Garde d'enfants en bas âge : quelles solutions pour les parents ?

21 FÉVRIER 2019

Assistante maternelle, crèche, jardin d'enfant : Comment faire son choix ? Et une fois fixé, comment procéder ? Pour les familles, c’est bien souvent le parcours du combattant pour réussir à organiser la garde des petits. Pas de panique : nous faisons le point pour vous sur les différentes solutions qui existent.

La crèche, plébiscitée par les familles
La crèche apparait comme le mode de garde favori des familles car il permet de confier son enfant à des professionnels expérimentés tout en bénéficiant d’un tarif adapté à ses revenus. A titre indicatif, si le foyer avec deux enfants perçoit moins de 2 000 € de revenus mensuels, la crèche lui reviendra au maximum à 160 € par mois (pour une garde de 8 heures chaque jour). Si les revenus sont plus élevés, compris entre 3000 et 4000 € mensuels, il devra verser entre 240 et 320 €.
Il existe plusieurs formes de crèche, la plus classique étant la crèche collective municipale. L'avantage : l'enfant est très tôt dans un environnement collectif. Le hic, c'est que les places sont comptées. Mieux vaut donc s'y prendre à l'avance et se rendre au service Petite enfance ou au Relais assistantes maternelles de votre mairie pour obtenir des infos sur les modes d’accueil de votre ville. A Paris, par exemple, l’inscription se fait au cours du 6e mois de grossesse à la mairie. Selon les villes, l’inscription s’effectue soit à la mairie, soit directement à la crèche. Une commission d’attribution étudie les dossiers. Elle se réunit plusieurs fois dans l’année, pour suivre les entrées en cours d’année, les déménagements… Mais la réunion la plus importante a lieu au mois de mai pour préparer la rentrée de septembre.

Moins connue que la crèche collective mais très appréciée, la crèche familiale. Ce mode d’accueil associe l’accueil collectif et individuel : l’enfant est gardé chez une assistante maternelle, qui se rend régulièrement dans une crèche collective toute proche. Là encore, les barèmes de paiement sont en fonction des ressources des parents.
Renseignez-vous aussi auprès de votre employeur, pour savoir s'il propose une crèche dite d'entreprises, accueillant les enfants du personnel. Ce mode de garde se révèle très pratique pour les parents, car ils gagnent du temps sur les trajets, la crèche étant sur leur lieu de travail. Et financièrement, ils s'y retrouvent : en effet, la crèche d'entreprise est la plupart du temps financée par la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) ou la Mutualité Sociale Agricole. Dès lors, le fonctionnement tarifaire est le même que celui de la crèche publique :  la participation financière des parents varie en fonction des ressources du foyer.

L'assistante maternelle, véritable relai parental
Par choix ou par nécessité, vous pouvez opter pour une autre formule que la crèche et choisir de passer par une assistante maternelle agréée par les services du département, qui va recevoir votre enfant à son domicile… Elles sont environ 330 000 en France*. Avec ce type de garde, l’enfant évolue dans un environnement plus calme, avec 2 ou 3 enfants maximum. Certes, le côté contractuel peut faire hésiter : vous allez devenir un employeur et verser un salaire, qui est défini par le taux horaire et le nombre d’heures d’accueil par semaine, ainsi que par les indemnités d’entretien. Mais pas de panique : les démarches ne sont pas compliquées. Sur les sites de Pajemploi ou de la Caf figurent des modèles types de contrat, dont vous pouvez vous inspirer. Enfin, pour bénéficier de vos droits auprès d'une CAF, il faut que cette dernière dispose du montant exact de vos ressources. Pour ce faire, elle se renseigne directement auprès de l'administration fiscale. Mais si vous n'êtes pas imposable, c'est à vous de lui transmettre une déclaration de ressources via un formulaire téléchargeable sur son site.

Les solutions alternatives
En 2009 a été créé le dispositif des jardins d'enfants. A mi-chemin entre la crèche et la maternelle, les jardins d'enfants accueillent des enfants âgés de 2 à 6 ans. Les activités proposées sont ludiques et variées et préparent en douceur les enfants à la vie collective ainsi qu'à l'entrée à l'école. Pour les structures municipales, l'inscription se fait à la mairie auprès du service de la petite enfance. A noter que le coût de ces établissements est inférieur à celui des assistantes maternelles agréées et des crèches. Il est calculé par le gestionnaire en fonction de vos ressources et de la composition de votre famille.
Enfin, si vous êtes à la recherche d’une solution plus temporaire, il existe également le système de la halte-garderie. Cette solution permet d'accueillir des enfants de moins de 6 ans de façon occasionnelle (de quelques heures à quelques demi-journées par semaine) et ce, quelle que soit votre situation familiale ou professionnelle. Idéal pour les parents qui ne travaillent pas à temps complet. C'est aussi une solution économique (dans le cas des structures publiques) parce que la CAF participe au budget d'une halte-garderie. Les tarifs pratiqués varient, en fonction de vos revenus et du nombre d'enfants à votre charge, entre 1 et 5 euros de l'heure en moyenne.

Un crédit d'impôt pour les frais de garde
Sachez que quel que soit le mode de garde que vous sélectionnez, un crédit d'impôt peut vous être octroyé, sous certaines conditions. Au 1er janvier 2019, votre enfant doit être âgé de moins de six ans. Ce crédit d’impôt s’applique sur les dépenses effectivement supportées par vous, déduction faites des aides à la garde d’enfant versées par la CAF ou par votre employeur. N'oubliez pas de les déclarer sur votre déclaration de revenus annuelle ! Au total, le crédit d'impôt s'élève à 50 % des dépenses consacrées à la garde (hors frais de nourriture et après déduction des aides familiales). Sachant que le montant maximum des dépenses déclarées est fixé à 2300 € par enfant. Il faut aussi savoir que 2019 est une année particulière car nous démarrons le prélèvement à la source. Pour éviter aux familles d'être impactées par ce nouveau fonctionnement, un premier acompte de 60% a ainsi été versé ce mardi 15 janvier, le reste sera versé en septembre 2019.
Voilà, vous êtes au courant de toutes les possibilités pour la garde de votre enfant. Il ne vous reste plus qu'à vous lancer dans vos recherches !

* Rapport du Haut conseil à la famille et à l'âge, avril 2018