 100 645. ORIAS n°07 023 424.

Assureur : SOGECAP - S.A. d’Assurance sur la Vie et de Capitalisation au capital de 1 168 305 450 € entièrement libéré. Tour D2 - 17 bis place des Reflets 92919 Paris La Défense CEDEX. RCS Nanterre 086 380 730. SOGECAP est une filiale de la Société Générale qui détient une participation de plus de 10 % dans La Banque Postale Financement. Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, 61 rue Taitbout 75009 Paris.